SUI Sailing Awards 2019 : à vous de participer !

Organisée depuis dix ans par Skippers et Swiss Sailing, la biennale des prix officiels de la voile suisse prépare son édition 2019. La cérémonie de remise des prix se déroulera à Berne dans le cadre de la SuisseNautic le 23 février 2019. Elle récompensera les meilleurs éléments de la voile suisse dans cinq catégories pour leurs performances en 2017 et 2018 (Female Sailor, Male Sailor, Junior Sailor, Sailing Team, Sailing Project, Public Awards). La voix du public comptera pour 30 % dans chacune d’entre elles, parallèlement à celles des membres du jury officiel.

Participez !

Sans-titre-3

Female Sailor of the Year 2017-2018

UN-250
Maud-Jayet

Maud Jayet

Après sa déception de n’être pas parvenue à obtenir son ticket pour les JO de Rio, Maud Jayet s’est finalement dépassée pour qualifier la Suisse en Laser Radial lors des mondiaux d’Aarhus en août dernier. Avec à la clef une belle 9e place, elle fut également la première athlète à confirmer un bateau suisse en vue des JO de Tokyo. Malgré quelques résultats en dents de scie, dus en partie à la concurrence acharnée au sein de cette classe, Maud Jayet est parvenue à enregistrer plusieurs performances remarquables : une 6e place en 2018 à la finale de la coupe du monde à Marseille et, en 2017, une 10e place à la coupe du monde de Miami et une 14e place à la coupe du monde de Hyères.

Justine_soloconcarneau_0185

Justine Mettraux

Talentueuse et dotée d’une grande capacité de travail, Justine Mettraux se confronte depuis trois saisons à l’univers impitoyable de la Solitaire du Figaro où les écarts se mesurent en minutes et en secondes après des centaines de milles parcourus en solitaire. 7e en 2017 de l’épreuve, elle est la troisième femme de l’histoire à rentrer dans le top 10 de cette course mythique. La même année, la navigatrice de Versoix (GE) termine 4e de la Transat Jacques Vabre en Class40 avec Bertrand Delesne, derrière trois bateaux de nouvelle génération. En 2018, Justine Mettraux est parvenue à se hisser de nouveau à une belle place lors de la Solitaire du Figaro – 11e – tout en ayant participé à deux manches de la Volvo Ocean Race à bord de Dongfeng, le bateau vainqueur.

Heidi-Ulrich

Heidi Ulrich

Depuis six ans, Heidi Ulrich consacre tout son temps à la planche à voile. En juillet dernier, cette véliplanchiste de 34 ans domiciliée à Flüelen dans le canton d’Uri a établi un nouveau record de vitesse lors du « Prince of Speed ». Au large de La Palme au Sud de la France, elle a affolé les compteurs avec une moyenne de 36,6 noeuds sur une distance d’un mille nautique. Avec cet exploit, elle a pulvérisé le record du monde de speed-surf de sa rivale Zara Davies qui le détenait depuis douze ans. Pendant cinq jours, elle était la véliplanchiste la plus rapide de la planète, avant que la Britannique ne lui arrache à nouveau le record. Récemment, Heidi Ulrich a renchéri en atteignant les 43,01 noeuds à l’entraînement le long des côtes françaises. Nous attendons avec impatience la suite de ce duel.

Male Sailor of the Year 2017-2018

UN-250
Alan

Alan Roura

En février 2017, à l’âge de 23 ans, Alan Roura est devenu le plus jeune skipper de l’histoire à boucler un Vendée Globe, et pas avec n’importe quel bateau : le fameux Super Bigou construit par Bernard Stamm qui n’était jamais parvenu à conclure de tour du monde en course. Sa 12e place, obtenue devant des bateaux plus récents, et après un combat de 105 jours dans les mers les plus inhospitalières de la planète, est un véritable exploit sportif et humain. S’il n’est pas encore monté sur les podiums de la classe IMOCA, Alan Roura est tout même parvenu à pérenniser son projet de course au large en mettant sur pied une structure compétitive : La Fabrique Sailing Team, une équipe de cinq personnes chargée d’optimiser les performances de son nouvel IMOCA à foils.

Mateo-Sanz-Lanz_9822

Mateo Sanz Lanz

En 2013, l’Hispano-Suisse Mateo Sanz Lanz décide de défendre les couleurs du pays natal de sa maman Barbara – une aubaine pour la Suisse. Depuis, il ne cesse de s’illustrer en RS:X. Lors des championnats du monde 2017 à Enoshima, ce spécialiste du petit et moyen temps, membre du Gstaad Yacht Club et de SST, s’est emparé de la médaille d’argent pour récidiver un mois plus tard avec une troisième place à la coupe du monde de Gamagori. En 2018, il a continué à surfer sur le succès en se classant régulièrement dans l’élite mondiale. Avec une deuxième place lors de la coupe du monde à Enoshima, le plan d’eau des compétitions de voile des JO 2020, et la victoire lors de la semaine olympique d’Enoshima quelques jours plus tard, il a débuté la saison 2019 sur les chapeaux de roue. Au vu de cette répétition générale réussie, Mateo Sanz Lanz a déjà pris rendez-vous avec les prochains Jeux.

