Premier temps de référence

Après 5 jours 15 heures et 23 minutes, Groupama 3 a franchi l’équateur, établissant un nouveau temps de référence sur cette tranche de parcours entre Ouessant et la ligne de changement d’hémisphère. Désormais au près dans les alizés de Sud-Est, Franck Cammas et ses neuf équipiers progressent à vingt noeuds de moyenne, cap au Sud…

En milieu de nuit, l’équipage pouvait constater que les nuages et les grains étaient dans le tableau arrière de Groupama 3 : le ciel se dégageait, les étoiles brillaient, un croissant de lune éclairait faiblement un horizon limpide. Le Pot au Noir était franchi à plus de quinze noeuds de moyenne, ce qui reste une performance étonnante, mais prévisible au regard des prévisions de Sylvain Mondon de Météo France. Franck Cammas et ses hommes n’ont toutefois pas chômé pour s’extraire au plus vite de cette Zone de Convergence Inter Tropicale, puis pour foncer vers l’équateur qu’ils franchissaient à 8h 13′ (heure française), avec donc un jour onze heures trente-trois minutes d’avance sur le temps du record du Trophée Jules Verne établi en 2005 par Orange 2.

« Le passage de la ligne s’est fait aux toutes premières lueurs du jour, j’étais de quart avec Franck (Cammas) et Loïc (Le Mignon) quand on a franchi l’équateur. On regardait défiler les milles sur le GPS pour savourer le passage au moment précis : c’est toujours un moment un petit peu magique quand on passe d’un hémisphère à l’autre… On est plutôt mieux que ce qu’on aurait pu prévoir au départ de Ouessant, on a eu plus de vent semble-t-il. On a amélioré le temps d’une quinzaine d’heures : c’est de bon augure de rentrer dans le match de cette manière avec un bateau en parfait état… On sent que Groupama 3 a été très bien préparé, c’est vraiment agréable de voir ce degré de travail qui a été apporté autour de ce bateau avec toute l’équipe technique. Aujourd’hui, on en savoure les moyens et ça nous permet de naviguer dans de bonnes conditions. » Indiquait Jacques Caraës lors de la vacation radio de midi.

Attraper le front

 3 235 milles à 24 noeuds de moyenne : voilà ce que les dix hommes de Groupama 3 ont déjà réalisé au passage de l’équateur ! Et normalement à la latitude de Recife (Brésil), soit en soirée de ce mercredi, le vent va s’orienter au secteur Est, ce qui permettra de naviguer vent de travers et de faire monter les compteurs à plus de 25 noeuds de moyenne. La journée de jeudi s’annonce donc assez rapide puisque, au fur et à mesure que le trimaran géant va gagner dans le Sud, la brise va tourner au Nord-Est, puis au Nord au niveau de Salvador de Bahia. Et à cette latitude, une zone orageuse en formation va générer un chapelet de petites dépressions qui vont repousser l’anticyclone de Sainte-Hélène vers l’Afrique : un couloir de vent portants soutenus se formerait alors vers le cap de Bonne-Espérance…

« Nous sommes maintenant dans les alizés de Sud-Est, des alizés plutôt soutenus puisqu’ils soufflent entre 20 et 25 noeuds : on vit penchés au près serré et ce n’est pas l’allure la plus agréable sur un trimaran. Le ciel est dégagé, avec une bonne chaleur, mais ce n’est pas très confortable : il faut attendre encore quelques heures avant de commencer à débrider, à choquer les écoutes, à accélérer… On a un clapot assez court avec des embruns : il faut se tenir ! Mais nous n’avons pas trop de manoeuvres à faire en ce moment, juste renvoyer la grand voile ou prendre un ris de temps en temps, selon la force des alizés. Cela ne sera pas la même chose d’ici une semaine dans le froid… On espère attraper un front du côté du Brésil pour descendre rapidement vers Bonne-Espérance, et c’est pour ça qu’on ne se relâche pas car ça peut se jouer à quelques heures près… »

En effet, le timing est serré pour attraper le front froid qui permettrait d’incurver la route afin de faire cap direct vers l’océan Indien. Le cap de Bonne-Espérance est à un peu plus de 3 500 milles en route directe des étraves de Groupama 3 : s’il maintient sa cadence à 24 noeuds de moyenne depuis le départ, il lui faudra entre sept et neuf jours pour l’atteindre…