Yann Guichard ne lâche rien au Rhum

Pour sa première transatlantique en solitaire, Yann Guichard avait déjà placé la barre haute en s’alignant sur le multicoque tenant du titre et qui plus est devenu un maxi-trimaran de 23,50 mètres contre 18 à l’origine. Et depuis le départ de Saint-Malo, il y a quatre jours, le marin de 36 ans a démontré qu’il fallait compter sur lui pour cette neuvième édition de la Route du Rhum-La Banque Postale. Quatrième hier soir, le trimaran armé par le Baron Benjamin de Rothschild passait au premier classement du jour en deuxième position de la flotte. Mais des lignes de grains sont venues rappeler la dure loi des aléas météorologiques. Reparti depuis, ces arrêts impromptus n’ont en rien entamé la détermination du skipper de Gitana 11.

Il y a des paramètres incontrôlables en mer, à l’image de cette bande orageuse venue des Canaries et qui en balayant le Sud des Açores en fin de nuit dernière a engendré des zones sans vent ! Voilà donc l’explication de la vitesse inquiétante de 2,2 nœuds enregistrée par Gitana 11 au classement de 8 heures de ce jeudi 4 novembre. Le bilan est redoutable puisque Yann Guichard est resté à vitesse réduite – deux petits nœuds de moyenne – pendant que Francis Joyon, pourtant peu éloigné, continuait sa route à plus de vingt nœuds. Quasiment cinquante milles perdus alors que le jeune solitaire avait réussi mercredi à prendre l’ascendant sur le recordman autour du monde. Contacté par le PC presse parisien, Yann Guichard relatait simplement ce coup de malchance : « Je bataille, mais ça va. Je me suis fait prendre par des grains orageux qui venaient de nulle part. C’est comme ça : il n’y avait pas de vent en dessous ! Rien n’indiquait qu’il y aurait ces ora ges venus du Sud. Et je ne suis pas encore sorti d’affaires. Depuis le départ, le vent est inconstant et le pilote a du mal à suivre, je dois donc barrer très souvent. Mais c’est aussi le cas pour Francis Joyon.» Si Gitana 11 retrouvait sa « vitesse de croisière » au cours de la matinée, le classement de midi forçait à constater que cette zone orageuse n’avait pas non plus épargné Idec. En effet, Francis Joyon peinait alors à dix nœuds de moyenne.

Seul partisan de la Route nord depuis l’abandon hier soir de Sidney Gavignet, dont le trimaran a été victime d’avaries majeures suite à la casse du bras de liaison avant, Thomas Coville se trouvait aujourd’hui dans un environnement bien différent. Le skipper trinitain avait d’ores et déjà traversé le front froid que Yann Guichard devrait atteindre la nuit prochaine. Après quatre jours de course, le jeu reste ouvert, même si l’échappée de Franck Cammas, qui ne cesse de se confirmer, rend de plus en plus difficile un retour de ses poursuivants.

Quoique ! Les Antilles sont encore à 2 000 milles des étraves et la situation météorologique s’annonce extrêmement confuse pour les trois derniers jours de course. En tout cas, le trimaran armé par le Baron Benjamin de Rothschild a démontré aux mains de Yann Guichard, qu’il méritait son statut d’outsider et depuis le départ de Saint-Malo, le rythme que s’est imposé le skipper est pour le moins élevé ! Certes la fatigue commence à poindre, mais le solitaire devrait pouvoir récupérer un peu ces prochaines heures dans un vent de Sud un peu mieux établi. Car après la traversée du front, il faudra gérer une mer très agitée et de nouveau du vent portant qui se renforcera. Les 24 heures à venir s’annoncent intenses, comme l’indiquait le skipper du Gitana Team ce matin : « Je suis toujours dans l’alizé de secteur Sud-Est et je vais chercher une dépression qui est devant. Il y a un long bord bâbord à faire. Groupama 3 a toujours été plus élevé en vitesse d epuis le départ et il faudrait vraiment un gros coup pour revenir à sa portée. Il va falloir surveiller Thomas Coville, au Nord, car il doit bientôt passer le front et va ensuite accélérer, même s’il devra négocier une mer forte. La bataille pour moi en ce moment, c’est avec Francis. Mais il reste au moins quatre jours de mer alors je ne me focalise pas sur les classements, je fais ma course et nous verrons bien à l’arrivée. »

Classement de la Catégorie Ultime le 4 novembre à 16h00
1- Groupama 3 à 1 771,9 milles de l’arrivée
2- Sodebo à 346,4 milles du leader
3- Gitana 11 à 356,6 milles
4- Idec à 372,3 milles
5- La Boite à Pizza à 684,9 milles
6- Défi Cancale à 953,4 milles
7- Saint-Malo 2015 à 995,1 milles
Abandon- Côte d’Or II
Abandon- Oman Air Majan