SURPRISE : la production reprend depuis Saint-Malo

Le bateau le plus importé en Suisse a vu ses moules quitter le chantier Archambault l’été passé pour rejoindre celui de BG Race à Saint-Malo. Les trois premières unités ont été assemblées par la petite équipe de Servane Escoffier et de Louis Burton, deux régatiers chevronnés à la tête du chantier jusqu’ici spécialisés dans les prototypes et bateaux de course. Louis Burton fait d’ailleurs parti des navigateurs ayant échappé à l’hécatombe de la Jacques Vabre, et d’autre part le Tizh40 Le Conservateur de Yannick Bestaven issu de leur chantier a dominé la flotte des Class40. Construire des bolides de course ou des bateaux de série demande une certaine capacité d’adaptation, ce dont les deux associés ont conscience et assurent détenir. Sur les 25 collaborateurs de BG Race (bureau, bureau d’étude et production), quatre se consacrent déjà aux Surprise, dont la production devrait se limiter à quinze unités en 2016. La fabrication des Surprise est réalisée dans la même halle que celle des monotypes M7.50, dont un exemplaire navigue en Suisse et s’avère bien fini de l’aveu de François Séchaud. L’importateur suisse de Surprise a présenté au Salon nautique du Léman la première unité livrée par BG Race et estime que « ces Bretons ont l’air assez sérieux, se donnent de la peine, sont dynamiques et travaillent dans une bonne ambiance ». Quid des Grand Surprise ? Servanne Escoffier, qui se dit très complémentaire de son associé Louis Burton, a déjà prévu de reprendre la production dans une autre halle du chantier où sont construites les commandes spéciales, mais uniquement lorsque la demande le justifiera concrètement. Dans un premier temps, BG Race entend reconstruire un réseau de distribution et reçoit les agents au salon sur son stand H29 au Salon nautique de Paris. François Séchaud (pour la Suisse) et Philippe Raphoz (pour le Léman français) sont bien sûr toujours à bord. Plus d’infos sur bgrace.fr