Team Tilt aiguise son appétit pour Tokyo

Texte :

C’est une grande première ! Sébastien Schneiter et Lucien Cujean ont décroché leur première médaille en World Cup, un résultat de bon augure à un an des Jeux. Entre Kinsale et Morlaix, Justine Mettraux continue de mouiller le maillot avec détermination sur la Solitaire du Figaro, et pour finir, la Genève-Rolle-Genève, fière répétition générale du Bol d’Or Mirabaud, s’est déroulée dans des conditions de rêve.

Sébastien Schneiter et Lucien Cujean peuvent avoir le sourire. Le duo de 49er est parvenu à accrocher le bronze lors des World Cup Series Finals de Marseille. Une véritable performance au sein de cette classe aussi technique que relevée, après une semaine de régates ponctuées par des manches très ventées : « Certaines journées, c’était carrément de la survie sur le bateau », assure Sébastien Schneiter. Toujours est-il qu’à un an des jeux, cette victoire fait du bien au moral : « Après un hiver compliqué au niveau des résultats, ce podium est extrêmement motivant et va nous pousser à travailler encore plus », assure-t-il. Une intention qui va prochainement se concrétiser, car la paire va devoir assurer sa qualification pour les JO lors du prochain Test event qui se déroulera sur le plan d’eau olympique d’Enoshima fin août. Pour valider leur ticket, ils devront terminer dans le top 8.

Un top 8 ? Justine Mettraux doit en rêver sur la Solitaire du Figaro qui bat son plein. 14e à l’issue de la première étape, seulement 1 heure et 3 minutes derrière le leader, Yoann Richomme. Bien qu’ayant manqué l’échappée de cette deuxième étape, le top 10 reste toujours atteignable avec un dénouement probable jeudi en baie de Morlaix ! Les noms restés dans son tableau arrière impressionnent : Loïck Peyron, Michel Desjoyeaux, Tanguy Le Turquais, Yan Elies, Conrad Colman…

Les 228 bateaux au départ de la Genève-Rolle-Genève n’ont pas dû regretter d’en être ! Cette année, le vent présent quasiment durant toute la course a permis à la grande majorité des équipages d’être de retour avant la nuit ! Avec l’aller et le retour au portant et une transition délicate à gérer à mi-parcours, les tacticiens ont dû hériter de quelques cheveux blancs supplémentaires. Ainsi, le vainqueur de l’épreuve, le D35 Zen Too, était bien le dernier de sa flotte au passage de la bouée à Rolle, et pourtant le premier à l’arrivée. Comme quoi, rien n’est jamais joué d’avance, un cas d’école en vue du Bol d’Or Mirabaud ce samedi !