Quel avenir pour la voile?

La Principauté de Monaco qui a eu l’honneur d’accueillir les deux premières éditions du World Yacht Racing Forum cède sa place. C’est au tour d’Estoril, au Portugal, de recevoir le rendez-vous phare des décideurs de la voile de compétition. Le World Yacht Racing Forum (WYRF) 2010 se déroule du 14 au 15 décembre au Centre des Congrès de la station balnéaire bien connue pour son Open de Tennis et son Grand Prix de F1. Les principales personnalités du yachting, mais également d’autres sports, sont attendues à cette occasion. La rencontre, qui a lieu volontairement en marge des grand rendez-vous véliques, repré- sente à nouveau une occasion unique de débattre des sujets en relation avec le développement de la voile.

En plus d’un programme déjà très dense, le WYRF 2010 est associé, comme l’an passé, au Yacht Racing Design and Technologie Symposium, qui réunit surtout les ingénieurs et techniciens du domaine. Les conférences et débats auront bien sûr lieu sur le même site, et les partici- pants pourront aisément assister aux réunions de leur choix, entre le Symposium et le Forum. Le maître-mot de ces deux journées va s’articuler autour du réseautage. Mais les enjeux liés à l’avenir de la voile de compétition resteront centraux et l’America’s Cup occupera comme chaque année une place de choix dans les discussions. Il semble en ef- fet évident que les débats relatifs à la prochaine Coupe prendront une place privilégiée dans cet environnement neutre et ouvert à tous. Le WYRF avait d’ailleurs déjà été le théâtre de rencontres exclusives entre les deux protagonistes de la 33e édition.

Spithill en ouverture
James Spithill, le plus jeune barreur vainqueur de la Coupe, est attendu pour prononcer le discours d’ouverture du Forum. Un premier débat sur la position de la voile face aux autres sports d’envergure devrait donner le ton de la rencontre. Mark Turner, le Président exécutif d’OC Third Pole (lire son interview en page 26), ou encore Karin Bäcklund, qui dirige le sponsoring chez Volvo, se joindront à la discussion. Knut Frostad, CEO de la Volvo Ocean Race, Franck David, directeur de Multi One Design, et Jim O’Toole, CEO du World Match Racing Tour, prendront ensuite la parole pour envisager l’avenir des grands évènements nautiques. Le moment- clé de cette première journée devrait être la table-ronde consacrée aux coûts des différentes stratégies visant à améliorer l’audience de la voile à travers les nouveaux médias et la télévision. Le président d’IMG Media, Michael Masquelier, est particulièrement attendu sur le sujet.

La présence de Loïck Peyron, qui a la lourde tâche d’ouvrir la seconde journée de conférences, compte particulièrement pour les auditeurs. Le célèbre navigateur français, qui a rejoint le team Alinghi lors de la dernière America’s Cup, et qui navigue régulièrement en D35 sur le Léman, est réputé pour son franc-parler. Peyron qui a souvent déploré le manque d’investisseurs privés français pour challenger le plus vieux trophée sportif du monde pourrait bien s’exprimer sur le sujet et tenter de motiver ses compatriotes à enfin présenter un défi crédible.

Le bénéfice des villes-hôtes va être abordé lors de la première matinée, ainsi que les Jeux olympiques de 2012 à Weymouth. La présence du secrétaire général de l’ISAF, Jérôme Pels, pourrait bien soulever de hou- leux débats. Le responsable de la fédération avait en effet largement été attaqué lors de la précédente édition pour son manque de vision, la question de l’abandon du multicoque pour les Jeux étant le point de départ des contestations. On peut cependant espérer que Pels soit un peu mieux préparé, pour qu’il puisse apporter des réponses concrètes à son auditoire.

Quid du match racing
Le World Match Racing Tour (WMRT), qui n’a pas manqué de soulever une polémique cette année en mettant les places des participants aux enchères pourrait également se faire un peu bousculer. Jim O’Toole, qui vient de reprendre la direction du WMRT, va ainsi devoir faire directement face à ses détracteurs, même si le processus avait été mis en place avant qu’il ne prenne ses fonctions. O’Toole qui a déjà annoncé que le monocoque resterait le bateau du WMRT et que le système d’attribution des places ne changerait pas, viendra exposer les différents moyens qu’il compte utiliser pour faire de son circuit un évènement médiatique majeur du sport mondial.

Le dossier environnemental est également au programme, et la question des écobilans et autres bilans carbone que l’on retrouve aujourd’hui sur pratiquement tous les projets, va être largement évoquée. Andrew Pindar, impliqué dans le sponsoring vélique, et dans la protection de l’environnement via l’organi- sation Earth Watch, est attendu pour exprimer sa vision de ce dossier complexe.

Le World Yacht Racing Forum 2010 va encore une fois permettre aux acteurs principaux de la voile de parler du positionnement de leur sport en le confrontant aux regards extérieurs d’ob- servateurs et de spécialistes venus de divers horizons. Chacun devrait pouvoir faire le point sur ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas, et s’améliorer pour les années à venir. Le panel d’intervenants semble être à la hauteur des attentes de chacun et la rencontre promet d’être enrichissante. A suivre sur Skippers.tv et dans le prochain numéro de Skippers.