Nouvelles opportunités de trouver un Volvo Open 70 pour disputer la prochaine Volvo Ocean Race

 

A partir du 16 mars 2011, selon une règle mise en place pour la nouvelle édition de la Volvo Ocan Race, les équipages inscrits à la course doivent uniquement naviguer sur le bateau avec lequel ils disputeront l’édition 2011-12. Cette mesure offre désormais à de nouveaux équipages la possibilité d’acheter des bateaux d’entrainement de la seconde génération, dont les deux monocoques classés 1er et 2ème de l’édition précédente (2008-09), et ainsi de s’aligner au départ à Alicante, en octobre prochain.

Jack Lloyd, le directeur de course, souligne que l’introduction de cette nouvelle règle d’interdire de fait l’utilisation de deux bateaux pour les sessions d’entrainement, participe de l’engagement des organisateurs à réduire les coûts de fonctionnement des teams.

“Les nouvelles mesures ont été mises en place à l’issue de l’édition 2008-09, rappelle-t-il, et couvrent un large panel, allant ducontrôle de la fabrication des bateaux et des voiles, jusqu’aux entrainements sur les nouveaux bateaux. Les coûts induits dans les séquences d’entrainement à deux bateaux sont très conséquents puisque le deuxième bateau doit être maintenu en conditions de course, ce qui demande un deuxième équipage complet pour naviguer et entretenir le bateau. Nous avons voulu réduire ce coût. Cette règle ne va en aucun cas compresser le processus de construction des nouveaux bateaux puisque cette mesure est connue depuis la fin 2009 et que tous les teams en ont tenu compte dans leur planning de financement et construction. Ils savent tous parfaitement quels sont les délais pour toutes les phases du processus de construction d’un VO70 et que toute tentatives de rogner sur le timing peut hypothéquer la qualité finale du produit.”

Pour se conformer à cette règle, les équipes ont mis entre parenthèses leurs essais en mer sur les bateaux d’entrainement et sont maintenantentièrement concentrés sur les finitions de leur nouveau Volvo Open 70, qui doivent être mis à l’eau ce printemps. A moins de 32 semaines de la première régate In Port à Alicante, la mise à l’eau des bateaux et la reprise de l’entrainement sont la priorité et une étape majeure dans l’agenda de chaque équipe.

L’Abu Dhabi Tourism Authority (ADTA) et l’Abu Dhabi Ocean Racing Team viennent juste derentrer de Persico, au nord de l’Italie, où est construit leur bateau et se dissent enchantés des avancées. “Nous sommes très impressionnés par l’attention de Persico dans les détails et nous sommes tout à fait confiants que notre bateau sera particulièrement impressionnant sur la ligne de départ d’Alicante, a précisé le skipper Ian Walker. “ J’ai assisté au moulage du voile de quille, aux finitions sur le bulbe et à l’assemblage pont-coque. C’est comme un puzzle géant qui se reconstitue dans une parfaite orchestration. J’ai hâte de voir les nouveaux avancées à ma prochaine visite, dans une quinzaine de jours.”

A Newport, Rhode Island (USA), le PUMA Ocean Racing Team attend avec impatience lesuccesseur d “il Mostro”. Le skipper Ken Read : “La fin du chantier de construction d’un nouveau bateau est toujours la même histoire. L’équipe navigante piaffe d’impatience de sortir le bateau du hangar et l’enfourcher pour naviguer et l’équipe technique chargée de la construction, elle, essaye de maintenir le bateau dans la hangar pour fignoler le travail. En fin de journée, les navigants doivent apprendre la patience et laisser les experts en construction faire ce qu’ils ont à faire.”

De son côté, le Groupama Sailing Team prévoit une mise à l’eau de Groupama 4 le 9 mai prochain et bien que la coque est été sortie de son moule, il reste encore beaucoup à faire.

Pierre Tissier, responsable de la construction du Groupama 4 : « 106 jours. C’est le nombre total de jours navigués sur notre VO 70 d’entrainement qui a aussi servi de plate-forme d’expérimentations pour les innovations de Groupama 4. Nous sommes à moins de 40 jours de la mise à l’eau prévue. Les grosses étapes structurelles sont passées Le bateau est ponté, la coque démoulée, la jauge de quille passée en Italie et les tests d’échantillonnage validés il y a quelques jours ; mais il reste du greffage (collage en carbone) à finir. Il nous faut désormais fabriquer les aménagements puis installer les systèmes : hydraulique, moteur, accastillage, cuisine, électronique … Une partie de ces installations vont être faites au chantier Multiplast à Vannes (France) puis Groupama 4 sera transporté par la route à sa base à Lorient fin avril pour les finition. »