Trois titres à Silvaplana

Le plan d’eau de Silvaplana qui a accueilli en cette fin d’été le championnat suisse de la classe Laser a tenu toutes ses promesses : soleil, températures agréables, une eau turquoise, un décor de rêve. Tous les éléments étaient réunis pour que l’usine à vent local, la Maloja, puisse se lever et permette aux laséristes de s’affronter dans d’excellentes conditions. Le premier jour, le vent du sud perturbé par le passage d’une dépression n’offrit qu’un galop d’essai aux concurrents, leur laissant le temps d’affûter leurs armes lors de la seule manche de la journée. Les choses sérieuses commencèrent le lendemain avec une Maloja, bien que freinée par un vent synoptique soufflant du nord en altitude, donna néanmoins une brise soutenue durant toute la journée. Le comité de course lança trois manches d’affilée pour les trois classes. La stratégie du site consistant à tirer des bords à terre le long de la route étant appréhendée et mise en application par tous les concurrents ; la gestion des bascules de vent à l’approche de la marque au vent donna du fil à retordre à l’ensemble de la flotte. Dans la configuration particulière de ce lieu, il faut éviter de tirer un bord de trop à terre, envoyer en direction de la bouée sur une layline qui peut se révéler des plus aléatoires en fonction des variations importantes de vent à l’approche de la terre, encaisser des molles qui peuvent quasiment faire chavirer les bateaux à contre avant qu’une baffe de vent sortie de nulle part ne couche le Laser et enfin, savoir lire des risées qui n’ont pas le temps d’inciser le plan d’eau avec le soleil en contre-jour. Le leader de la flotte doit songer à contrôler ses adversaires, tirer dans les sangles pour tenir son bateau plat, aller vite en direction de la marque, ne pas perdre de la pression dans les voiles ou évacuer le trop plein et surtout ne pas chavirer dans un empannage. Qui a dit que le métier de régatier était facile ? A l’issue de la seconde journée, Quelques tendances se sont dessinées en tête du classement : en Laser standard, Silvan Hofer, Patrick Fleischhacker et Lucien Cujean étaient au coude à coude, séparés par deux points. En Radial, Lauri Kalkkinen comptait deux victoires de manches, alors que Jonathan Schopfer et Philippe Erni se tenaient en embuscade. En 4.7, Nicolas Strehle comptabilisait deux victoires de manches et se trouvait à égalité de points avec l’Allemand Maximilien Stein.  

Au matin du troisième jour du championnat, les régatiers scrutaient attentivement le sud de la vallée où un mur de nuages semblaient obstruer le passage du vent. En définitive, la Maloja se leva encore plus forte que la veille, un certain nombre de concurrents aux membres courbaturés grimacèrent au briefing lorsque le président du comité de course annonça la possibilité de courir quatre manches dans la journée. Au final, trois manches furent courues dans une brise qui ne laissa guère de chances aux régatiers mal préparés physiquement. Au classement, Silvan Hofer prit le large sur ses poursuivants en cumulant quatre victoires de manches au total, en Radial Jonathan Schopfer distança son camarade de club Lauri Kalkkinen alors qu’en 4.7, Nicolas Strehle dominait, au sens propre, de la tête et des épaules ses adversaires en cumulant quatre victoires.

Le dernier jour du championnat, deux manches raccourcies et une complète furent envoyées dans des airs de demoiselles le matin avant que la Maloja ne s’affirme une dernière fois et finissent de convaincre nombre de participants de prendre un abonnement au fitness durant l’hiver afin de se préparer pour la saison prochaine pour être en mesure de maîtriser ce bateau extrêmement exigeant qu’est le Laser. La messe étant dite depuis la veille, les titres de champion suisse sont revenus à Silvan Hofer en standard, à Jonathan Schopfer en Radial et à Nicolas Strehle en 4.7. Le classement ne serait pas complet sans citer les noms des premières filles : en Radial, Erika Fredrikson ( 5ème au général ) et en 4.7 Alexandra Rayroux ( 7ème au général ).

 

Classement final :

 Standard

 1. Silvan Hofer 11 pts

 2. Patrick Fleischhacker 13 pts

 3 Lucien Cujean 24 pts

 

Radial

1, Jonathan Schopfer 20 pts

2. Lauri Kalkkinen 23 pts

3. Philippe Erni 31 pts

 

4.7

1, Nicolas Strehle 14 pts

2. Maximilian Stein 19 pts

3. Guillaume Rigot 25 pts

 

Texte et photos : Olivier Rigot