Realteam : un premier grand sacre

Texte :

Photos : ©Jesus Renedo

« À la fin, seule la victoire est belle », une maxime sportive et populaire qui s’applique à merveille à l’écurie Realteam, menée par Jérôme Clerc en GC32 et son armateur Esteban Garcia en D35. En remportant le GC32 Racing Tour, les blanc et bleu ont connu leur plus belle victoire depuis leur fondation, il y a quatre ans. Retour sur cette performance et sur les conditions de ce succès.

« Dès la première étape de la saison à Riva, on a senti qu’on avait la capacité de gagner le GC32 Racing Tour » relate Jérôme Clerc, barreur de la formation. Il est vrai que Realteam avait surpris tout le monde à Riva en surclassant une flotte de onze GC32, dont beaucoup avaient plus d’ancienneté sur le support. Après cette première mise en jambe, l’équipe n’a plus rien lâché et est montée sur le podium lors de chaque rendez-vous. Une grande régularité, quelles que soient les conditions, qui a payé sur la ligne d’arrivée. Ce résultat n’est pas anodin et vient concrétiser le pari d’Esteban Garcia et Jérôme Clerc au terme de son mandat d’administrateur du CER de Genève en 2013, de constituer une équipe de jeunes régatiers lémaniques capables de s’imposer au niveau national, voire international.

Ne rien lâcher

Les amateurs de suspense ont pu déguster un final particulièrement chaud, haletant et serré entre les deux prétendants au podium : Argo et Realteam. L’avant-dernière étape de Calvi, qui a connu des moments mouvementés avec du vent fort et des vagues, a été le théâtre d’un véritable match racing entre les deux formations. C’est d’ailleurs lors de la dernière manche que Realteam a pris l’ascendant sur son rival américain. Lors de cette ultime course, un point seulement séparait les deux teams. Le vainqueur de la manche allait donc pouvoir aborder la finale de Marseille avec un net avantage : « Nous avons fait un bon départ et nous étions en tête au premier jibe, puis nous avons juste dû les contrôler », relate Jérôme Clerc, qui admet que la stratégie de fin de saison a été principalement orientée sur le contrôle d’Argo. Cela n’a cependant pas empêché l’équipe d’accrocher une belle troisième place lors de la Marseille One Design alors qu’Argo s’est littéralement effondré en terminant bon dernier. Preuve que Realteam était bien l’équipe la plus régulière et la plus solide du circuit de cette saison.

Pour une équipe active en GC32 depuis la mi-saison 2016, la courbe de progression a été fulgurante. En effet, l’équipe n’a pas eu à rougir, tantôt alignée face à des marins issus de l’America’s Cup ou à des pointures comme Morgan Larson. « On a eu pas mal de blessures en début de saison, raconte Jérôme Clerc. Le support est extrêmement physique et nous avions besoin de faire monter à bord des gens avec de l’expérience pour nous épauler. Le physique et l’expérience ont été nos deux critères principaux de sélection ». C’est pourquoi on a notamment vu l’arrivée cette saison de deux marins rompus à l’exercice, à savoir Lucien Cujean, anciennement un des piliers de Tilt en GC32 – atteint par limite d’âge pour la Youth – et de Christophe Carbonnières en n°1, anciennement équipier sur ENGIE de Sébastien Rogues. Un coaching gagnant, qui leur a valu une victoire claire et nette d’après Christian Scherrer, organisateur du GC32 Racing Tour : « Ils ont fait une super saison, commente-t-il. Ils avaient fait plus soft l’an passé, mais là ils ont vraiment fait tout juste, leur victoire est amplement méritée ». Une victoire qui pèsera lourd dans l’histoire de Realteam qui accroche à son palmarès le plus beau titre de son histoire. Alors, quels pourront bien être les prochains défis de l’équipe ?

Les prochains défis

170514_jr_gc32_Garda_68183« Tout d’abord continuer progresser, notamment en D35, tout en consolidant une équipe composée en majorité de Suisses, décrit Esteban Garcia, armateur. On va continuer en GC32 au moins une année, et pour le reste, tout dépendra de l’évolution de la voile à l’international. » Si l’écurie a été très performante sur les foils, elle l’a moins été sur le Léman en D35. Malgré sa contre-performance, Esteban Garcia reste optimiste : « On a progressé tout au long de la saison et on termine même par un podium lors du dernier Grand prix, on a les moyens de bien faire la saison prochaine ».

Bien faire, à l’image de la victoire acquise haut la main dans les Swiss Flying Phantom Series. Imbattables dans cette série volante, Bruno Barbarin et Cédric Schmidt se sont imposés sans trembler en remportant chaque étape. Il faut savoir qu’à l’origine Realteam avait adopté le Flying Phantom pour préparer ses équipiers à voler en GC32. Aujourd’hui, c’est un segment à part entière soutenu par l’écurie. Et quant à l’avenir ? Difficile d’en savoir plus, l’équipe compte surtout construire la saison prochaine en se basant sur ses résultats encourageants. Alors que des bruits couraient sur la volonté de l’équipe d’ouvrir un nouveau chapitre son histoire avec la course au large, Esteban Garcia dément, mais confirme son intérêt pour la discipline : « On en discute, car c’est un univers qui fait rêver, mais ce n’est pas à l’agenda », a-t-il déclaré. Toujours est-il que Realteam a la chance d’avoir l’appui d’un armateur engagé et motivé : « C’est une grande fierté d’avoir accompli ça avec l’équipe après tout le travail effectué. On est vraiment motivés pour la suite », conclut Esteban Garcia, qui semble déjà avoir des fourmis dans les jambes avant d’attaquer la saison prochaine.