Séparation de trafic

Les deux nouveaux leaders espagnols prennent la poudre d’escampette en bénéficiant d’un alizé certes modéré, mais qui devient de plus en plus favorable par rapport à leurs poursuivants en prenant une direction Est, voire Nord-Est. Et pendant que toute la flotte gagne dans le Sud, Foncia et Virbac-Paprec 3 essayent d’écourter au maximum leur escale technique à Recife.

Ils sont arrivés, ils ont vu et ils vont repartir: Foncia fut le premier à rallier Recife ce samedi à 0h30, puis à 9h30 (heure française), Virbac-Paprec 3 embouquait lui aussi le chenal d’entrée. Et tout de suite, les deux équipes techniques se mettaient au travail, la première pour gruter le bateau et réparer la crash-box, la seconde au mouillage (problème de tirant d’eau dans le port) pour remplacer la barre d’écoute de grand-voile défaillante. Les deux équipages espéraient pouvoir repartir avant la nuit brésilienne… Virbac-Paprec 3 pourrait ainsi reprendre la mer dès 22h (heure française) ce samedi, tandis que Foncia prévoit de sortir du port de Recife entre 2h et 4h (heure française) dimanche. Ce qui, au rythme qu’impulsent désormais les deux leaders espagnols, constituerait un retard inférieur à 300 milles, soit presque une journée de mer pour le premier, et autour de 350 milles, soit une bonne journée pour le second. Seulement voilà : quand Estrella Damm et MAPFRE naviguent à plus de cent milles des côtes, le duo Michel Desjoyeaux-François Gabart et le tandem Jean-Pierre Dick-Loïck Peyron doivent d’abord s’écarter au plus vite des rives sud-américaines soumises au régime des brises thermiques, donc très variables au fil des heures.

Prendre le large

Or pour glisser vers le régime d’alizés de Nord-Est d’une quinzaine de nœuds installés à soixante milles dans l’Est, les deux équipages français vont devoir serrer le vent et ce n’est qu’à une dizaine de nœuds seulement qu’ils progresseront pendant une dizaine d’heures… Alors que les cinq bateaux les plus proches au classement ne font qu’accélérer à une douzaine, voire à une quinzaine de nœuds pour les deux leaders. En effet, Estrella Damm déjà vent de travers ce samedi midi voit l’alizé prendre lentement une orientation Nord-Est, et dès dimanche une direction Nord. Plus de vent et un meilleur angle égalent vitesse accrue ! Et il en est de même pour MAPFRE qui n’est qu’une trentaine de milles en latitude derrière Alex Pella et Pepe Ribes. Et Iker Martinez et Xabi Fernandez n’ont connu aucun souci technique tout comme leurs compatriotes… Quant aux suivants qui ont profité du pit-stop des « Brésiliens » pour devancer les deux bateaux français au classement, ils se situeront approximativement à la même latitude que Recife ce samedi soir, mais deux cents milles plus au large !

Les voies de Sainte-Hélène…

…Sont pénétrables ! Mais difficiles à cerner : l’anticyclone a en effet tendance à se reproduire par scissiparité et deux cellules se forment, l’une dans le Sud-Est de l’Atlantique Sud centrée vers le 30°S, l’autre dans le Sud-Ouest centrée par 45°S. Entre les deux, un front froid venu de Sao Paulo forme une diagonale orageuse avec beaucoup de pluies et surtout des vents forts de secteur Nord-Ouest sur sa partie méridionale. C’est ce que vont chercher les leaders, mais il faut aller vite pour ne pas se retrouver derrière ce front où les averses toujours diluviennes tombent verticalement en l’absence de vent… Mais les hautes pressions de Sainte-Hélène ne se multiplient que provisoirement : une fois cette perturbation brésilienne évacuée vers les Quarantièmes Rugissants, les deux cellules se phagocytent pour reconstituer un gros bloc anticyclonique dans le Sud de l’île d’Ascension d’ici une semaine !

