Quantum et Iberdrola vainqueurs du Trophée de Marseille

Le Mistral a eu raison des dernières régates du Trophée de Marseille. En tête depuis vendredi, les Américains de Quantum Racing remportent donc cette étape française tandis qu’Iberdrola s’impose chez les GP42. Au classement général de la saison, Emirates Team New Zealand est toujours aux commandes malgré leur relative déconfiture provençale. Ils devancent les Franco-allemands d’Audi A1 powered by ALL4ONE qui ont confirmé à domicile leur excellent potentiel.

Marseille, c’est fini. A 12h30, alors qu’on enregistrait sur l’eau des pointes à plus de 40 nœuds, le Comité de Course de l’Audi MedCup a décidé d’annuler toutes les courses de la journée. Terry Hutchinson et son groupe remportent donc ce Trophée de Marseille, après presque deux années de vaches maigres côté victoire. Dans cette étape française, les Américains ont remporté trois des six manches disputées en rades Sud et Nord, dont la course côtière musclée qu’ils vont mener pratiquement du début à la fin. Au final, ils s’imposent avec 5 points d’avance sur les Argentins de Matador et 7 sur Audi A1 powered by ALL4ONE, seul équipage à se maintenir sur le podium depuis Cascais. Jochen Schuemann, Sébastien Col et tout le groupe franco-allemand peuvent se réjouir de ce très beau résultat acquis en dépit d’un certain manque de régularité. Mais dans ce domaine, personne n’a été épargné.

Distribution générale… de claques.

Au pied de la Bonne Mère, toutes les équipes ont enregistré des mauvaises manches, que ce soit dans les conditions molles et tactiques du début ou dans la brise du parcours côtier. Matador et ALL4ONE vont terminer une fois derniers ; Emirates Team New Zealand aussi, et ce dès leur première manche ! Dean Barker et ses complices concluent le Trophée de Marseille en quatrième position, à égalité de points avec les Anglais de TeamOrigin. Cette relative contreperformance des Kiwis est (avec la dernière place d’Artemis) une des surprises de la semaine. « Nous n’étions pas dans nos bons jours » résume simplement leur tacticien Ray Davies. Pas de quoi s’affoler dans le clan Néo-zélandais, d’autant que nos champions en titre restent largement en tête du classement général provisoire de la saison avec 18,5 points de marge sur Audi A1 powered by ALL4ONE.

Confirmation franco-allemande
Le syndicat de Stephan Kandler est sans aucun doute la révélation de ce début de saison. L’équipage nouveau venu dans l’Audi MedCup  confirme à Marseille qu’il compte parmi les ‘clients’ dangereux.  Jochen Schuemann et ses hommes sont deuxièmes du classement général provisoire, un point devant Quantum Racing.
Aujourd’hui, le team franco-allemand devait accueillir à son bord Romain Dumas, le pilote Audi vainqueur des 24 Heures du Mans (avec ses deux coéquipiers allemands). Faute de régate, Romain Dumas et Sébastien Col ont fait la course dans le Village Public sur les simulateurs de pilotage puis avec les voiliers radiocommandés. Originaires de la même région (Languedoc Roussillon), les deux jeunes sportifs se sont trouvés des affinités. Le coureur automobile a promis qu’il reviendrait, peut-être pour la prochaine épreuve de l’Audi MedCup, le Trophée Conde de Godó Ville de Barcelone, qui se disputera du 20 au 25 juillet.

GP42 : Une première pour Iberdrola
Le bateau vert mené par Laureano Wizner s’impose pour la première fois dans une épreuve depuis son arrivée dans le circuit en fin de saison dernière.  Cette performance propulse Iberdrola (ESP) en deuxième position du classement général provisoire 2010 derrière Islas Canarias Puerto Calero (ESP) moins bien inspiré à Marseille. Cette étape française a également révélé l’excellente forme de Madrid Caser Seguros (ESP) dans la brise. Le skipper Jose Maria van der Ploeg (ESP) et son barreur Paolo Cian (ITA) ont signé une superbe journée vendredi dans des conditions musclées (2,1,1). Pas de chance en revanche pour l’équipe britannique de Peninsula Petroleum qui a de nouveau cassé sa tête de mât dans la manche 3. Cet incident, déjà survenu à Cascais les a privé de plus de la moitié de la compétition.

