LES ÎLES DU CAP VERT POUR VENDREDI !

o    Protos : Bertrand Delesne en chef de file !
o    Série : Charlie Dalin, économe et efficace…
o    Des décalages en latéral qui pourraient faire la différence.

On le savait et ce, dès le départ de Funchal, les alizés venant du Nord-Est montaient dans les tours le long des côtes mauritaniennes. Il fallait aller les chercher mais à quel prix ?… Car en longeant la Mauritanie, les skippers s’allongent indéniablement la route vers le prochain way-point, formé par les îles du Cap Vert (ndr, porte entre l’île la plus ouest soit Santo Antao et l’île la plus est soit Maio). Aussi, Bertrand Delesne (Entreprendre Durablement), le lauréat en prototypes de la première étape, après avoir été voir de plus près le désert mauritanien a repiqué en fin de nuit vers la route directe à plus de dix nœuds de moyenne. Une tactique payante puisque le voilà en tête de la flotte et Bertrand glisse à plus de 10 nœuds, cap sur la patrie de Cesaria Evora. Certes, le Breton n’est pas seul dans ce cas et il devra gérer quelques empannages avant de cibler où il traversera les îles Barlovento capverdiennes (ndr, au vent). HP Schipman (Maisons de l’Avenir Urbatys) suit un chemin parallèle à vitesse égale. Tous rattrapent le temps perdu et sont en train de faire parler la puissance de leurs protos nouvelle génération ! Stéphane Le Diraison (Cultisol – Marins sans Frontières) un peu plus à l’ouest  – un demi degré mais qui peut faire la différence ! – peine à suivre le rythme. Lui aussi se recale sur la route la plus courte, mais avec des vents légèrement inférieurs. Du coup, il a perdu son leadership d’hier soir. Pointé en vitesse instantanée à plus de deux nœuds moins rapide que ses rivaux, il cède quelques milles au groupe de quatre. Problème de pression dans les voiles ou problème technique pour Stéphane ? Le prochain classement pourrait nous apporter quelques informations complémentaires…
 
Bientôt à la porte !

Cependant le « club des quatre » reste formé. Fabien Desprès (Soitec), troisième, est dans le sillage de Delesne. Fabien sait mener son De Beaufort à fond et connaît la route… Rester au contact du groupe « de furieux » jusqu’au Cap Vert est une bonne chose, mais nul doute qu’il profitera de la moindre opportunité pour s’en extraire dés que possible ! Quant à Thomas Ruyant (Faber France), cinquième, il avale les milles goulûment. Légèrement « distancé » voilà encore deux jours, il est revenu au contact et peut tirer profit de son Finot-Conq qui aime les conditions de portant. Presque à vue avec ses rivaux. « Je serai prudent jusqu’au Cap Vert, après je mettrai du charbon » avait-il dit à Funchal. Il semble que la chaudière tourne déjà à plein. Cependant, il en est un à suivre avec intérêt et curiosité. C’est Nicolas Boidevezi (Défi GDE). Il est celui qui a été vraiment flirter avec les côtes africaines. C’est lui qui a touché le plus tôt le plus fort des alizés. Nicolas est au sprint avec des surfs à plus de 12 nœuds. L’eau doit fumer autour de son mini. Reste à savoir si les 78 milles ne représentent pas un trop gros handicap dans les heures à venir… Il a empanné en fin de nuit et sa course poursuite mettra encore un peu plus de sel dans cette épreuve plus ouverte que jamais. Le sud-africain Matt Trautman (Mini Mac) tente lui aussi une route est. Il est venu chercher l’autoroute… Tôt ou tard il devra se recaler, à moins que la porte version la plus Est du Cap Vert ne le tente… Quoi qu’il en soit, tous commencent bien évidemment à réfléchir à cette fameuse porte qui se dresse devant eux ! Faut-il la prendre à l’ouest, à l’est, dans son centre ? Chacun y va de ses idées, la carte posée sur les genoux alors que leur bateau perfore la mer dans des surfs à plus de 12 nœuds… Ca tape, ça bringuebale de droite à gauche, ça résonne et l’on essaye de se tracer et de se fixer des way-points pour déclencher ses empannages au bon moment et surtout au bon endroit…

Pourquoi faire plus de milles ?

Charlie pourrait poser la question à voix haute à l’ensemble de la flotte… Charlie Dalin (Cherchesponsor-charliedalin.com) garde son option plus ouest que ses rivaux et suit une parfaite route directe à vitesse soutenue. Et au final, il reste bien le leader au classement Série ! Son avance a certes diminué par rapport à l’Italien Ricardo Apolloni (Ma Vie pour Mapeï) excellent deuxième et le tenace Henri Meyniel (Beveac Consulting) quasiment bord à bord avec Sébastien Rogues auteur d’un retour supersonique vers la tête de course. Le skipper de Eole Generation – GDF SUEZ est clairement dans une position d’attaquant et il a la barre aux dents ! Mais Charlie fait une belle « nave » comme l’on dit. Car son option ouest peut s’avérer excellente en tous points. Sa situation lui laisse la possibilité d’arriver aux îles du Cap Vert sur un bord alors que les autres devront, tôt au tard, empanner. Qui aura raison ? Réponse dans les prochaines heures. Mais une chose est sûre : la bagarre au classement série est de toute beauté et cela attaque de toutes parts, les vitesses oscillant entre 8, 9 et 10 noeuds ! Passionnant…

Dans la nuit de vendredi…
Car si les conditions persistent, ces îles situées au large du Sénégal devraient être atteintes par les premiers dans la nuit de vendredi. Et parmi ces leaders, bien difficile de dire qui sortira de l’archipel en pole position… Est-ce que le groupe des quatre va rester collé serré ? Est-ce que Stéphane Le Diraison va revenir par l’ouest ? Est-ce que Nicolas Boidevezi et Matt Trautman vont débouler pleine balle par l’est ? Et qui des séries va claquer la porte capverdienne ? Charlie Dalin qui fait moins de milles que les autres tout en préservant une bonne vitesse de rapprochement ? Ou est-ce que le danger arrivera de l’Est ?… Incroyable partie tactique mais aussi technique que tous se livrent… Et derrière alors ? Cela glisse pour tous à bonne vitesse maintenant, les alizés arrosant toute la flotte. À noter que les deux grands potes Nicolas Rouger (Exa / Le Marseillais/ Peschaud) et Philippe Mirman (Cepat) qui se sont promis d’aller escalader ensemble l’an prochain l’Aconcagua et ses 6962m en Amérique du Sud, doivent en parler par VHF. Ils sont quasi bord à bord… Le temps et les problèmes doivent ainsi passer plus vite.

Classement à 15h00, jeudi 8 octobre 2009 :
Prototypes – 33 en course :

1. Bertrand Delesne (Entreprendre durablement) : à 2 329,88 milles de l’arrivée
2. HP Schipman (Maisons de l’avenir Urbatys) : à 10,35 milles du leader
3. Fabien Després (Soitec) : à 18,41 milles du leader
4. Stéphane Le Diraison (Cultisol-Marins sans frontières) : à
5. Thomas Ruyant (Faber France): à 24,04 milles du leader…

Série – 48 en course :
1. Charlie Dalin (Cherche Sponsor-charliedalin.com) : à 2 407,79 milles de l’arrivée
2. Ricardo Apolloni (Ma Vie pour Mapei) : à 25,24 milles du leader
3. Henri Meyniel (Beveac Consulting) : à 36,61 milles du leader
4. Fabien Sellier (Surfrider Foundation) : à 36,99 milles du leader
5. Luc Tosi (Golden apple of the sun) : à 42,87 milles du leader…