Un titre âprement disputé

 

La série phare de cette 26e Primo Cup 

était bel et bien le Surprise qui, avec 41 unités, était de loin la plus grande flotte. Tous les spécialistes étaient descendus à Monaco pour en découdre et la tension sur la ligne de départ témoignait de l’intensité des débats. Pour remporter le titre européen, il fallait avant tout ne pas se faire prendre sur les sept départs donnés. La fébrilité de certains équipages obligeait bien souvent le comité de course à hisser le pavillon noir pour calmer les ardeurs. Le départ envoyé, il fallait ensuite jouer avec les conditions difficiles de la baie de Monaco : vents oscillants, mer formée et flotte à contrôler. Huit manches et six vainqueurs différents, le titre allait donc se jouer à la régularité. A ce petit jeu là, les Suisses ont réussi à sortir du lot. Si le Surprise du CER, barré par Jérome Clerc, débutait sur un sans faute (quatre podiums d’affilée), la seconde partie du championnat leur était fatale. Va…Rhum des frères Monnin prenait alors le large grâce à une régularité exemplaire tandis que Zig Zag, skippé par Michel Cohen (un Français bien connu des plans d’eau suisses) revenait de loin pour compléter le podium, derrière Jérôme Clerc, après une mise en jambes difficile. Etienne David et son équipage, sur Mirabaud, échouaient au pied du podium. Enfin, il faut noter la montée en puissance des Italiens sur cette série : les frères Fravezzi et Vailati confi r-ment, année après année, qu’il faut compter avec eux. 

 

Score sans appel pour Alain Marchand sur Esse 850 

La salinité de l’eau n’a pas eu l’air de perturber la flotte des onze Esse 850 venus des différents lacs helvétiques. Une première manche difficile dans des conditions météo qui ne l’étaient pas moins aurait pu déboussoler Otto Cinque, mais son équipage mené par Alain Marchand reprenait le dessus pour terminer sur un score sans appel. Seul Arnaud Gavairon et ses équipiers sur Bel Ami II (2e au fi nal, devant Daniel Schroff) auraient pu mettre un terme à son hégémonie. Les deux licenciés du Club Nautique Morgien transformaient l’épreuve en un « mano a mano » ne laissant que peu d’espoir aux autres concurrents. Après avoir quasiment remporté toutes les épreuves en 2009, Alain Marchand démontrait, une fois de plus, son aisance sur Esse 850. Les habitués de la discipline savent maintenant ce qu’il leur reste à faire pour tenter d’inverser la tendance… 

 

Le Melges 20, un support plein d’avenir 

Cette Primo Cup 2010 a été marquée par l’absence des Melges 24 dont la saison commence au mois de mai en Italie. Le petit dernier de la famille, le Melges 20, en a profité pour montrer le bout de son étrave. La toute jeune flotte, 100 % italienne, ne fait que grossir car le support séduit : coût abordable (environ 30 000 € à l’achat et 700 € par épreuve), circuit en pleine évolution, bateau léger qui rappelle les skiffs, un seul professionnel autorisé à bord – souvent venu de l’olympisme – qui ne peut pas barrer… Il est fort à parier que quelques unités devraient prochainement faire des ronds dans l’eau de nos lacs suisses. 

 

Dragon, un niveau très élevé 

Avec pas moins de 10 nationalités représentées pour 21 inscrits, la flotte des Dragon était la plus internationale des séries présentes. Avec un niveau toujours aussi élevé, les équipages ont dû tirer le meilleur d’un plan d’eau capricieux. A ce petit jeu, le Russe Anatoly Loginov sur Annapurna et l’Allemand Vincent Hoesch sur Billy Boy terminent en tête à égalité parfaite. C’est au bonheur du cumul des meilleures manches que la victoire finale revenait à Anatoly Loginov. 

 

Sans oublier… 

En Farr 30, peu d’équipages se sont déplacés. Les Suisses, trop occupés à décrocher le titre européen de Surprise, ont donc boudé ce support qui vit sa dernière saison. Qu’à cela ne tienne, la représentation helvétique a marqué le plan d’eau monégasque alors que l’équipage du C.O.Y.C.H., mené par Fabien Henry, remportait l’épreuve sous les couleurs d’Olympic. Le podium, complété par Courier Dunkerque et Tendrisse, se jouait dans un mouchoir de poche. De bon augure pour la suite de la saison alors que le bateau du CER devrait grossir les rangs sur les prochaines épreuves. 

Si nombre de Melges 32 sont actuellement outre-Atlantique, il fallait souligner la présence de Pieter Taselaar (USA), Champion du Monde en titre, qui remettra au mois d’août son titre en jeu à Palma de Majorque. Après un début difficile, les Américains rentraient coup sur coup dans les points, mais trop tard pour inquiéter l’Italien Luca Lalli sur B Linsailing.com. Avec une flotte très homogène et internationale, les Melges 32 démontraient une fois de plus le bien fondé de cette série. Enfin, les Longtze Premier fleurissaient sur le plan d’eau monégasque. La franche victoire (cinq victoires d’affilée) de Nicolas Bérenger sur 1 Maillot pour la Vie ne reflète pourtant pas la réalité car les sept manches ont toutes été très disputées. On regrette juste un vent plus soutenu qui aurait apporté encore plus de spectacle.