Trophée de Marseille
Classement général

TP52 Series
1. Quantum Racing (USA), 8+1+1+5+6+1,5= 22,5 points
2. Matador (ARG), 3+3+4+1+10+6= 27
3. Audi A1 powered by ALL4ONE (FRA/GER), 2+9+2+10+2+4,5= 29,5
4. Emirates Team New Zealand (NZL), 10+6+5+4+3+3= 31
5. TeamOrigin (GBR), 4+7+7+3+1+9= 31
6. Synergy (RUS), 9+2+6+7+4+7,5= 35,5    
7. Bribón (ESP), 1+8+8+2+7+15= 41
8. Cristabella (GBR), 6+4+3+8+9+13,5= 43,5
9. Luna Rossa (ITA), 5+5+10+9+5+10,5= 44,5  
10. Artemis (SWE), 7+11(RAF)+9+6+8+12= 53  
11. Bigamist 7 (POR), 12(DNC)+12(DNC)+12(DNC)+12(DNC)+12(DNC)+18(DNC)= 78

GP42 Series
1. Iberdrola (ESP), 1+1+3+2+3= 10 points
2. Madrid-Caser Seguros (ESP), 4+4+2+1+1= 12
3. AIRISESSENTIAL (ITA), 5+2+1+3+4= 15
4. Islas Canarias Puerto Calero (ESP), 2+5+4+4+2= 17
5. Peninsula Petroleum (GBR), 3+3+6(DNF)+6(DNC)+6(DNC)= 24

Circuit Audi MedCup 2010
Classement général provisoire après deux épreuves

TP52 Series
1. Emirates Team New Zealand (NZL), 31,5+31= 62,5 points
2. Audi A1 powered by ALL4ONE (FRA/GER), 51,5+29,5= 81
3. Quantum Racing (USA), 59,5+22,5= 82
4. Matador (ARG), 60+27= 87
5. TeamOrigin (GBR), 59,5+31= 90,5
6. Synergy (RUS), 64+35,5= 99,5    
7. Cristabella (GBR), 65+43,5= 108,5
8. Artemis (SWE), 57+53= 110  
9. Luna Rossa (ITA), 77,5+44,5= 122  
10. Bribón (ESP), 88+41= 123,5
11. Bigamist 7 (POR), 88+78= 166

GP42 Series
1. Islas Canarias Puerto Calero (ESP), 14+17= 31 points
2. Iberdrola (ESP), 25+10= 35
3. Madrid-Caser Seguros (ESP), 24+12= 36
4. AIRISESSENTIAL (ITA), 37+15= 52
5. Peninsula Petroleum (GBR), 40+24= 64

Ils ont dit :

Sébastien Col
(FRA), tacticien de Audi A1 powered by ALL4ONE (FRA-GER):
« Nous sommes très contents de rester sur le podium. Nous étions déjà deuxièmes à Cascais. On voulait confirmer ici et prouver qu’on était dans le coup, que ce n’était pas un ‘one shot’. Nous sommes la seule équipe à rester sur le podium sur ces deux épreuves et c’est très bien. Maintenant, il reste beaucoup de choses à travailler, notamment notre régularité. Ici, à Marseille,  nous avons eu deux mauvaises manches et on peut avoir quelques regrets à ce niveau-là parce qu’on aurait peut-être pu s’approcher de la victoire et personnellement ça m’aurait bien plu. »
Au sujet des points communs entre l’univers automobile et celui de la voile, après quelques heures passées avec le pilote Audi Romain Dumas, vainqueur des 24 Heures du Mans :  « C’est la dimension optimisation, technologie, analyse des données qui rapprochent les deux sports. En terme de pilotage (bateau/voiture), cela reste tout de même assez éloigné. Mais sur une campagne comme la Coupe, c’est intéressant, on peut faire des transferts de technologie, utiliser des logiciels d’analyse de données ou de management qui soient transférables d’une discipline à l’autre. »

Terry Hutchinson (USA), skipper et barreur de Quantum (USA) :
« Depuis le championnat du monde en 2008, nous étions en mal de victoire. Alors c’est une superbe récompense pour l’équipe, pour tout le travail accompli sur le bateau cet hiver, pour les gars du chantier Longitude Zero qui ont travaillé sans relâche. Tout cela arrive grâce à eux, autant qu’à l’équipage. Lors de la journée de brise, on s’est dit que c’était dommage, que nous avions raté un opportunité le deuxième jour dans les petits airs avec nos manches de 5 et 6 alors qu’Emirates avait eu une bonne journée et qu’ils pouvaient être forts dans les conditions musclées de la fin. Mais nous avons eu raison d’eux dans la course côtière ventée. Ils sont toujours la référence. Jusqu’à présent, ils avaient remporté les cinq dernières épreuves (depuis 2009). Une grande mission nous attend cette saison. Nous allons d’abord profiter de l’instant présent avant de nous remettre au travail la semaine prochaine… »

Ray Davies (NZL) tacticien d’Emirates Team New Zealand (NZL) :           
« Dommage que nous n’ayons pas pu naviguer les deux derniers jours, d’autant que les conditions de brise auraient pu être bonnes pour nous, même si ça s’annonçait un peu extrême. Nous allons devoir nous battre mais si vous regardez le général, ça ne change pas grand chose. Nous devons juste élever notre niveau de jeu. Nous devons juste exécuter correctement les basiques et nous en tenir à cette philosophie. Ce sont toujours les mêmes régates et personnellement, je ne vois pas pourquoi nous n’avons pas très bien marché ici les premiers jours. C’est juste que nous n’étions pas dans nos bons jours. Dans la prochaine épreuve, nous pourrions aussi facilement aligner des victoires… »