Partir, revenir

Virbac-Paprec 3 est reparti de Wellington à l’heure dite, à 11h11 très exactement, après 48 heures d’escale. Arrivés en tête en Nouvelle-Zélande, ils en repartent dans la même position avec encore une petite marge d’avance sur MAPFRE. Derrière, la mer de Tasmanie est en train de faire office de passage à niveau…

Si cette escale n’est pas à 100% indolore pour Jean-Pierre Dick et Loïck Peyron en terme de temps perdu sur le reste de la flotte, elle représente un investissement intelligent pour l’avenir. Les chariots de lattes ont été changés, la bulle de roof réparée, des éléments du gréement ainsi que les pilotes automatiques révisés, le bateau a été vérifié de l’étrave aux safrans et de la quille à la tête de mât. Il repart presque au meilleur de sa forme pour le demi tour du monde restant. De leur côté, tout en supervisant l’avancée des travaux, les marins ont succombé aux siestes dans un vrai lit, savouré quelques repas consistants et apprécié à sa juste valeur la tiédeur d’une bonne douche !

Cap sur le Horn

Mais il serait réducteur de croire qu’ils repartent aussi frais que des gardons. Cette pause terrienne de 48 heures a cassé le rythme de course et la routine des quarts. Il faut à présent se remettre très vite au service du bateau et de la compétition. Joint au téléphone deux heures après avoir quitté le quai, Jean-Pierre Dick semblait un brin préoccupé à l’idée de rester aux avant-postes de la course et pressé de sortir du détroit de Cook. C’est chose faite. Vers 14h30 (heure française), le monocoque bleu laissait dans son sillage le cap Palliser (île du Nord) et pénétrait dans les eaux ouvertes du Pacifique. Jean-Pierre et Loïck devraient dès lors rencontrer des vents de nord favorables à la glisse en direction de leur nouvel objectif : le Cap Horn.

Le scénario est bien différent pour les bateaux de chasse. En deuxième position, à 127 milles des leaders, les Espagnols de MAPFRE ont fini par passer la Pointe de Farewell en début d’après midi (au nord de l’île du Sud). On ne sait toujours pas s’ils ont l’intention ou non de relâcher à Wellington. Rappelons au passage qu’ils ont la liberté de prévenir la direction de course au moment où ils le souhaitent, sans contrainte de timing. Derrière, en troisième et quatrième position, Groupe Bel et Estrella Damm bataillent au louvoyage dans un vent qui s’étiole par endroits. Ils semblent ne jamais voir le bout de cette mer de Tasmanie.

« C’est quand qu’on arrive ? Tais-toi et borde… »

Non sans humour, Kito et Seb relataient leur frustration dans ce dialogue fictif envoyé aujourd’hui par email. Devant leur étrave, la météo incertaine rend tout aussi aléatoire une estimation d’arrivée dans le détroit de Cook : samedi soir, dimanche après-midi ou bien pire ? La mer de Tasmanie est en train de faire office de passage à niveau et ce sont Renault Z.E, Neutrogena et Mirabaud qui en profitent pour revenir au contact.

Plus loin, Hugo Boss et Gaes Centros Auditivos ont choisi des chemins diamétralement opposés pour contourner l’anticyclone qui leur fait obstacle à l’entrée du Pacifique. Wouter Verbraak et Andi Meiklejohn sont allés faire du rase cailloux ce matin entre les îles et les baies du sud de la Tasmanie, n’hésitant pas à s’approcher à moins de 4 milles de côtes. Au sondeur, ils ont dû constater que les fonds étaient parfois inférieurs à 10 mètres ! En ont-il profité pour grimper dans le mât et réparer leur rail de grand voile cassé ? Mystère. Quoi qu’il en soit, après cette phase de transition, ces deux équipages vont subir ce week-end le passage d’un front violent et naviguer un temps dans des vents de nord de 45 nœuds ! Dans la même optique, mais 2500 milles plus à l’ouest, les hommes de We are Water se préparent à affronter une nouvelle tempête.

