Un prao écolo et performant

«Juste en réfléchissant, on a divisé par deux les impacts écologiques». Julien Boucher y croit à son projet de prao écologique. Le jeune ingénieur en sciences de l’environnement de l’EPFL a envie de fêter son doctorat tout frais avec un projet nautique. Il s’est associé avec l’architecte naval Robin Amacher (EPFL-Alinghi, Hydroptère.ch) et l’ingénieur en matériau Samuel Vionnet. Objectif: «un prao compétitif en catégorie M2 et construit en fonction des préceptes du développement durable». Officiellement lancé à l’occasion de la journée Net’Léman – le grand nettoyage annuel du lac – le projet cherchait encore, cet automne, à boucler son budget. Une fois n’est pas coutume, ce dernier ne dépasse pas 45 000 francs. Pour le prix d’un Surprise, on peut donc s’offrir un projet écolo et dernier cri! «Notre idée est aussi de rester à portée de toutes les bourses», explique Julien Boucher. L’idée du projet est de générer «une nouvelle réflexion sur le design naval et ses conséquences sur l’environnement». Supervisée par l’association USINE 21, une étude poussée sur tous les matériaux et composants du voilier a été réalisée avec les soucis de durabilité et de performance. A l’heure d’imprimer ces lignes, il était entendu que la coque serait en bois, que les mâts seraient probablement en carbone et sous-traités dans la région lémanique. Si le budget est bouclé, la construction devrait démarrer cet hiver et l’engin naviguera au Bol d’or, à la mi-juin 2008. Inspiré sur le modèle polynésien, le prao ne vire pas comme un voilier classique mais change simplement de sens de marche, la poupe devenant proue.

WWW.ECOPRAO.CH