Jeanneau accueillent les Miss à bord

Ce dernier week-end d’avril avait décidément tout pour lui: soleil, vent et triple bonne (humeur, organisation et participation). Chaque année ce rendez-vous prend un peu plus d’ampleur*, grignotant à la fois des places d’amarrage supplémentaires sur le quai du port, et des mètres carrés en plus pour l’espace Jeanneau devant la capitainerie: la simple tente de jardin des premières éditions s’est transformée en véritable chapiteau VIP. Pour son cinquantième anniversaire, le chantier des Herbiers a mis les petits plats dans les grands. Le cocktail d’accueil au champagne s’est poursuivi jusqu’au coucher du soleil, la flotte du rallye entre St-Tropez et les plages de Pampelonne était encadrée par des Prestige 42 et Prestige 50, sans oublier l’hélico photos, tandis que la remise des prix et le dîner de gala du samedi soir furent ponctués d’animations et de spectacles.

49 pieds minimum

Séduit par l’aventure? Pour y participer il suffit de venir avec son 49 pieds, au moins: Sun
Odyssey 49DS, Sun Odyssey 52.2 ou Sun Odyssey 54DS, voire un Prestige 50. C’était le cas d’un navigateur morgien, dont le yacht à moteur est basé au port de Marines de Cogolin (département du Var). Ancien propriétaire de SO 43DS, il s’est laissé convaincre par son épouse de voir plus grand mais moins toilé, et est donc devenu un heureux adepte de Prestige 50. Il a néanmoins tenu à participer au rallye, en mettant son bateau au service du comité de course. L’an passé, un 54DS suisse avait pris le départ, et l’année qui précédait il s’agissait d’un 52XR équipé de voiles et tangon en carbone, sur lequel tout l’hydraulique et les winches avaient été doublés. Le Jeanneau super customisé était alors l’attraction du rallye. Cette fois, le grand sujet de discussion sur les pontons affichait également ses origines suisses, mais aussi des courbes nettement plus glamour que high-tech: les candidates sélectionnées pour l’élection de Miss Suisse Romande 2007.

1,70m mininum

Businessman genevois, Olivier Muller a défrayé la chronique l’hiver passé en prenant le contrôle de l’organisation de Miss Suisse Romande. Ses priorités ont d’abord consisté à investir dans le professionnalisme en s’appuyant sur un encadrement expérimenté, et en mettant sur pied un véritable road show en Suisse romande. Les médias ont mordu à l’hameçon et les candidates à l’élection se sont alors retrouvées dans les pages des quotidiens et sur les ondes des radios. Ayant par ailleurs des activités à St-Tropez, dont le fameux restaurant «La Piscine», Olivier Muller et son organisation ont choisi ce lieu où, rappelons-le, «Dieu créa la femme», pour préparer la quinzaine de Miss à leur élection définitive en terre genevoise (voir dans le magazine 30 Degrés de ce mois ou sur www.30degres.ch). Le programme de cette semaine de «stage» à St-Tropez s’avérait aussi varié qu’intense, et comportait notamment une journée de shooting photos sur des bateaux. Comme le tout se tenait au même moment que le rassemblement Jeanneau et que le magazine Skippers avait été consulté sur les opportunités d’une touche yachting, les deux événements se sont vus offerts la possibilité de tirer quelques bords ensemble, pour le plus grand plaisir de toutes et de tous. Sept des Miss ont alors embarqué sur un SO54DS avec une partie de leurs coachs, et les sept autres sur un Prestige 50 avec le reste de l’encadrement, sans oublier photographes et cameramen. Pour faire honneur au pays hôte, les Miss ont revêtu les tenues du Challenger français pour l’America’s Cup, fournies par Aigle, et ont découvert les plaisirs de la mer dans des conditions idéales. Ce ne sont pas les propriétaires de Jeanneau qui s’en sont plaints.