Province Sud du Sri Lanka : par la terre ou par la mer, le Sri Lanka dévoile ses secrets

Texte :

La partie australe de cette île se dévoile avec un magnifique littoral agrémenté de grandes plages de sable bordées par l’océan Indien d’un bleu turquoise. Ces eaux chaudes et translucides abritent une faune et une flore marines remarquablement riches. En naviguant sur un catamaran local, la découverte des tortues marines, mais aussi des gigantesques baleines bleues est possible. Pour ceux qui aiment être seuls au monde, sans renoncer au confort de la vie moderne, c’est l’endroit rêvé. Dans cette région, vous pouvez rencontrer des pêcheurs locaux, admirer les surfeurs, entrer dans de petites échoppes, fréquenter des lieux branchés, découvrir des temples anciens et bien sûr goûter le légendaire plat national, le rice and curry.

SRIL1585Bienvenue au Sri Lanka. À votre arrivée à l’aéroport de Colombo et après le contrôle des passeports qui peut être éprouvant selon le nombre de passagers, deux solutions s’offrent à vous : une nuit à Negombo pour vous reposer de votre voyage, ou un départ immédiat par la Southern Expressway. Cette autoroute locale peu encombrée, car payante, vous amène en 2 heures et demie dans le sud, sortie à Galles ou à Matara, selon la proximité de votre lieu de villégiature. La deuxième option permet après un trajet monotone, de se retrouver les pieds dans l’eau ! Mais avant de rejoindre la voie express, vous allez être confronté à la réalité de la circulation sri lankaise. Oubliez le code de la route, ici les bus et les camions sont les rois de la route et, quelle que soit la situation, ils usent à outrance de leur klaxon tonitruant pour annoncer leur présence et surtout leur envie pressante de vous dépasser par tous les moyens ! Une fois le sud atteint, vous avez le choix entre toutes les catégories d’hébergements selon votre budget et vos envies. Bien entendu, les lieux touristiques tels que Mirissa, Weligama et Galle sont plus chers, mais il est possible de trouver, même sans réservation, en discutant avec la population, des Guesthouses ou des petits hôtels locaux à des prix tout à fait convenables. Si vous optez pour des vacances balnéaires, pensez à vous renseigner sur l’accès à l’océan, certaines plages sont extraordinairement belles certes, mais aussi constamment balayées par de puissantes vagues, qui peuvent être dangereuses pour la baignade. Pour les sorties depuis votre lieu de résidence, l’idéal pour les petits trajets sont les tuk-tuks, sortes de tricycles couverts généralement bon marché que l’on retrouve dans une multitude de pays asiatiques. Pour éviter les surprises, il est conseillé de négocier le prix du trajet aller-retour avec votre chauffeur. Ce moyen de transport, agréable pour deux personnes, vous permet de vous promener à votre rythme afin de pouvoir vous arrêter à tout moment lors de la découverte d’une plage ou la rencontre avec un vendeur de noix de coco. Un autre avantage est l’air continu qu’il procure à ses passagers en cours de route, surtout pendant les heures les plus chaudes de la journée, car le thermomètre peut aisément franchir la limite des 30 degrés. Souvent après une discussion, votre chauffeur vous proposera des sorties ou des lieux à découvrir et le résultat est généralement concluant.
Soyez à l’affût lors de vos trajets, car à maintes reprises, en roulant sur la route côtière nous avons découvert des plages magnifiques et de petites entreprises artisanales.

Galle ou Matara ?

Situées au sud de l’île, Galle et Matara sont deux villes très différentes, mais elles sont représentatives du contraste qui règne dans cette partie du Sri Lanka. Galle possède une riche histoire ainsi qu’une vieille ville fortifiée classée au patrimoine mondial de l’UNESCO. Ses nombreuses ruelles encerclées par la forteresse vous proposent une multitude de boutiques de luxe, qui côtoient restaurantsSRIL1505 et hôtels de même facture. Tout ici rappelle la richesse d’un passé colonial, avec un brin de nostalgie. Il est vrai que l’on peut encore découvrir quelques anciennes bâtisses délabrées, de même qu’un authentique petit commerce local et au détour des ruelles, des lieux de vie typiques, mais cela devient une rareté. Aujourd’hui les touristes sont omniprésents dans ces rues calmes et feutrées, parfois décorées par des voitures anciennes parquées telles des trophées devant les devantures des commerces.
Matara est typiquement sri lankaise avec tout ce que cela comporte, elle a aussi des origines anciennes, mais le centre-ville se différencie uniquement par la présence du marché couvert. Pourtant, elle possède également une tour de l’horloge avec des fortifications, mais elles sont, il est vrai de bien moindre importance. En revanche, elle dispose d’un temple bouddhiste très fréquenté à proximité immédiate d’une route au trafic ininterrompu. Ses rues enchevêtrées se distinguent uniquement par les marchandises spécifiques vendues dans les boutiques, par exemple la rue dédiée au « tout pour la cuisine ». Les rares trottoirs sont étroits, encombrés et constituent de vrais pièges à tongs : attention où vous marchez ! Le dimanche, le plus grand marché de la région se tient juste à côté de la gare routière, à ne pas manquer. Vous y trouverez de nombreuses épices, des légumes dont certains vous seront inconnus, des stands de poissons et tant d’autres choses, tout cela dans un joyeux désordre. Ne manquez pas de goûter les quelques friandises cuisinées et vendues sur place, elles en valent la peine ! Selon vos envies vous aurez le choix entre une belle ville historique avec de magnifiques commerces ou une autre qui vit au rythme local, avec des possibilités d’achats limités aux produits locaux.

