Championnat d’Europe sur le lac des Quatre-Cantons

En 2010, la Suisse accueillera le Championnat d’Europe des 6mJI

Les meilleurs spécialistes de l’une des plus belles classes de

voiliers du monde s’affronteront sur le lac des Quatre-Cantons

  

L’élite européenne et américaine des six mètres s’affrontera du 22 au 28 juillet 2010 lors du Championnat d’Europe de Brunnen, sur le lac des Quatre-Cantons. Les jours avant, du 20 au 21 juillet 2010, se déroulera sur le même site le Championnat int. Suisse de série des 6 m.

Dans le monde entier, les voiliers de la classe 6mJI comptent parmi les plus beaux fleurons des parcours de régates. Même si les plus anciens bateaux peuvent avoir 80 ans ou plus, ils brillent encore aujourd’hui par l’élégance de leur coque fuselée ainsi que par leur robustesse et leur vitesse. Ils continuent à séduire les membres des familles royales européennes tout comme les éminents représentants du gotha de la voile:  de nombreux as de la Coupe de l’America sont ainsi amateurs de six mètres.

Des conditions globales parfaites promettant de passionnantes compétitions

Le Club de régates de Brunnen, l’International Six Meter Association (ISMA) et l’Association Suisse des 6mJI en sont les organisateurs. Les préparatifs de cette grande manifestation battent leur plein. Le Club de régates de Brunnen (RVB) possède une longue expérience dans le domaine des régates internationales. Le Championnat d’Europe 2010 sera focalisé sur le port de plaisance Fallenbach, à la périphérie de Brunnen. Les participants y trouveront une infrastructure optimale et c’est ici que les régates quotidiennes se déroulant sur le lac d’Uri ou dans le bassin de Gersau, selon les conditions de vent, prendront le départ. Le public intéressé par la voile pourra y profiter de l’occasion unique de découvrir toute la fascination et les émotions fortes qui sont le propre d’une régate – avant comme après la compétition.

 

Un riche programme attend les participants et leur entourage

Au rendez-vous: près de 35 six mètres des catégories «Classic» et «Modern» arborant les couleurs de huit pays européens (Allemagne, Danemark, Angleterre, Finlande, France, Pays-Bas, Suisse et Suède) et des Etats-Unis. L’enregistrement et le jaugeage des bateaux se déroulant le jeudi et le vendredi (22 et 23 juillet 2010) seront suivis par les premières régates de tune-up, l’ouverture officielle ayant lieu le vendredi soir avec un repas de gala pour les équipages. Les choses deviendront sérieuses du samedi au mardi inclus (24 – 27 juillet 2010), une douzaine de régates en tout étant disputées. Selon les conditions météorologiques, jusqu’à trois courses auront lieu chaque jour. Le dimanche soir, équipages et invités se retrouveront à l’occasion d’un repas sur le «Stadt Luzern» qui est le plus ancien et le plus beau des bateaux à vapeur circulant sur le lac des Quatre-Cantons. Le mardi 27 juillet 2010, la remise des prix sera la conclusion officielle du Championnat d’Europe 2010 des 6mJI.

Une règle qui a changé le monde de la voile

Les six mètres doivent leur attractivité à la fameuse «Jauge internationale». Instaurée au début du siècle dernier dans le but de définir une formule de jaugeage pour les voiliers de course qui soit valable universellement pour tous les pays, elle devait en même temps fixer des règles de régate et de priorité pour les courses.

En 1906, les fonctionnaires dirigeants des plus influentes associations européennes de voile se sont réunis à Londres autour d’une table pour y fonder l’«International Yacht Racing Union» (IYRU), une «association internationale de régates». Les participants ont fini par adopter la «formule métrique» du pharmacien et constructeur amateur de Copenhague, Alfred Benzon: dès 1908, elle était appliquée dans la plupart des pays organisant des compétitions de voile. Les voiliers métriques devaient convenir tant pour des courses équitables que pour les escapades plus longues. A l’issue de leur carrière dans les régates, ils devaient être facilement transformables en voiliers de croisière «sains». La nouvelle règle était un compromis entre la formule permettant de déterminer la longueur du voilier jusqu’alors et les règles de jaugeage en vigueur à l’époque en Angleterre. Si les bateaux des plus petites classes destinés à la navigation intérieure bénéficiaient jusqu’alors d’une conception bien plus légère que ceux prévus pour la navigation côtière, la formule métrique exigeait même pour les plus petites classes un surdimensionnement, à l’instar des navires maritimes. La formule initiale a subi différentes petites modifications au cours du temps. Aujourd’hui, les classes de 6, 8 et 12 mR figurent parmi les «classes métriques internationales» les plus connues.