Les derniers seront…

…Certainement heureux de savoir que ce changement météorologique leur ouvre une voie directe vers les Quarantièmes Rugissants : comme les hautes pressions se remettent en place, ils vont pouvoir serrer le vent de secteur Sud-Est après l’équateur, constater vers le 8°S que la brise s’oriente à l’Est (ils vont accélérer), puis vers le 15°S tourne au Nord-Est pour finir au secteur Nord sur le 25°S. Hugo Boss, FCM et Central Lechera Asturiana pourraient alors tirer une droite dès dimanche, directement vers la première porte des glaces… Il n’est pas encore envisageable qu’ils dépassent les leaders actuels qui possèdent ce samedi plus de 350 milles d’avance, mais ils pourraient revenir au contact et même dépasser le groupe intermédiaire (Mirabaud, Groupe Bel, Neutrogena, Gaes, Renault ZE) qui est taraudé par le doute : suivre les premiers dans l’Ouest au risque d’arriver trop tard sur le front froid, ou incurver déjà la route vers le Sud-Est pour anticiper l’évolution anticyclonique avec le danger d’être trop décalé dans l’Ouest quand la cellule se reconstituera. Cette entrée hémisphérique génère bien des circonvolutions corticales… Et surtout une probable dispersion importante sur l’Atlantique Sud : à chaque groupe, son propre chemin !

Classement du 15 janvier à 15 heures :

1 ESTRELLA DAMM Sailing Team à 21381 milles de l’arrivée

2 MAPFRE à 104 milles

3 GROUPE BEL à 119 milles

4 MIRABAUD à 141 milles

5 FONCIA à 158 milles du leader

6 VIRBAC-PAPREC 3 à 158 milles

7 NEUTROGENA à 237 milles

8 GAES CENTROS AUDITIVOS à 261 milles

9 RENAULT Z.E à 267 milles

10 HUGO BOSS à 368 milles

11 FORUM MARITIM CATALA à 370 milles

12 CENTRAL LECHERA ASTURIANA à 376 milles

13 WE ARE WATER à 458 milles

ABN PRESIDENT

Ils ont dit :

Jean-Pierre Dick, Virbac-paprec 3 : « L’arrivée à Recife était assez longue avec des brises thermiques et des gros grains qui nous ont arrêtés. Nous sommes arrivés à 5h40 local (9h40 en France), l’équipe technique venait d’atterrir à peine une heure avant. Maintenant le bateau est amarré. On est à pied d’œuvre pour la réparation. Nous espérons que l’intervention dans son ensemble durera 12h. Il y a toujours des aléas. L’important est de vite repartir en course et de re-rentrer dans le jeu ! C’est assez folklorique ! C’est une ambiance hors du commun avec Foncia juste à côté. Les deux équipes sont à moins de 20m. Avec Michel et François, nous nous sommes retrouvés dans le même appartement à Recife pour aller prendre une douche ce qui était assez drôle. Avec Foncia, on ne se quitte pas depuis plusieurs mois ! Déjà nous avons ôté tous les éléments du rail existant. Après, nous allons mettre des contre plaques avec des boulons. Cela sera plus costaud qu’avant. Le nouveau rail a été courbé à la bonne taille en France hier matin. Il sera posé dès que tous les inserts auront été faits. Une fois que tout aura été remonté, que l’accastillage et les bouts seront remis en place nous pourrons repartir avec Loïck. Un nouveau challenge se présentera alors à nous !»

Kito de Pavant, Groupe Bel : « La nuit est calme sur Groupe Bel, le vent est relativement régulier pour une quinzaine de nœuds et seul le bruit de l’éolienne vient troubler l’ambiance. On en profite pour se reposer et reprendre des forces afin d’être prêt pour les Mers du Sud. Demain dimanche, un petit check du bateau et diverses bricoles seront effectués. Nous regardons de près la situation météo et en autre la position du fameux anticyclone de Sainte-Hélène qui évidemment risque de nous compliquer la vie sur la route des Quarantièmes. Il n’y a pas beaucoup de touristes dans les parages et seul quelques cargos en route pour le Brésil ou l’Europe ont été vus dans la journée. »