Sam Davies : « Je suis fière de lui ! »

Dimanche 31 octobre -13h02. La flotte des 86 concurrents de la Route du Rhum La Banque Postale 2010 s’est élancée devant des centaines d’embarcation, sous un ciel légèrement voilé et par une faible brise de 12 nœuds de secteur sud-est. Après 1heure de course, Groupama enroulait en la bouée mouillée devant le cap Fréhel où s’était donné rendez-vous plus de 50 000 personnes. Dans son sillage, Gitana XI se présentait, suivi d’une centaine de mètres par Oman Air Majan, qui s’adjugeait une très remarquée 3ème position, à 10mn du leader.

 En passant Fréhel dans le trio de tête, Sidney confirme qu’il est, contre toute attente, l’un des vrais clients de cette édition, en dépit d’un trimaran le moins véloce de la flotte Ultime. En effet, sans mât basculant, et sans foils, Oman Air Majan n’est pas sur le papier l’un des bateaux favoris.  C’est donc une excellente surprise de voir que Sidney Gavignet a su tirer son épingle du jeu au cours des trois premières  heures de course très peu ventées.

 Après Fréhel, les 5 Ultimes ont tirés quelques bords, Groupama et Oman Air Majan restant plutôt à terre, alors que Gitana XI emmenait  Sodebo et Idec un peu plus au large. Deux heures plus tard, à 16h, les  Ultimes,  à nouveau regroupés, faisaient tous cap au nord-ouest pour se positionner au mieux dans un flux de nord annoncé pour la fin de la journée. Les positions sur le tracker du site officiel de la course donnaient à 16h dans l’ordre : Groupama, Gitana XI, Oman Air Majan, bord à bord, avec un léger avantage sur Sodebo et Idec. Oman Air Majan affichant la meilleure vitesse du « Club de 5».

  Samantha Davies, Consultante stratégie-météo et communication du team : « Je suis très fière de Sidney. ll a fait un départ formidable qui montre combien il maîtrise sa course et son mental. Son départ a été incroyable.  Le fait qu’il ait envoyé son genaker bien avant le coup d’envoi de la course a montré qu’il  maîtrisait parfaitement la situation, la vitesse de son bateau. Il se savait dans une parfaite forme physique pour assumer un départ à fond. Il était dans le bon timing. Qu’il soit passé à Fréhel en 3ème position est vraiment énorme.  Pour lui c’est formidable, car commencer une course bord à bord avec les favoris de sa classe montre qu’il est complètement dans le match. C’est bon pour le moral et je sais qu’il va se donner à 200% dans les heures qui viennent pour maintenir la pression et sortir de la Manche dans les premiers . Mais jusqu’à la fin d’après-midi les choses vont être compliquées parce que le vent contraire va continuer à faiblir jusqu’à ce que la flotte rencontre le vent de nord. Le reaching permettra aux skippers de reprendre un peu leur souffle en activant leur pilote. Mais Sidney va sûrement rester aux taquets. Il a la forme physique pour se le permettre.»

 Le roman à suspens de ce Rhum 2010 vient d’ouvrir  son premier chapitre.

  

SIDNEY GAVIGNET, SKIPPER D’OMAN AIR MAJAN

 

Né le 23 Décembre 1968 (41 ans) à Saint Martin d’Hères (38),

Première navigation en compétition sur le Lac d’Annecy à 14 ans.

Habite à La Courneuve (Sein St Denis – 93).

Marié, 2 filles.

Inscrit sur les listes des athlètes de haut niveau de la Fédération Française de Voile.

Le plus grand spécialiste français de la Whitbread/Volvo Ocean Race (4 participations)

Première participation à la Route du Rhum

 Au départ de la dernière Volvo Ocean Race, une journaliste avait titré un long portrait de Sidney : « Le moine-soldat des mers ». Un regard sur lui dans lequel il se reconnait : sobriété du style et des paroles, engagement dans le travail d’équipe, rigueur, discipline et passion de la mer. Une personnalité qui lui permet de laisser libre cours à son obsession : la performance.  Sidney Gavignet fait partie du Team Oman Sail depuis mars 2010, date à laquelle il a embarqué sur le maxi trimaran alors nommé Majan, pour un tour de l’océan Indien.  Il est, depuis le 24 août 2010, le détenteur, toutes catégories, du Record des Iles Britanniques, solitaire et équipage, sur Oman Air Majan, en 4 jours 15h 9mn 27s à 15,95 nœuds sur un parcours de 1 787 milles – temps homologué.