Accueil Actu Voile Régates Internationales

Régates Internationales

CLIPPER : Les projets contrariés de LMAX Exchange

Le bateau emmené par le skipper français Olivier Cardin et à bord duquel on retrouve cinq compatriotes dont le Genevois Dominique Hausser (qui alimente...

Centomiglia : le Bol d’or italien de Safram

L’équipe menée par Rodolphe Gautier (le nouveau Président du Bol d’or Mirabaud) et Christophe Peclard s’est imposée sur le lac de Garde le 6...

Race for Water : fin de la navigation à voile, pas du combat.

L’équipage du MOD70 était partagé entre tristesse et soulagement en débarquant aux Maldives suite à son dessalage dans l’océan Indien le 12 septembre dernier....

ARTICLES LES PLUS LUS

Récap’ de la semaine

Texte : Quentin Mayerat Sail GP Direction l’Andalousie, son soleil et son vent d’est...

J/9: un grand succès à venir?

Texte : Quentin Mayerat Quand on pense à la plaisance sur nos lacs, le J/9 semble cocher toutes...

Championnat suisse de Surprise : un final serré

Le magnifique plan d’eau tessinois surplombé par ses montagnes était à la hauteur des conditions de vent pour le championnat suisse de...

Fountaine Pajot MY4.S: deux versions d’aménagement

Texte : Philippe Leblond Longueur: 11,00 mLargeur: 5,10 mPoids lège: environ 9,5 tMotorisation maxi: 2 x Yanmar 150...

Deux décennies d’exploits en 20 portraits – ERIC MONNIN

Commandez et redécouvrez le livre culte sur les 20 ans de voile suisse depuis l'an 2000

DERNIERS ARTICLES

Récap’ de la semaine

Texte : Quentin Mayerat Sail GP Direction l’Andalousie, son soleil et son vent d’est...

J/9: un grand succès à venir?

Texte : Quentin Mayerat Quand on pense à la plaisance sur nos lacs, le J/9 semble cocher toutes...

Championnat suisse de Surprise : un final serré

Le magnifique plan d’eau tessinois surplombé par ses montagnes était à la hauteur des conditions de vent pour le championnat suisse de...

Fountaine Pajot MY4.S: deux versions d’aménagement

Texte : Philippe Leblond Longueur: 11,00 mLargeur: 5,10 mPoids lège: environ 9,5 tMotorisation maxi: 2 x Yanmar 150...

Deux décennies d’exploits en 20 portraits – ERIC MONNIN

Commandez et redécouvrez le livre culte sur les 20 ans de voile suisse depuis l'an 2000

Toute l’actu des régates, en Suisse et dans le monde. Les clubs, les championnats, journée par journée et manche par manche, les courses, le classement, toutes les classes et les clubs, le calendrier et même de l’entraînement : le monde de la régate dans son ensemble. Du bateau, de la voile, de l’aviron parfois, toujours de l’eau : des courses illustrées en photos année après année, saisons après saison.
La voile est une passion qui se décline en plusieurs catégories. Parmi elles, la course, l’excitation de la ligne de départ, l’ambition d’arracher un titre national, la joie de l’entraînement, le travail en équipe et en club, les championnats, la pression du classement et des résultats… tout cela au service de la voile. En ligne, par équipe ou solo, par manches, en championnat, en ligue, en France ou ailleurs en Europe et dans le monde, les bateaux y concourant chaque année, classe par classe, au fil d’un calendrier toujours plus excitant. Du haut niveau, un challenge permanent, les jeunes qui compteront demain, suivez tout sur les régates et les championnats qui regroupent les bateaux les plus rapides du monde.

Parmi les articles de cette page :
Une course de windfoil au programme des Jeux olympiques. Avis aux amateurs, l’entraînement va être compétitif : dès l’année 2024, des régates de windfoil auront lieu aux JO. Les jeunes Suisses qui voudront valider leur inscription vont devoir redoubler d’efforts et se jeter à l’eau pour se frotter aux meilleurs du monde. Parmi les jeunes loups qui veulent rafler la mise, Elia Colombo qui a terminé 8e du championnat du monde de foil IFCA qui s’est tenu à Silvaplana…

La première manche de la régate Figaro 3. Avec un début de course très proche de la livraison de certains bateaux, les organisateurs ont fait en sorte que les trois manches de l’épreuve partent et arrivent au même endroit afin d’assurer l’assistance en cas de problème de jeunesse. Une précaution qui s’est avérée judicieuse, vu le nombre de jeunes sur la ligne de départ au début de la journée. Une journée difficile, de la casse sur nombre de bateaux et des résultats inattendues pour ce haut lieu national de la régate.

