Syra 18’ – L’expérience au service de la performance

Texte :

Que peut donner un nouveau foiler conçu par deux marins totalisant pas moins de six campagnes d’America’s Cup et près de 40 saisons en D35 et GC32 cumulées ? Le Syra 18’ fraîchement mis à l’eau par Yves Detrey et Nils Frei du team Alinghi est un engin plein de promesses, un concentré de leur expérience résumé dans un bateau rapide, accessible et iconoclaste.

« Attention, nous ne parlons pas vraiment d’un monocoque, ni d’un multicoque, mais d’un foiler », prévient Yves Detrey, car ce nouveau bateau a de quoi interpeller. De face, le Syra présente un étrave acérée, inversée, aérodynamique, un fond de coque très plat. De dos, ce monocoque se prolonge par deux fins de flotteur équipées chacune de safrans à plan porteur. Au centre, un foil basculant permettant d’ajuster le cant jusqu’à un angle de 45 % augmente considérablement le moment de redressement du bateau et donc ses performances au près. « On a imaginé ce système en observant les Moth à foils et les kites foil qui ont énormément de puissance à la contre-gîte, notre système permet de l’appliquer à plus grande échelle », explique Nils Frei.

À partir de là, on devine le cercle vertueux engendré par cette approche. Le Syra devrait être un bateau très stable avec ses trois points d’appui. N’étant pas contraint d’immerger l’appendice sous le vent lors des changements d’amure, il subira également moins de décélération à chaque manoeuvre. Pour finir, cela en fait également un bateau plus sûr, car les deux équipiers du bord sont moins exposés aux collisions avec les foils qui se trouvent tous immergés.

Le meilleur de la régate « Nous voulions un bateau très performant, mais qui reste accessible techniquement et pas seulement à des régatiers de haut niveau », commente Yves Detrey. Les deux compères y ont donc injecté toutes leurs bonnes idées issues de leurs milliers d’heures de navigation. Le chariot d’écoute a par exemple été avancé pour ne pas gêner le barreur au moment du passage du stick, de grandes échelles ont été installées, si bien qu’en cas de chute les marins se trouveront suffisamment éloignés des foils. Autre point fort, dans les virements de bord l’équipier contourne le mât pour une meilleure répartition des poids. Ainsi, il n’a pas à se décrocher de son trapèze, un gage supplémentaire de sécurité ! Cerise sur le gâteau et véritable plus pour les propriétaires, les tips des foils seront amovibles et interchangeables afin de pouvoir ajuster la taille et la forme des foils en fonction des conditions, et surtout, remplacer facilement ces pièces en cas de dommage ! Question gréement, cette unité tout carbone de 130 kilos sera équipée d’une GV de 18.5 m2 et d’un code 0 sur enrouleur autovireur de 10 m2, de quoi décoller, en principe, dès 6-7 noeuds de vent.

Avant de voir fleurir sur les plans d’eau ce qui s’annonce comme une petite bombe, il faudra attendre. Les deux équipiers d’Alinghi entendent d’abord fiabiliser à 100 % leur prototype avant de lancer la production – dans le meilleur des cas d’ici l’an prochain. Mais les deux associés sont déjà pleins d’enthousiasme et d’ambitions et ne cachent pas leur volonté de lancer une série. Si le bateau tient ses promesses, à la fois stable, sûr et rapide, ils pourraient bien y parvenir. Plus d’infos sur syra-foilers.com.