Esse 850

L’ambiance régnant ce lundi de septembre dans le magasin nautique à Stäfa au bord du lac de Zurich sent le champagne. Josef Schuchter, depuis peu constructeur de bateaux, vient de vendre son 31e Esse 850. Un chiffre en soi peu spectaculaire, s’il s’agissait d’une marque connue, mais l’Esse 850 est une nouveauté présentée l’année dernière en avant-première au Salon nautique de Friedrichshafen et élue peu après «Bateau de l’année 2005».

Dans l’air du temps

Dynamique, longiligne et rapide: trois adjectifs qui résument parfaitement l’essence de ce nouveau voilier. Mais la voile a-t-elle vraiment besoin d’un bateau supplémentaire? Le constructeur en est persuadé. Pendant des années, il a observé la scène et constaté que beaucoup de voiliers sont difficiles à manier ou exigent un équipage nombreux. Lors du choix du bateau, ces deux éléments peuvent s’avérer décisifs. Fort de ce constat, il a élaboré un concept intégrant les caractéristiques d’un racer des lacs facile à gérer, même lors de régates, et a soumis le projet à l’architecte naval Umberto Felci du lac de Garde. Celui-ci en a fait un bateau simple, réduit à l’essentiel: l’Esse 850. Construit dans le chan-

Yves Ryncki

tier italien Proteus, ce daysailor est ensuite finalisé à Stäfa. Lors du championnat d’Europe 2004, ce modèle miniature du Class America a prouvé son potentiel de vitesse en laissant l’ensemble des leaders de la branche derrière lui. Constituée de 41 bateaux venus de tous les horizons, la flotte high-tech (Ufo 22, Dolphin 81 et Bénéteau 25) s’est inclinée devant deux Esse 850 occupant les deux plus hautes marches du podium.

Des objectifs ambitieux

Quand Schuchter s’est lancé dans l’aventure, jamais il n’aurait espéré vendre 31 unités en une année. Son expérience acquise dans l’importation des Dolphin 81 et des Joker lui a appris que la distribution d’une nouvelle construction est une tâche ardue. Il semble toutefois que l’Esse répond à des besoins que les autres marques ne satisfont pas: il est rapide, simple et facile à utiliser, même en équipage réduit ou en solitaire. Sept unités se trouvent actuellement en construction, vingt-trois naviguent sur les lacs suisses, une est stationnée à Kiel. Selon toute logique, Schuchter inscrira son bateau prochainement comme monotypie. Pour le North Sail Cup 2006, il compte bien aligner toute une flotte et, pourquoi pas, organiser bientôt un championnat suisse… Après un tel succès, on comprend pourquoi Schuchter n’a pas froid aux yeux et met la barre aussi haut. Dans les trois prochaines années, il veut construire 100 bateaux!