Le spectre du Covid-19 sur les JO

Tous les médias en parlent, son nom est sur toutes les lèvres, l’ombre du coronavirus rend de plus en plus incertaine la dernière ligne droite vers Tokyo. Quel peut être l’impact du virus le plus célèbre du moment sur le processus de sélection de nos athlètes ?

À l’heure où la Chine commence à sortir de la crise du Coronavirus et réenclenche ses exportations, la tenue en août prochain des Jeux paraît probable. Cependant, l’organisation d’un tel événement en cette période ne sera pas sans poser certaines questions d’organisation comme le nombre de spectateurs admis sur les compétitions ou encore la possible mise en quarantaine d’athlètes issus de pays qui seront entrés dans une phase critique de l’épidémie. « Les Jeux olympiques c’est surtout un show télévisé et des restrictions au niveau du public ne devraient pas poser énormément de problèmes, surtout dans le cas de la voile où les compétitions se déroulent assez loin des spectateurs », déclare Tom Reulein, chef d’équipe de Swiss Sailing Team.

Places manquantes

Mais avant d’en arriver là, des places restent encore à attribuer à nos athlètes avant Tokyo. Le renforcement des mesures de lutte contre le coronavirus en Italie entraîne l’annulation de toutes les manifestations sportives jusqu’au 3 avril. La question est de savoir si World Sailing et la Fédération italienne maintiendront la World Cup de Gênes qui devait se tenir le 13 avril prochain ? Car c’est ici que les derniers quotas nationaux et confirmations individuelles devaient y être distribués. « Nous espérons en savoir plus d’ici la fin de la semaine, confie Tom Reulein. En attendant, World Sailing ainsi que l’ensemble des fédérations internationales travaillent sur des projets d’adaptation de leur règlement. »

En cas d’annulation de Gênes, de nombreuses hypothèses existent, mais à coup sûr il sera difficile de trouver une solution consensuelle pour un sujet aussi sensible. Faudrait-il avancer la sélection au Trofeo Princesa Sofia fin mars au risque de créer une iniquité en bouleversant les programmes de préparation ? Faudrait-il se baser sur les résultats 2019 pour attribuer les dernières places ? Ou World Sailing devrait-elle temporiser en remettant ses derniers sésames au moins de juin lors de la World Cup d’Enoshima, laissant ainsi dans l’incertitude nombre de sportifs ?

Une chose est certaine, trouver un point d’équilibre ne sera pas chose aisée, mais face à cette épidémie de l’ère mondialisée, tout le monde est logé à la même enseigne ! Hormis pour le 49er et la RS:X, coronavirus ou pas, il faudra encore patienter du côté des sportifs de SST pour savoir qui ira et qui n’ira pas.