Grand Hotel Villa Serbelloni, Bellagio : et soudain, l’horloge s’est arrêtée

Texte :

Rendez-vous dans la région des lacs italiens, à Bellagio, sur les bords du lac de Côme, où la famille Bucher accueille les voyageurs depuis un siècle dans sa résidence, la Villa Serbelloni : un hôtel 5 étoiles certes, mais par-dessus tout un voyage à remonter dans le temps.

Hotel-dal-lagoC’est un roc !… C’est un pic !… C’est un cap !… Que dis-je, c’est un cap ?… C’est une péninsule ! Vestige de la dernière glaciation, le lac de Côme ouvre ses bras là où Bellagio s’avance. Placé au point le plus septentrional de la langue de terre qui donne au lac de Côme sa forme de Y, le pittoresque village de Bellagio a conservé l’authenticité de son passé. Comme à la Renaissance, cette petite commune lombarde trempe les pieds de ses façades colorées dans le lac le plus profond d’Europe (410 mètres). Ses imposantes montagnes qui dévalent dans les eaux noires du lac demeurent les seuls témoins de la gloire discrète et séculaire de Bellagio. Le visiteur se fait signifier par ces dernières qu’il n’est au mieux qu’une étincelle éphémère, comme le furent Wagner, Flaubert, Stendhal, Hitchcock, ou encore Frank Sinatra et Maria Callas qui firent de cet écrin leur lieu de villégiature.

Origines suisses

Cette renommée de longue date explique l’émergence de services hôteliers d’exception dès le début du XXe siècle comme ce fut le cas pour la Villa Serbelloni, un ancien palais dont l’histoire remonte à la fin du XVe siècle. C’est d’ailleurs une famille suisse, les Bucher, qui s’est portée acquéreur des lieux en 1918 et qui, depuis 100 ans, exploite l’hôtel dans la plus pure tradition italienne. Bien des célébrités y ont séjourné et complété le fabuleux palmarès de Bellagio : le roi d’Égypte Farouk en voyage de noces, Franklin Roosevelt et John Kennedy qui y venaient incognito ou encore Romy Schneider et Michael Schumacher qui appréciaient la quiétude de ce joyau hors du temps. Preuve supplémentaire s’il en fallait : le Grand Hotel Villa Serbelloni est régulièrement cité par Condé Nast Traveller et Travel & Leisure parmi les 100 meilleurs hôtels au monde. Une reconnaissance qui n’est pas due au hasard, car son hospitalité tutoie l’excellence. À commencer par l’accueil chaleureux et personnel de la famille Bucher qui habite toujours sur place : « J’aime considérer les clients comme mes invités personnels et je suis heureux de pouvoir offrir l’atmosphère d’une grande villa de vacances qui ouvre tous les ans ses portes aux amis de toujours », confie Gianfranco Bucher, propriétaire de la Villa. Avec son épouse Dusia, ils sont en charge de perpétuer l’héritage de leurs aïeux. C’est donc une atmosphère d’antan qui prévaut, qui mêle style baroque et théâtralité des salons à la manière de la Belle Époque. Un monumental escalier éclairé par un gigantesque lustre de Murano domine le hall d’entrée, alors que le reste du mobilier, tapis persans, fresques murales, divers trompe-l’oeil et gravures racontent les années traversées par cette demeure.

Farandole de services

room_deluxe_197 chambres et suites sont à la disposition de la clientèle qui pourra apprécier le confort et le charme de draps en lin et de duvets à l’ancienne. Une atmosphère cosy s’en dégage tout en proposant une expérience qui tranche avec celle de certains 5 étoiles fondus dans le moule de la modernité. Côté sport et détente, les hôtes bénéficient d’une structure de standing. Le sportif pourra évoluer sur deux terrains de tennis, deux piscines (dont une couverte), une salle de sport (divisée en espace de cardio-fitness avec les machines Technogym et en salle de Pilates), ainsi qu’une salle de squash. Après l’effort, le réconfort : l’espace beauté de Villa Serbelloni SPA occupe 300 m2 au sein de l’hôtel, près de la piscine couverte. Ce dernier propose des programmes beauté et bien-être de un à six jours, et certains traitements sont spécialement conçus pour les hommes.

Mistral6Cuisine savante

Et que serait un cinq étoiles sans une grande table ? Le Grand Hôtel Villa Serbelloni n’est pas en reste à ce sujet. Son chef étoilé, Ettore Bocchia, passe des plats traditionnels à la cuisine moléculaire avec une agilité déconcertante. Difficile de ne pas se laisser tenter par l’un de ses restaurants – ou même par les deux – Le Mistral et La Goletta. Alors que Le Mistral donne l’occasion d’expérimenter des saveurs inédites : ravioli de paon, turbo frit au sucre, ou encore des desserts insolites comme la glace à l’azote liquide, La Goletta se concentre sur l’authenticité de la cuisine italienne et du « poisson du lac »… de Côme évidemment ! Côme, Bellagio et sa Villa légendaire font définitivement partie de ces lieux qu’il est difficile d’oublier. Seuls les galets posés le long des berges pourraient y rester insensibles. D’ailleurs… on visualise déjà très bien les ricochets face au soleil couchant.