fbpx

Bernard Schopfer : organisateur du Yacht Racing Forum

Propos recueillis par Brice Lechevalier

Ancien journaliste passé par la communication d’Alinghi, fondateur de l’agence d’événements et relations presse Maxcomm, ce navigateur genevois a repris l’an passé les rênes de l’ancien World Yacht Racing Forum à qui il a su donner une nouvelle impulsion.

Pourquoi ne faut-il pas manquer la prochaine édition du Yacht Racing Forum que vous organisez à Malte fin novembre ?

61_ipad_fr-148Le Yacht Racing Forum est la réunion annuelle destinée aux professionnels du monde de la voile à l’échelle mondiale, unique en son genre. L’événement réunit des organisateurs de régates, des marins, des sponsors, designers, constructeurs, teams, fédérations et clubs venus du monde entier. Ceux qui veulent connaître les derniers développements et être à la pointe du progrès participent au Forum. C’est aussi une opportunité unique de faire des affaires ; c’est même l’objectif avoué du Forum.

Quel rôle y jouera World Sailing qui y est pour la première fois associé officiellement, et avec qui la collaboration se renforcera au fil des éditions ?

La Fédération Internationale de Voile bénéficie de cet événement pour accéder au volet professionnel du sport, découvrir les organisateurs, équipes et marins professionnels, de même que les sponsors engagés au plus haut niveau. Les responsables de World Sailing nous parleront de leur vision du sport, des Jeux Olympiques, du développement des mouvements juniors etc… À l’avenir, le Forum se déroulera parallèlement à la conférence annuelle de World Sailing, ce qui sera bénéfique pour les deux organisations.

Comment abordez-vous par exemple la problématique de la sécurité en régate ?

Nous consacrerons une demi-journée à ce sujet essentiel, avec des acteurs de premier plan, parmi lesquels des juristes, des assureurs, des régatiers qui parlent d’expérience ou des fournisseurs d’équipement. Ces cinq dernières années, la technologie a énormément progressé mais les utilisateurs et les organisateurs ne sont pas toujours conscients des risques. La voile de performance est actuellement très en retard à ce niveau, et le Forum permettra de générer une prise de conscience auprès des principaux acteurs du sport.

Pensez-vous vraiment pouvoir influencer les acteurs du yachting en matière de développement durable ?

Oui, j’ai intégré ce sujet au Forum pour la première fois en 2011, et personne ne savait de quoi il s’agissait. Aujourd’hui, il y a une réelle demande de la part des acteurs impliqués dans le sport. Cette année, nous allons par exemple proposer l’instauration de règlements imposant l’utilisation de moteurs propres (zéro émissions) d’ici dix ans pour l’encadrement des régates de dériveur, du niveau local jusqu’aux Jeux Olympiques. Si la voile légère,
qui est soumise aux règlements des fédérations, parvient à montrer l’exemple, gageons que les circuits professionnels vont suivre. World Sailing soutient ce projet avec beaucoup d’enthousiasme. L’union fait la force !

Des tables rondes pour savoir conserver sa classe ou sur l’avenir du match racing sont-elles délibérément provocatrices ?

Le but n’est pas de provoquer ; ce sont des sujets d’actualité brûlante. Le match racing, par exemple, n’existe quasiment plus qu’au niveau de l’élite en multicoques. Or, c’est une discipline formatrice et passionnante. Il devrait y avoir une structure internationale permettant aux jeunes de progresser, pas forcément en multicoques. Idem pour les classes : certaines ont disparu en raison d’erreurs de management. L’exemple des classes les plus dynamiques est intéressant à suivre ; le Forum aide à comprendre quelles sont les clés du succès et les erreurs à ne pas commettre.

En quoi le format et le style ont changé depuis la première édition du Yacht Racing Forum à Monaco en 2008 ?

61_ipad_fr-149Le format a évolué graduellement, mais la principale différence est que nous sommes beaucoup plus impliqués au niveau international ; notre réseau a grandi, nos contacts se sont améliorés et nous avons généré une réelle demande de la part de l’industrie nautique.

Pensez-vous que la scène nautique suisse bénéficie de certaines retombées du fait que vous en soyez l’organisateur ?

Sans aucun doute. L’hiver passé, par exemple, les organisateurs des grandes courses lacustres étaient présents à l’initiative de Rodolphe Gautier et ils ont élaboré leur projet de collaboration durant le Forum. D’autres acteurs bénéficient des retombées du Forum, à l’image de Décision SA : le projet de voilier utilisé par la Volvo Ocean Race est né lors du Forum. Forward WIP a présenté ses produits l’an passé. Mirabaud utilise aussi cette très belle plate-forme dans le cadre du concours photo Mirabaud Yacht Racing Image Award. Mirabaud est un partenaire du Yacht Racing Forum depuis le premier jour !

Vous étiez directeur de la communication d’Alinghi pendant leur première campagne, vous-même naviguez, quels sont d’après vous les plus importants changements survenus ces quinze dernières années quand on évoque la voile suisse ?

Il y a actuellement une dynamique extraordinaire dans notre pays, notamment chez les jeunes, par exemple avec Max Wallenberg et Nicolas Rolaz, champions du monde d’Optimist 2014 et 2016. Team Tilt fait également un travail extraordinaire pour les jeunes, tout comme Swiss Sailing Team, Axon Racing et d’autres organisations. C’est extrêmement positif pour l’avenir de notre sport. « L’effet Alinghi » y a certainement contribué. Cette jeunesse promet de beaux succès à venir pour notre sport !