Classement du 18 février à 15 heures (TU+1) :

1 VIRBAC-PAPREC à 11510,2 milles de l’arrivée

2 MAPFRE à 127,8 milles du leader

3 GROUPE BEL à 298,6 milles

4 ESTRELLA DAMM Sailing Team à 320,4 milles

5 RENAULT Z.E à 583,4 milles

6 NEUTROGENA à 885 milles

7 MIRABAUD à 945,4 milles

8 HUGO BOSS à 1216,6 milles

9 GAES CENTROS AUDITIVOS à 1431,9 milles

10 FORUM MARITIM CATALA à 3029,3 milles

11 CENTRAL LECHERA ASTURIANA à 3639,2 milles

12 WE ARE WATER à 3965,2 milles

ABD FONCIA

ABD PRESIDENT

Ils ont dit :

Jean-Pierre Dick, Virbac-Paprec 3 : « La bonne nouvelle c’est que nous sommes partis du port vers de nouvelles aventures ! Nous sommes en train de manœuvrer. Le vent est très perturbé, car nous sommes proches de la côte et nous devons nous extraire de là. Tout s’est bien déroulé. Nous avons bien bossé. Les chariots ont été changés rapidement, ce n’était que du matériel. Il y a eu d’autres choses comme la bulle de roof, des éléments de gréement, un pilote. Nous repartons assez frais.

Il faut gagner cette course. Nous allons tout faire pour conserver la tête et continuer la belle course que nous avons commencée ».

Anna Corbella (ESP) GAES Centros Auditivos: « À l’heure actuelle, nous sommes au prés et je pense que ce sera la même chose pendant les prochaines 36 heures. Après viendra le passage du front avec des vents entre 40-45 nœuds. Il y en aura certainement plus. Ce sera l’un de nos plus forts passages de front, nous n’avons pas encore eu de ce style depuis le départ. Ce sera un moment important et compliqué, mais nous nous préparons pour l’affronter. Je me suis préparée énormément jusqu’au départ. J’ai de la chance de partir avec Dee qui a déjà fait quatre Tours du Monde. J’ai énormément confiance en elle. Pour le moment tout va bien. Il n’y a pas de problème. »

Gerard Marín (ESP) Fòrum Marítim Català: « Nous avons un vent de 24-25 nœuds au 210. C’est un vent froid qui a tourné au Sud. Il vient donc de l’Antarctique. Cela fait maintenant 20 heures que nous sommes sous son influence. Le bateau va vite, les conditions sont difficiles et nous planons à 20-22 nœuds. Nous pensons que nous avons joué de malchance, car la météo a été très capricieuse. »

Liste des 14 équipages engagés

Central Lechera Asturiana: Juan Merediz (ESP) – Fran Palacio (ESP)

Mapfre : Iker Martínez (ESP) – Xabi Fernández(ESP)

Estrella Damm Sailing Team: Alex Pella (ESP) – Pepe Ribes (ESP)

Foncia: Michel Desjoyeaux (FRA) – François Gabart (FRA)

Fòrum Marítim Català: Gerard Marín (ESP) – Ludovic Aglaor (FRA),

GAES Centros Auditivos: Dee Caffari (GBR) – Anna Corbella (ESP)

Groupe Bel: Kito De Pavant (FRA) – Sébastien Audigane (FRA)

Hugo Boss: Andrew Meiklejohn (NZL) – Wouter Verbraak (NED)

Mirabaud : Dominique Wavre* (SUI) – Michèle Paret* (FRA)

Neutrogena: Boris Herrmann (GER) – Ryan Breymaier (USA)

Président :Jean Le Cam (FRA) – Bruno García (ESP)

Renault :Pachi Rivero* (ESP) – Antonio Piris (ESP)

Virbac-Paprec 3: Jean-Pierre Dick* (FRA) – Loïck Peyron (FRA)

We Are Water :Jaume Mumbrú (ESP) – Cali Sanmartí (ESP)

* deuxième participation