Norbert Sedlacek n’a pas peur de se jeter à l’eau. Pour sa course aux records, il s’est lancé sur son bateau pour un parcours en solitaire théorique de 34’000 milles au départ du littoral français qui l’emmènera à travers le passage du Nord-Ouest avant une descente vers le cap Horn, puis une circumnavigation autour de l’Antarctique, avant de remonter vers les Sables suite à un second franchissement du cap Horn. Il avait dû avorter sa tentative l’an passé au large de l’Irlande en raison de plusieurs incidents techniques, mais mise sur de petites réparations pour réussir ce qui serait une première.

La Nouvelle-Calédonie – territoire de France perdu dans le Pacifique – faisait figure d’étape incontournable pour le trimaran solaire de l’association Race for Water qui sillonne les mers du monde pour lutter contre la pollution plastique. Il s’agit en effet du plus grand lagon au monde, composé d’une biodiversité exceptionnelle reconnue par l’ensemble de la communauté scientifique.

La classe Ultim devait partir pour sa première course autour du monde en solitaire cette année, mais la Route du Rhum a bouleversé le calendrier et contraint les géants des mers à repousser leur projet. Quatre de ces bateaux titans se lanceront néanmoins cet automne pour rafler la mise dans une course palpitante comportant trois manches en double : Brest- Rio/Rio-Le Cap/Le Cap-Brest. Une flotte de haut niveau pour un challenge palpitant.

Razzia de médailles pour SST. On ne les attendait pas là : Kilian Wagen et Grégoire Siegwart, le duo en association sur classe 470, ont surpris tout le monde en avril – y compris eux-mêmes–, lors de des championnats du monde de Gênes. A la troisième place du classement général au moment d’entamer leur première Medal Race en coupe du monde de leur carrière, ils ont retroussé leurs manches et sont parvenus à maintenir leur avance, en équipe, face à l’élite mondiale, aux meilleurs clubs, aux meilleurs bateaux. Pour Maud Jayet, en classe Laser Radial, l’effet de surprise n’était pas aussi fracassant, même si sa 3e place au classement est un pas de plus dans sa préparation pour Tokyo et lui assure une belle saison et de beaux résultats. Notons que la sociétaire de la SNG est par ailleurs la première athlète à avoir validé l’inscription d’un bateau suisse pour Tokyo lors des régates des mondiaux d’Aarhus l’année passée. De bon augure pour le sport de voile national, dont le calendrier à venir s’annonce chargé en courses à enjeu. Les efforts à l’entraînement devront payer si la Suisse veut espérer des résultats à la hauteur. L’association du talent et de l’effort est à ce prix.

Les résultats de la Primo Cup : à Monaco, les Suisses n’ont pas failli à leur réputation et fait honneur à leur niveau lors du challenge de la traditionnelle Primo Cup. Toujours aux avant-postes du classement, on décompte pas moins de quatre bateaux suisses à avoir passé la ligne d’arrivée dans le top 10 d’une belle flotte de classe J/70. Le meilleur d’entre eux n’est autre que Thomas Studer du club de Neuchâtel qui monte sur la troisième marche du podium. Suivent au classement de la régate Stefan Seger (6e place), Bruno Zeltner (8e place) et Emmanuel Muller (10e place). Dans la classe plus modeste (par sa taille) des Longtze, on a assisté à un doublé helvète avec Jarmo Wieland à la première place du classement et Steffen Schneider à la troisième. Une belle journée et de très belles courses pour le sport national. De l’avis général, la Suisse est au niveau et montre de vrais progrès sur l’eau. Elle peut nourrir de vraies ambitions pour les championnats à venir, cette saison et la saison suivante encore.