Une relève en forme

Didier Charvet a toutes les raisons d’être satisfait. En juillet dernier, l’entraîneur des Laser au sein du Swiss Sailing Team et chef de délégation a accompagné quatre jeunes navigateurs au Volvo Youth Sailing ISAF World Championship à Buzios, au Brésil, pour affronter l’élite mondiale issue de 53 pays. Si le groupe était plus petit que par le passé, son potentiel, lui, était à la hauteur des ambitions. Les espoirs reposaient surtout sur Guillaume Girod de la Société Nautique de Genève. Le Romand ne les a pas déçus. Avec un 8e rang fi nal chez les Laser Radial, il a devancé 44 nations. Une véritable prouesse mais, pour Didier Charvet, il aurait pu encore mieux faire : « Guillaume est fort dans toutes les conditions de vent. Mais comme les équipages n’ont pas été envoyés sur l’eau par temps fort, il n’y avait pas assez de manches pour le montrer. » Qu’à cela ne tienne, Guillaume était tout près de l’exploit. Avant la dernière manche, deux petits points le séparaient du podium ! Erika Frederickson, elle aussi de la SNG, a également convaincu en Laser Radial. Avec une 12e place finale, elle termine dans le premier tiers de la flotte féminine, à la grande satisfaction de son coach : « Elle a actuellement quelques difficultés à concilier l’école et la voile, mais c’est une battante et sans aucun doute une promesse pour l’avenir. » Après un bon départ, l’équipage de 420 Sebastiano Barazini/Matteo Colombo fi nit 20e sur un total de 31 bateaux. Un résultat honorable qui laisse présager de bonnes choses pour le Championnat du monde junior à venir.

Meilleur résultat global pour les Optimist
Les Optimist se sont montrés tout aussi convaincants que leurs aînés. Leur délégation a représenté la Suisse lors du Championnat du monde, début août, à Niteroi au Brésil. Coaché par Eze Schargodordksy qui œuvre habituellement comme entraîneur junior à la SNG, cinq juniors romands ont participé à cet événement d’envergure internationale. « Le plan d’eau des régates se trouve dans une cuvette. Il n’y avait pas de vent thermique et la plupart du temps seulement une faible brise qui changeait sans cesse de direction », affirme le coach au terme de la régate avant de poursuivre : « Tout le monde ne réussit évidemment pas à gérer ces conditions avec la même aisance, mais je suis très content du résultat de notre équipe. » Particulièrement à l’aise dans le petit temps, Victor Casas du CN Versoix les a gérées avec brio. Il se classe 31e sur 221 participants et ce malgré un faux départ dans la 1ère et la 7e manche. Très satisfait du résultat de son protégé, Eze Scharagorodky ne tarit pas d’éloges : « Victor a fait un formidable championnat. S’il n’avait pas perdu les deux résultats à biffer avec ses deux OCS, une place parmi les 10 à 15 premier aurait été dans le domaine du possible. » Quand il évoque le teamrace, le coach s’emballe encore davantage : « Nous avons livré une superbe bataille et manqué la finale de très peu, s’enthousiasme-t-il. Un des points forts était sans doute le Derby des Alpes contre les Français. A terre, il y avait une vraie complicité entre eux, mais sur l’eau, la bataille faisait rage et nous avons gagné ! » La deuxième délégation suisse des Optimist a également fait très bonne impression. Elle s’est alignée au Championnat d’Europe, à Piran, en Slovénie. Les quatre filles et trois garçons ont obtenu le meilleur résultat global dans un Championnat d’Europe dans toute l’histoire de Swiss Optimist. Pas moins de cinq des sept jeunes ont terminé dans la première moitié du tableau. Matias Bühler, navigateur sur 470 au niveau mondial et coach de la délégation, ne s’est pas seulement félicité des performances sportives; il souligne aussi l’esprit d’équipe et l’engagement de ses protégés : « Nous avons réussi à former une vraie équipe. Nous avons travaillé dur et les enfants ont été très fi ers de représenter la Suisse. »

Du pain sur la planche
Les réformes structurelles entreprises ces dernières années et la professionnalisation de l’encadrement par les entraîneurs qui s’est plus ou moins généralisée dans toutes les régions suisses ont permis d’augmenter durablement la performance des espoirs suisses de voile. Les résultats de cet été l’ont prouvé, d’autant plus que des succès ont aussi été enregistrés dans plusieurs autres championnats internaet Romuald Hausser ont terminé à l’excellent 6e rang sur 92 participants. Les bons résultats ne constituent pourtant pas une raison de rester les bras croisés. Les responsables en sont conscients. Matias Bühler, qui s’engage également comme coach du SC Cham et du groupe d’entraînement suisse alémanique DIRT, le confirme : « Swiss Optimist, les clubs ainsi que les régions ont déjà beaucoup changé et réalisé de gros progrès, mais il reste encore beaucoup à améliorer. » S’ils veulent continuer sur la voie du succès à plus long terme, les juniors ont également du pain sur la planche : « Bien que les jeunes investissent tout leur temps libre dans la voile, ils doivent encore s’entraîner davantage s’ils comptent évoluer dans l’élite mondiale une fois leur carrière chez les juniors terminée. » Espérons que les structures mises en place leur permettront d’atteindre cet objectif.