Nils

Nils Theuninck

Après une carrière prometteuse en Laser avec plusieurs titres nationaux et internationaux, Nils Theuninck (GYC/CNP) a réussi une entrée spectaculaire dans la série des Finn. Avec une 16e place lors de la coupe du monde à Miami, il a d’emblée affirmé ses ambitions. Son titre de champion d’Europe U23 durant sa première saison n’a fait que confirmer son talent. Au Trophée Princesa Sofia, le jeune athlète du cadre national de SST tout juste âgé de 21 ans s’est à nouveau offert une place dans le top 10 mondial (8e). Fin mai, il remporte avec le Team Tilt le championnat du monde des GC32, un autre exploit après sa troisième place à la Red Bull Youth America’s Cup l’an dernier. Lors de l’ouverture de la coupe du monde à Enoshima, il s’est pour la première fois qualifié pour une Medal Race et termine sur une excellente 10e place.

Junior Sailor of the Year 2017-2018

logo_MIRABAUD-high-res250
IMG_4322

Arnaud Grange et Marie van der Klink

L’année 2018 fut couronnée de succès en Nacra 15 pour Arnaud Grange et Marie van der Klink ! Le binôme s’est d’abord illustré par une 7e place aux mondiaux de la classe à Barcelone, puis par une 6e place aux World Sailing Youth World. La saison s’est ensuite poursuivie par une brillante médaille de bronze au championnat d’Europe U19 sur le lac de Côme et un titre de champion de la classe en Suisse. Toujours dans la série, les jeunes espoirs ont porté la Suisse à la 10e place lors des Jeux olympiques de la jeunesse de Buenos Aires cet automne. Pour couronner le tout, Arnaud et Marie naviguent activement à bord du D35 Okalys avec lequel ils ont obtenu une seconde place au scratch lors du Bol d’Or Mirabaud alors qu’Arnaud partageait la barre avec l’illustre Loïck Peyron.

Wallenberg-et-anastassov

Max Wallenberg et Amanda Björk

En 2016, il avait remporté l’or au championnat du monde d’Optimist à Vilamoura offrant ainsi le deuxième titre mondial à la Suisse après celui de Nicolas Rolaz deux ans plus tôt. Max Wallenberg avait donc amplement mérité d’être désigné « Junior Sailor of the year 2016 », à égalité avec Nicolas Rolaz. Aujourd’hui, il est à nouveau nominé dans la même catégorie, mais cette fois avec Amanda Björk-Anastassov. Les deux jeunes talents lémaniques, membres du Youth Team de SST, se sont déjà distingués à maintes reprises. Leur plus grand succès à ce jour ? La médaille d’or au championnat du monde junior à Sanya (Chine) en décembre 2017, titre qui leur a valu une nomination pour le prix du meilleur espoir de l’Aide sportive.

Maxime-Chabloz

Maxime Chabloz

Ce n’est qu’en 2014 que le jeune habitant de Nidwald aux origines vaudoises participe à sa première compétition de kitesurf! Deux ans plus tard, il est sacré champion du monde junior. Il réitère cette performance à deux reprises. Diplômé de l’école de sport-études à Hergiswil, le prodige tout juste âgé de 17 ans se classe deuxième dans la World Kiteboarding League Qualifier. Cet exploit lui ouvre les portes de la WKL Elite League où il se mesure à l’élite mondiale… et où il continue à cartonner. Sans gêne, il s’adjuge une spectaculaire troisième place aux World Kiteboarding Championships 2018 à Akyaka (Turquie). Ce n’est pas tout : aux GKA AirGames 2018, il se hisse plusieurs fois dans le top 10 et termine 3e au général. Grâce à ses excellents résultats, Maxime Chabloz s’est qualifié à la dernière minute pour les Jeux olympiques de la jeunesse 2018, où il a terminé 5e.

Sailing Team of the Year 2017-2018

Logo-ParkGstaad-CJMN250
Linda-et-Maja

Linda Fahrni / Maja Siegenthaler

Linda Fahrni, 26 ans, et Maja Siegenthaler, d’un an sa cadette (toutes les deux du TYC), naviguent ensemble depuis 2008, d’abord sur 420, et depuis 2011 sur 470. Les deux jeunes femmes de l’Oberland bernois forment une équipe bien rodée. Elles font partie de l’élite mondiale où elles se retrouvent régulièrement dans le haut du classement. En 2017, elles ont remporté le Test Event à Aarhus et obtenu une magnifique 3e place à la coupe du monde de Hyères. En 2018, les deux athlètes de SST ont pris la troisième place au trophée Princesa Sofia et aligné plusieurs victoires de manches à d’autres régates de niveau international. Rebelote au championnat du monde à Aarhus où elles avaient qualifié la Suisse pour les JO 2020 avec une brillante entrée en matière avant de voir une disqualification annuler leur ticket pour Tokyo.