Croisière depuis Jungle Beach

SRIL2475Nous avons fixé le départ depuis notre hôtel près de Mirissa vers 5 h 30 afin d’être à l’heure pour notre croisière ; en effet il faut compter environ une heure de route pour rejoindre Jungle Beach. Le lieu porte bien son nom ; pendant le trajet pédestre, nous avons le plaisir d’entendre une multitude d’oiseaux qui emplissent le silence environnant. C’est ici que l’annexe du bateau fait la navette avec les passagers, car il n’existe pas d’infrastructures portuaires. Une fois tous installés à bord du catamaran Topaz de 15 mètres, nous sommes prêts pour notre croisière. Un vent léger s’est levé et nous caresse le visage. En arrière-plan, nous distinguons au-dessus de la plage une petite colline avec sa forêt couronnée d’un temple à la blancheur immaculée. Parfaitement adapté pour la navigation de plaisance et la découverte des environs, notre bateau fait route toutes voiles dehors vers le large. À notre droite, nous admirons l’imposante ville de Galle fortifiée par les Hollandais vers 1663 et située à la pointe sud-ouest du Sri Lanka. Depuis l’océan, à la vision du Fort, nous comprenons toute l’importance de cette ville qui fut pendant longtemps le port le plus important du Sri Lanka et ceci jusqu’à la construction de brise-lames à la fin du XIXe siècle dans le port de Colombo, la capitale du pays.
L’équipage s’active à la préparation d’un petit déjeuner digne d’un bon hôtel. La stabilité du catamaran nous permet de prendre celui-ci confortablement installés en toute sérénité. Une croisière sur un bateau permet de retrouver des moments de silence inexistants sur la terre ferme. En effet, les rues, villes, villages et même les jungles sont toujours animés de sons de toutes origines, même la nuit. Après avoir été bercés par une légère brise marine, nous virons de bord devant la Baie d’Unawatuna qui est protégée par de grands rochers peu visibles selon le niveau de la marée. Au Sri Lanka, il est conseillé de naviguer avec des marins locaux expérimentés, car l’océan Indien peut-être imprévisible, de plus il n’y a pas encore de cartes marines, même pour les lieux très fréquentés. Mais la beauté de l’océan, le privilège de nager près des tortues, la possibilité d’apercevoir des baleines bleues et le plaisir de naviguer nous font vite oublier ces quelques contraintes. Sur la route du retour, nous croisons un catamaran Crystal à double pont, naviguant vers d’autres destinations au large de Galle.

Des bateaux construits pour l’océan Indien

Pierre Pringiers est le propriétaire et fondateur d’origine belge de la société Sail Lanka, pionnière dans l’organisation de croisières depuis 2014. Il est arrivé dans les années 80 sur l’île et a fait fortune dans les pneus. À la suite du Tsunami de décembre 2004 qui a fait d’énormes dégâts sur les côtes, il s’est beaucoup investi, entre autres pour la construction de bateaux de pêche orchestrée par sa fondation Building a Future. Il a également réintroduit la navigation à la voile afin de limiter l’impact sur la faune et la flore. Aujourd’hui, son chantier naval construit principalement des catamarans de plaisance made in Sri Lanka, excepté le moteur, avec de la main-d’oeuvre locale soutenue par sa fondation. Cela permet à de nombreux Sri Lankais d’avoir accès à une formation et leur garantit un avenir professionnel dans leur propre pays. Le savoir-faire de cette entreprise a même franchi les frontières et différentes sociétés de plaisance asiatiques ont passé commande de catamarans. Concernant les croisières, cette société en pleine croissance propose de nombreuses formules à thèmes, mais aussi, dès 2020, la possibilité de louer ses bateaux avec skipper et équipage, ceci afin de pouvoir découvrir en catamaran et selon vos envies, les merveilles de cette île.
Il est important à la suite des événements dramatiques d’avril de continuer à soutenir le tourisme local pour une meilleure distribution des richesses et afin que la population puisse aller de l’avant et vivre dignement.