fbpx

Safram remporte la 50e Kékszalag

Un grand succès pour Safram au lac Balaton, un équipage français s’impose dans la canicule aux 5 Jours du Léman, des Suisses reviennent des mondiaux de Dart 18 avec une médaille d’argent et Valentin Gautier devrait venir à bout d’ici demain de la première étape des Sables – Les Açores – Les Sables.

Après son avarie de gennaker l’an passé lors de la Kekszalag, l’équipage du Ventilo M1 Safram est revenu en Hongrie avec l’envie de bien faire. Ils ont finalement excellé face à un plateau relevé dans lequel on trouvait par exemple des D35, des AC45 et toutes sortes de catamarans performants. Safram, barré par Christophe Peclard et skippé par Rodolphe Gautier, s’est imposé en 13 heures sur un parcours long de 155 km et avec plus de dix minutes d’avance sur le D35 PreVital. On peut souligner la participation impressionnante à cette 50e édition du pendant hongrois du Bol d’Or Mirabaud avec 662 bateaux au départ.

Du Sud au lac Léman

Le Léman a beau être un terrain à rebondissements, les 5 Jours du Léman sont pour leur part restés très constants pour les trois premiers. Échappés dès le premier jour de course, Pierre Varin et Frédéric Peroche sur Zig Zag n’ont jamais cédé la première place. Originaires de Saint Raphaël, les deux Français participent chaque année à la course depuis 2014, preuve que la persévérance paye et qu’ils connaissent désormais le lac comme le cockpit de leur Surprise.

Vice-champions du monde

Samedi dernier, Michieli Fehr (35 ans) et son jeune coéquipier Andri Fried (17 ans) sont arrivés seconds des mondiaux de Dart 18 sur le lac de Côme. Avec presque 100 participants, cette série monotype lancée en 1975 affiche toujours une belle santé. Après quelques jours de thermiques modérés, les participants ont pu terminer leur championnat avec de bons airs, assurant le succès de la manifestation.

Pour finir, demain, c’est Valentin Gautier qui devrait retrouver le port de Horta. Cette première étape des Sables – Les Açores – Les Sables aura été longue et difficile avec de nombreuses zones de transition et des dorsales à gérer. Même si la première place ne semble pas atteignable, le podium de cette manche et jouable et dépendra du succès de sa stratégie. Alors que le marin genevois mène un groupe au sud, il se bat contre le tenants d’une route plus directe au nord qui pourrait bien lui souffler le podium. L’arrivée se jouera dans un mouchoir de poche !