Secret Men’s Business 3.5 vainqueur de la Tattersall’s Cup

Geoff Boettcher, propriétaire et skipper de Secret Men’s Business, remporte la Tattersall’s Cup, décerné au voilier ayant réalisé le meilleur temps compensé. Avec un temps de course corrigé de 4 jours 1 heure 29 minutes et 40 secondes, Secret Men’s Business devance le Cookson 50, Jazz de Chris Bull, de près de 36 minutes. Shogun de Rob Hanna, anciennement Wot Now, termine à la troisième place du podium. Seul français dans la course, Qualiconsult l’Ange de Milon termine quatrième en IRC 3, une place plus qu’honorable pour Jacques Pelletier victime de nombreux problèmes à bord de son X43.

Amarré à Adélaïde, Secret Men’s Business est le deuxième voilier du Cruising Yacht Club of South Australia à remporter la Tattersall’s Cup. En effet, en 2009, Two True portait fièrement les couleurs du CYCSA au plus haut sommet de la voile australienne.

« C’est un rêve d’enfant de participer à cette course, la faire est fantastique mais la remporter est tout simplement exceptionnel. C’est le summum pour un mec en Australie. » Commentait Geoff Boettcher.

Afin d’optimiser ses performances au près, Geoff Boettcher a fait subir à son 51 pieds de lourdes modifications : « Nous avons gardé le mât, le pont, le safran et la quille ainsi que l’électronique mais la coque est entièrement neuve. Et tant qu’à faire, nous lui avons ajouté un mètre. Malheureusement nous ne connaissions pas réellement son potentiel n’ayant eu que très peu d’opportunités pour naviguer dans le gros temps. Nous sommes donc très fiers de notre résultat. »

Avec 22 Rolex Sydney Hobart à son actif, Geoff Boettcher décrit cette édition 2010 comme difficile. « C’était vraiment difficile. Nous avons eu un peu de tout sur une mer cassante. Je ne sais pas combien de bateaux ont dû abandonner mais je suis certain que le pourcentage est élevé. L’anémomètre a affiché jusqu’à 50 nœuds de vent et remporter une édition aussi difficile me rend d’autant plus fier. »

L’Ange est passé

Pour sa première participation à la Rolex Sydney Hobart, Jacques Pelletier, propriétaire et skipper de Qualiconsult l’Ange de Milon, revient sur sa course : « Nous avons connu quelques problèmes lors de l’arrivée du coup de vent. Notre poulie de drisse ayant cassé, notre ris a sauté provoquant une panne de l’électronique. La drisse de foc n’a également pas résisté mais heureusement nous avons pu la récupérer et ainsi renvoyer la toile. De son côté, la grand-voile s’est un peu déchirée mais pas suffisamment pour nous obliger à abandonner. Nous avons envisagé de faire une escale afin de réparer ces dégâts mais heureusement nous avons réussi à le faire en mer. Cette mésaventure nous a tout même coûté plus d’1h30 de retard. L! e bateau s’est très bien comporté et nous en sommes surpris. Pendant 7 à 8 heures, le vent a soufflé à 48 nœuds établi avec des vagues de 4 mètres, déferlant un peu sur la crête.

Lorsque le vent descendait sous les 35 nœuds, nous trouvions qu’il ne soufflait pas assez mais le plus perturbant était la rapidité avec laquelle le vent oscillait en direction et en force. Il pouvait passer de 30 à 40 nœuds d’un seul coup. Nous n’étions pas habitués. Cette course est formidable et je pense que mon équipage et moi-même avons vécu une sacré expérience. » Nous commentait Jacques Pelletier à son arrivée à Hobart.

Au classement général, l’Ange de Milon termine à la 4e place en temps compensé en IRC 3 et à la 27e place au général. Mais avant le résultat, c’est surtout la fierté et l’expérience qui resteront de cette aventure australienne pour les frenchies.

À 23h30, heure de Sydney, 53 monocoques avaient franchi la ligne d’arrivée, 16 étaient encore en course et 18 avaient abandonné.

Wave Sweeper, le First 40.7 de Morgan Rogers, navigue actuellement à 107 milles de Hobart à une vitesse de 4,9 nœuds et ferme la marche.