Swiss Flying Phantom Series: pour voler groupé

Texte | Quentin Mayerat

C’est une première européenne, la Suisse possède son circuit national dédié aux Flying Phantom. Les « foileux » s’organisent dans une voile sportive en transition.

Le Président de la toute nouvelle association de propriétaires, Bruno Barbarin, est satisfait de la dernière régate (qui s’est déroulée à la Société Nautique de Genève) avant la trêve estivale : « On a bénéficié d’un fond de bise qui nous a permis de prendre de beaux départs au reaching, de bien décoller au portant et même quelques fois au près. Nous étions six lors du premier Grand Prix à Crans, maintenant neuf, la flotte grandit et les régates deviennent donc de plus en plus serrées », nous confie-t-il, lui qui navigue également à bord de Realteam#1 avec Cédric Schmidt, actuellement premiers au général. Une association suisse de propriétaires de Flying Phantom ? Cela montre que la classe se structure et que le foiling accélère son implantation sur nos lacs.

Eviter la course à l’armement

« Quand nous avons créé la classe cet hiver, l’objectif était de proposer un circuit qui permette à tous les naviguants d’apprendre à voler en flotte, d’échanger lors des rendez-vous et donc de progresser vite sur le support », précise Bruno Barbarin. « Nous tenions à organiser une classe pour garantir la monotypie et ainsi éventuellement prévenir une course à l’armement qui aurait pu créer de grandes disparités au sein de la flotte. Mais nous souhaitons également pouvoir adapter la jauge afin de participer à la fiabilisation du bateau.

En résumé, nous voulions un projet structuré avec un comité de course, un Class Manager et de belles régates ».

À l’heure du développement tous azimuts des supports à foils, on constate un engouement croissant pour le Phantom, avec notamment la livraison de nouvelles unités sur les lacs de Neuchâtel et de Bienne. La jeune association compte bien surfer sur cette vague et vise d’ailleurs la participation de 15 unités à ses régates d’ici l’année prochaine. Et comme tout projet sportif qui se respecte, elle a d’ores et déjà intégré la dimension jeunesse dans sa stratégie : « En vue de la Red Bull Foiling Generation qui a eu lieu à Genève du 1er au 3 juillet dernier*, des membres de la classe ont mis à disposition de jeunes navigateurs leur bateau afin qu’ils puissent s’entraîner et être performant à cette occasion », précise encore Bruno Barbarin, très enthousiaste à l’idée de voir son support s’implanter durablement en Suisse et au-delà.