Regattaverein Brunnen : Haut lieu de la voile

Texte :

Photos | Walter Rudin

Le petit club de voile au coeur de la Suisse fait régulièrement parler de lui en organisant de prestigieux événements internationaux. Manifestation phare, la Windweek est devenue une grande fête populaire du nautisme.

Ce ne sont pas des locaux qui ont popularisé la voile sur le lac d’Uri durant la seconde moitié du 20e siècle. Il faut savoir que les Uranais et les Schwytzois se sentent traditionnellement plus proches des montagnes et quand ils vont sur l’eau, c’est pour pêcher. Le lac d’Uri bénéficie pourtant de conditions de vent hors du commun, et c’est une poignée de staristes, la plupart originaires de Lucerne, qui décidèrent de fonder dans les années 60 le Regattaverein Brunnen (RVB) dans le but de promouvoir la voile sportive, en particulier la monotypie. Dans le monde de la voile, les week-ends de régates organisés chaque année en août sont vite devenus incontournables. Plusieurs séries ont ainsi rapidement investi le lac réputé pour son vent régulier. Depuis, le RVB a accueilli 40 championnats de Suisse, une dizaine de championnats d’Europe et sept championnats du monde. Ce qu’il faut savoir : toutes ces manifestations d’envergure ont été rondement menées par un club qui ne dépasse pas les 100 membres ! Et depuis l’ouverture de la marina de Fallenbach près de Brunnen, il existe aussi une infrastructure qui répond aux besoins de grandes régates.

Platu2Acceptation difficile

Au début, le RVB ne bénéficie d’aucun soutien dans la région, une certaine prudence se faisant ressentir à l’encontre de citadins. Une amélioration de la situation se fait sentir lorsque les premières personnes du cru rejoignent le club. Encore aujourd’hui, la moitié des membres viennent de l’extérieur, mais depuis que les présidents habitent à Brunnen, le club est bien accepté. De plus, le RVB mène de nombreuses activités pour mieux intégrer la voile au niveau local et la faire connaître chez les jeunes. Outre des initiations pour les écoliers en Optimist et en Laser et un engagement dans le cadre du « passeport vacances », il possède sa propre section junior qui commence à engranger ses premiers succès. Les autorités communales et l’office du tourisme de Brunnen ont réalisé que la voile constitue une diversification touristique intéressante et apporte une plus-value considérable. Cette prise de conscience se voit notamment dans divers projets communaux qui consistent à réaménager les rives de Brunnen et à mettre en valeur des activités sur l’eau. Selon les calculs de René Baggenstos, le Président du RVB, le championnat d’Europe des 6mJI organisé mi-juillet à Brunnen a apporté en tout et pour tout un million de francs au secteur touristique de la commune.

Le succès de la Windweek

Le championnat d’Europe des 6mJI n’était pas le seul événement international de cette saison. Mi-août, Éric Monnin y a remporté brillamment le championnat du monde de Platu 25 dans le cadre de la Windweek. Avec ses nombreuses animations, cette grande fête populaire du nau-tisme attire chaque année davantage de badauds. Son financement est assuré, même si Brunnen ne bénéficie pas de l’environnement urbain souvent indispensable à la mise en place d’une telle manifestation. À Zurich, il serait plus facile de créer un réseau et de trouver un partenaire fort capable de marquer de son empreinte la Windweek, à l’image de Mirabaud avec le Bol d’Or. C’est aussi pour cette raison que cette semaine vélique constitue un défi logistique énorme pour ce club de taille modeste. « Avec de telles manifestations, le système de milice atteint ses limites, mais financièrement, nous n’avons pas le choix », relève René Baggenstos. Il s’est investi sans compter pour mobiliser suffisamment de bénévoles. Mais malgré cet engagement de toutes parts, le RVB ne peut satisfaire toutes les demandes d’organisation de régates de série ou de championnats. Pour l’avenir, Baggenstos pense mettre à contribution les associations de série : « Ceux qui veulent disputer des régates chez nous seront obligés de fournir des bénévoles. » Il envisage une sorte de système à points : les associations qui mettent à disposition un grand nombre de bénévoles auront le droit de revenir les années suivantes sur un des plus beaux plans d’eau de Suisse.