Trente X-Yachts en fête

Samedi 26 juillet. Une journée estivale s’annonce: entre 0 et 1 Beaufort, 28 degrés et un ciel sans le moindre nuage. Trente X-Yacht patientent dans la baie au large de Constance en attendant le vent. Les navigateurs passent le temps comme ils peuvent. Ils se rafraîchissent dans l’eau, bronzent au soleil, se racontent des blagues ou se livrent à des batailles de bombes à eau. Les plus sérieux se font expliquer les manœuvres de spi. Seul espoir dans cette longue attente: les quelques cirrostratus qui semblent indiquer que la confrontation si attendue aura finalement lieu.

A 11h14, le départ est donné. Une certaine nervosité s’installe. Vite, les équipiers se mettent en position. Les chapeaux valsent sous le pont, les écoutes sont mises en place. La bataille pour la meilleure position peut commencer. Encore six minutes jusqu’au départ. L’ambiance est un peu moins détendue. Rainbows-end, une IMX-38, prend immédiatement la tête, suivi de près par Ruthli (IMX-38) et Stardust (X-41). Les concurrents naviguent au près serré jusqu’à la bouée au vent. L’équipage du Tintenfass (IMX-38) réduit peu à peu son retard, dans son sillage le jeune équipage du IMX-37 Mecki-Messer. Les marins réclament la priorité, leurs cris retentissent sur le lac. Les proues et les poupes se frôlent. On croit entendre des bruits de frottement.

Même scénario dans la deuxième manche. Les favoris prouvent une fois de plus leur domination. Cette fois, c’est Ruthli qui mène le bal, Tintenfass et Mecki-Messer suivent juste derrière. Rainbows-end réussit un bon départ. Il est parti vite, peut-être même trop vite. Il se pourrait qu’il ait mordu la ligne… Soupçonnant plus de vent du côté terre, les concurrents longent la rive. Seul Stardust ne suit pas cette tactique. Le bord en solitaire sera-t-il le bon? Les spectateurs en tout cas sont enchantés. Ils assistent à un spectacle haut en couleur qui les tient en haleine. L’enjeu est grand. A la bouée sous le vent, les équipages ne se font plus de cadeaux, les favoris se livrent un duel sans merci. Mecki-Messer garde le spi en haut jusqu’au dernier moment tout en attaquant Ruthli par derrière. Concentrés, les marins ne quittent pas le bateau adverse des yeux. Leur tactique est payante: Ruthli est obligé de s’écarter et de virer devant la ligne d’arrivée. Grâce à une bonne intuition au bon moment, Stardust passe la ligne en vainqueur. Cette bonne performance ne suffira pourtant pas pour la victoire finale, l’équipage de l’Allemand Dieter Kurz ayant perdu trop de temps dans la première manche.

Les racers ne sont pas les seuls à assurer le spectacle. Dans la catégorie sport, on assiste à des scènes tout aussi captivantes. Dans une magnifique manœuvre, Mistral II brûle la politesse à X-Fly et passe de justesse la bouée sous le vent. L’équipage de Thomas Wörner avait déjà montré son savoir-faire dans la première manche où il a terminé deuxième. Dans la Family Class, l’ambiance est plus détendue, on ne s’affole pas. Sur le Blue Ball par exemple, un couple avec enfant vire sans cris et sans stress avant de se diriger tranquillement vers l’arrivée. L’essentiel, c’est de se faire plaisir. Les concurrents de la Family Class naviguant sans spi, les manœuvres les plus stressantes leur sont épargnées. En revanche, l’absence de vent leur donne du fil à retordre. Péniblement, ils se traînent dans la pétole. Les derniers participants sont freinés net devant l’arrivée. Les quatre manches prévues tombent à l’eau, il faut se contenter des deux déjà courues. Elles suffisent toutefois pour valider la course. Félicitations à Max Schetter et son équipage (X-35, Family Class, SUI), Robert Gröninger (X-40, Sport Class, GER) et Roel van Merkensteyn sur son Tintenfass (IMX-38, Racer Class, GER). Disqualifiés dans la deuxième manche pour départ volé, Paul et Franz Vetter (AUT) sur Rainbows-end, pourtant grands favoris, terminent 7e. Malgré les airs de demoiselle, la X-Yacht-Cup sur le lac de Constance n’a pas manqué de suspense. Pendant que les routiniers réalisaient quelques magnifiques manœuvres, d’autres ont perdu de précieuses secondes avec les écoutes de spi traînant dans l’eau ou les voiles mal réglées. Des images peu orthodoxes pour une régate… Pour clôturer l’événement, les organisateurs ont vu grand. Ils ont mis sur pied une soirée glamour avec des spécialités culinaires des Caraïbes et un défilé de mode.