tilt_PM_WC_GARDA_5598

Team Tilt

L’incroyable aventure de Team Tilt qui s’était donné pour objectif de performer aux côtés des grandes nations de voile à la Red Bull Youth America’s Cup s’est soldée par une magnifique médaille de bronze lors de l’été 2017. Forte de son expérience en foiling, l’équipe emmenée par Sébastien Schneiter est devenue ce printemps la première formation à remporter le tout nouveau titre de champion du monde de GC32. Parallèlement, Team Tilt supporte quate projets olympiques en vue des JO de Tokyo : Sébastien Schneiter et Lucien Cujean en 49er, Maud Jayet en Laser Radial et Nils Theuninck en Finn. Avec une 10e place aux mondiaux d’Aarhus, Sébastien et Lucien sont parvenus à qualifier la Suisse pour les JO en 49er et confirment leur bonne forme observée avec trois tops 10 lors de régates majeures cette saison. En Laser, Maud a également obtenu le sésame olympique (voir son portrait sous la rubrique Female Sailor of the Year), alors que Nils Theuninck (également nominé comme Male Sailor of the Year) s’est illustré avec un titre de champion d’Europe U23 et plusieurs tops 10 lors de rendez- vous mondiaux ou européens.

Alinghi_Muscat_LloydImages_112

Alinghi

L’équipe aux deux aiguières d’argent est toujours à la hauteur de sa légende. Elle a notamment conquis en décembre 2016 son troisième titre dans les Extreme Sailing Series, a terminé de justesse 2e derrière SAP en 2017, et a reconquis le trophée début décembre à Los Cabos (Mexique). Parallèlement, le D35 de la formation barré par Ernesto Bertarelli affiche une suprématie incontestée depuis deux ans sur le championnat annuel de la classe. Avec Arnaud Psarofaghis à la barre cette fois, Alinghi a remporté le Bol d’Or Mirabaud 2017 couru dans une bise exceptionnelle.

Sailing Project of the Year 2017-2018

Compass_Logo250
44296856315_6f7ebc8395_o

Swiss Sailing League

Aucun autre circuit ne propose des régates à un tel niveau d’excellence. Synonyme d’innovation, d’esprit d’équipe, de plaisir et de respect de l’environnement, la Swiss Sailing League sort résolument du lot. Organisée la première fois en 2015 sous forme de deux compétitions pilotes, elle regroupe aujourd’hui 18 étapes et trois ligues distinctes : la Swiss Sailing Super League (1re ligue), la Swiss Sailing Challenge League (2e ligue) et depuis peu, la Promotion League (3e ligue). À cela se sont ajoutés cette année une Youth Cup, une Women’s Cup ainsi qu’un Match Race. Le format de la SSLA est très bien accueilli par les clubs et remporte un franc succès auprès des athlètes et des spectateurs qui apprécient tout particulièrement l’attractivité et le suspens des régates. Les courses se déroulent sur six voiliers identiques mis à disposition par l’organisateur. De courtes durées et sur des courtes distances, elles permettent aux équipages de courir une multitude de manches et garantissent des manoeuvres et des passages de bouées très disputés.

13juin_Loris-von-Siebenthal

Bol d’Or Mirabaud

Avec 2533 navigateurs venus de toute la Suisse et de l’étranger, 559 bateaux inscrits, 180 bénévoles, 121 Surprise, 66,5 milles nautiques et un chrono gagnant de 14 heures, 14 minutes et 2 secondes, le Bol d’Or Mirabaud 2018 affiche des chiffres impressionnants. Organisé par la SNG, le Bol d’Or Mirabaud est la plus grande régate du Léman et une des plus importantes courses en bassin fermé du monde. Après une première édition en 1939, il a fêté cette année son 80e anniversaire. Outre ses spectaculaires multicoques, cette grande classique lémanique impressionne par la présence des nombreux Surprise, sans conteste la série reine du Bol d’Or. Ce mélange de sport populaire et de sport d’élite, de tradition et d’innovation est incontestablement un des points forts de cette grand-messe de la voile, tant pour les participants que pour les spectateurs sur et autour du Léman.

180707Gonet_nicolas_jutzi_W6A8177

Monofoil Gonet

Le Monofoil Gonet est la dernière innovation suisse dans le monde de la voile. Après le travail de pionnier de Michi Aeppli avec les Quant 28 et 23, Eric Monnin, l’un des régatiers les plus talentueux de Suisse, a maintenant développé et construit un nouveau système de foils révolutionnaire pour monocoque. Aux côtés d’Éric Monnin, champion d’Europe de Match Racing, et du constructeur Damian Weiss, qui a accumulé beaucoup d’expérience au sein de l’équipe de construction d’Alinghi, Jean-Claude Monnin, frère d’Éric et figure clé du design team d’Emirates Team New Zealand, est également associé au projet. Ils sont tous convaincus que l’avenir du foil n’appartient pas uniquement aux multicoques et qu’un monocoque est aussi capable de voler à haute vitesse. Les premiers essais très prometteurs semblent leur donner raison. Le vrai défi pour le Monofoil Gonet, qui a probablement son plus grand potentiel dans les vents forts, sera désormais de voler même dans les vents faibles.