Ultime surprise

Texte :

7 jours et 22 heures seulement pour venir à bout de l’Atlantique, du Pot au noir, rallier Salvador de Bahia et en finir avec la Transat Jacques Vabre. Les Ultime vont de plus en plus vite, mais être le dernier-né ne signifie pas nécessairement être le plus rapide. Le « vieux » Sodebo Ultime de Thomas Coville, construit en 2001, a conservé son ascendant sur le Maxi Edmond de Rothschild de Sébastien Josse, mis à l’eau il y a deux mois seulement (voir Skippers 65).

Avec un demi-océan de retard, l’Ultime Prince de Bretagne de Lionel Lemonchois avec Bernard Stamm n’a pas régaté dans la même catégorie, plus proche des vitesses des Multi50 que des deux premiers. La rupture de leur drisse de GV en début de parcours n’a pas aidé.

Derrière, la flotte des IMOCA est menée de mains de maîtres depuis les premiers milles par Jean-Pierre Dick et Yann Elies, 4e et 5e du dernier Vendée Globe. Le jeune Alan Roura sur son nouveau bateau, accompagné de Frédéric Denis, se bat pour la 9e place, mais un bon trou reste à combler pour remonter à la hauteur de Kito de Pavant en 8e position. Le Pot au noir pourrait à ce titre rebattre les cartes.

En Class40, Justine Mettraux et Bertrand Delesne, mènent bien leur barque en 4e position. Les unités plus récentes se sont cependant échappées à l’avant et le duo s’efforce de lâcher le moins de terrain possible dans la descente à l’équateur.

Les prochains Suisses à venir à bout de l’Atlantique seront des ministes. Simon Koster en Proto et Valentin Gautier en Série, se battent tous deux pour un excellent classement général, voire un podium. Quel que soit le résultat final, ils nous auront fait rêver tout au long de leur aventure et montrent qu’il faudra à l’avenir compter avec la relève de la course au large suisse !