36e America’s Cup Où en est la Cup ?

La 36e America’s Cup se disputera à Auckland en mars 2021. Qui doit y participer ? Quel est l’état de préparation des équipes ? Que peut-on attendre des nouveaux bateaux ? Point d’étape à deux ans de la grand-messe.

181101_ROSS_AM38D4_0370Six challengers se disputeront le droit de participer à la prochaine America’s Cup qui aura lieu du 6 au 21 mars 2021 à Auckland en Nouvelle-Zélande. Le protocole publié en septembre 2017 revient aux fondamentaux de l’épreuve. On y trouve notamment un Challenger of Record (Luna Rossa), des éliminatoires organisées par ce dernier (Prada Cup), une règle de nationalité et des bateaux qui doivent être construits dans le pays des concurrents.
Selon ses initiateurs, le protocole a été conçu de manière à limiter les budgets et rendre cette édition moins onéreuse que la précédente. La maîtrise des coûts a été au centre des réflexions menées entre le Defender et le Challenger of Record.

Qui participe ?

AC36_Course_Map_stills_2160-1374Au moment de la clôture des inscriptions, au 30 juin 2018, seuls deux syndicats s’étaient acquittés des deux millions de dollars de droits pour valider leur participation, en plus du Challenger of Record Luna Rossa Challenge (Max Sirena). Ineos Team UK (Ben Ainslie), et American Magic (Terry Hutchinson) étaient ainsi les premiers défis officiellement annoncés. Plusieurs autres équipes avaient manifesté leur intérêt, mais des problèmes de fonds ne les ont pas autorisées à sortir du bois.
Le règlement prévoyait la possibilité de déposer un dossier jusqu’au 30 novembre 2018, moyennant une pénalité pécuniaire d’un million de dollars. Au terme de ce second délai, le defender a annoncé avoir reçu huit candidatures dont l’admissibilité devait être étudiée, tout en précisant que seulement cinq bases de challenger pouvaient être construites sur le site prévu de Wynyard Point. Courant décembre, Team New Zealand dévoilait le nom des trois « Late Challenge » retenus, soit Malta Altus Challenge (Pasquale Cataldi), Stars and Stripes Team USA (Mike Buckley and Taylor Canfield) et Team The Netherlands (Simeon Tienpont).

Quelle concurrence ?

DJI_0635Les premiers inscrits représentent des concurrents plus que sérieux et qui vont vraisemblablement disposer d’un budget approprié. Max Sirena, Terry Hutchinson et Ben Ainslie ont recruté leurs équipes assez tôt et disposent des meilleures ressources humaines du moment. James Spithill a signé chez Luna Rossa, Dean Barker chez American Magic et Ineos Team UK travaille avec Xavier Fernandez. Pour les autres, la tâche sera plus difficile. Le défi maltais, lancé par l’homme d’affaires italien Pasquale Cataldi, s’aligne cette fois pour découvrir la compétition, mais son idée est de présenter une équipe lors des trois prochaines éditions. Le syndicat ne compte construire qu’un seul bateau et a fait part de son budget limité. Concernant les navigants, aucun nom n’était officiellement annoncé au moment du bouclage de ce magazine, mais des rumeurs laissaient entendre que le Britannique Iain Percy est pressenti à la tête du défi. Malta Altus Challenge a d’ailleurs obtenu en février une interprétation en sa faveur de la règle de nationalité de la part du comité d’arbitrage. Le syndicat pourrait ainsi recruter quelques têtes de séries. Reste à savoir ce que son budget va lui permettre de faire.
Côté Pays-Bas, le défi est dirigé par le célèbre Simeon Tienpont, notamment vainqueur de la Cup avec Oracle. Il s’était fait remarquer sur Team AkzoNobel lors de la dernière Volvo Ocean Race. Dirk Kramer, designer réputé, ainsi que Peter van Niekerk (ancien d’Alinghi et de Team AkzoNobel) sont aussi de la partie. La navigatrice Carolijn Brouwer – trois olympiades et une campagne de Volvo Ocean Race à son actif – pourrait bien être à la barre, ce qui ferait d’elle la première femme à mener un bateau de l’America’s Cup. Comme les Maltais, les Néerlandais ne construiront qu’un seul AC75 et feront un testboat d’une douzaine de mètres pour la mise au point. Sans parler d’un concurrent sérieux pour ravir la Coupe aux Kiwis – pour le moins à ce stade – Team The Netherlands dispose d’un réel potentiel.
Stars and Stripes Team USA, lancé par les matchs racers Mike Buckley et Taylor Canfield, est dirigé par le très expérimenté Justin Shaffer, tandis que le design team est mené par JB Braun. Les fondateurs du défi annoncent clairement vouloir remporter la Cup avec un team 100% américain. Ils ont acquis un design package des Néo-zélandais et leur bateau est en construction depuis l’hiver 2018-19. Le syndicat déclare aussi disposer de fonds importants provenant de divers entrepreneurs américains.

Quels bateaux ?

181109_ROSS_AM38D6_0299L’AC75 sera donc le nouveau support de cette campagne. Deux bateaux pourront être construits, mais les équipes à petit budget vont travailler sur des réductions pour minimiser les coûts. Monocoques à foils basculants censés voler dès 8-10 noeuds de vents, les voiliers sont particulièrement innovants et devraient aller plus vite que les multicoques AC50.

Ces derniers seront longs de 20,6 mètres sans le bout dehors, larges de 4,8 mètres, et pèseront 7500 kg. Onze marins sont prévus à bord, plus un invité. Les concepteurs ont renoncé à l’aile rigide, pour partir sur un concept de soft wing, qui est une sorte de voile à profil épais. Un des défis majeurs est la mise au point du foiling cant system (FCS), la mécanique qui permet de gérer les foils. Vu l’énorme développement demandé, celui-ci sera monotype. Le principe de fonctionnement des voiliers est que tout ce qui est dans l’eau peut fonctionner sur batteries, alors que ce qui est en l’air devra être manoeuvré par la force des bras. L’asservissement électronique des paramètres de vol n’est pas autorisé et la jauge prévoit des systèmes de contrôle assez pointus. Pour le reste, le programme prévoit cinq AC World Séries avec une première rencontre en octobre 2019 en Sardaigne. C’est certainement à cette occasion que la qualité du concept pourra véritablement être évaluée. Mais avec les meilleurs régatiers du monde, les meilleurs designers et les budgets les plus conséquents, il est peu probable que cette 36e America’s Cup perde son statut d’événement vélique le plus réputé et le plus disputé de la planète.

Prochaines dates clés de la 36e America’s Cup

  • 31 mars 2019, possibilité de mettre le bateau n°1 à l’eau.
  • Deuxième moitié de 2019, deux événements America’s Cup World Series (le premier aura lieu à Cagliari en octobre).
  • 1er février 2020, possibilité de mettre le bateau n°2 à l’eau.
  • Courant 2020, trois événements America’s Cup World Series.
  • 10 au 20 décembre 2020, America’s Cup Christmas Race.
  • Janvier et février 2021, Prada Cup Challenger Selection Series.
  • 6 au 21 mars 2021, America’s Cup Match.