Mirabaud Swiss Open

Sans atteindre le record de participation de 1989 où 72 concurrents se plaçaient sur la ligne de départ de Nyon, ce 28e championnat suisse international de Surprise fait sans aucun doute partie des grandes années, du point de vue de la participation. Pour les 30 ans du voilier, 58 unités ont pris le départ. Du 12 au 16 juillet dernier, 8 manches ont pu être courues entre médium et petit temps.
Organisé pour la quatrième fois de son histoire par le Cercle de la Voile de la Société Nautique de Genève, les meilleurs «surprisistes» du pays ont répondu présents à l’appel de Michel Glaus, responsable de l’organisation avec Manuel Schmidt. Sur la ligne de départ, on peut se réjouir de voir des barreurs tel qu’Arnaud Gavairon, Alain Marchand ou encore Jean-Marc Monnard. C’est finalement ce dernier qui remporte le titre, haut la main.
Parrainé par le prestigieux groupe bancaire Mirabaud, l’évènement affiche clairement sa volonté d’être plus visible pour le public. Antonio Palma, Président d’honneur du Mirabaud Swiss Open et Membre du comité exécutif de Mirabaud parle de l’engagement de la banque comme d’un partenariat de cœur. «Avec une vision purement marketing, nous serions peut être présents sur le circuit D35, ou 8M JI pour le prestige! Mais nous avons préféré nous engager dans une série qui est capable d’être représentée par plus de 100 unités au Bol d’or, et d’aligner près de 60 voiliers à un championnat national». Le représentant du groupe bancaire est par ailleurs assez fier de participer à l’évènement, à bord du Mirabaud II, barré par Xavier Lecoeur.
Avant même le début des hostilités, les favoris se profilent assez clairement. Avec une sorte de dream team, constituée quelques jours plus tôt, Jean-Marc Monnard affiche sa volonté de l’emporter. Pour ce faire, il a préparé le Fou du Vent du propriétaire Patrick Quennoz. Bertrand Seydoux, Nicolas Berthoud et Jean-Pierre Ziegert complètent l’équipage. A la limite du poids maximum, le quintet n’est pas ravi des conditions de vent légères qui règnent en cette mi-juillet. Mais il montre au reste de la flotte, dès la première manche, que son poids n’est pas un handicap. Deux manches remportées, trois manches de second et une place de troisième: la victoire est incontestable. L’équipage du SUI546 termine avec une avance confortable de 7 points. Même une disqualification pour départ prématuré, ainsi qu’une onzième place à la dernière manche ne suffisent pas à les ramener au niveau de leurs adversaires directs.
Alain Marchand, sur St-Jacques, convoite le titre depuis de nombreuses années. Il doit se contenter de la deuxième place. C’est l’organisateur Michel Glaus avec son Teo Jakob qui monte sur la dernière marche du podium. Le premier voilier du Centre d’Entraînement à la Régate, habitué à briguer les bonnes places, termine quatrième avec Patrick Girod à la barre. Cyrus Golchan, vainqueur du National France de Thonon, s’offre une très honorable cinquième position. Au-delà du classement, cette édition se voulait particulière. Pour célébrer
dignement les trente ans du Surprise, le chantier Archambault et l’importateur François Seychaud offraient un Surprise neuf au tirage au sort. Pour participer, les candidats devaient avoir participé, en plus du Mirabaud Swiss Open, soit au National France soit au Bol d’or. Pour l’aspect festif, la soirée anniversaire a eu lieu le 14 juillet. Pour maintenir le suspens jusqu’à la dernière minute, le tirage au sort s’est fait sur plusieurs tours. C’est finalement Olivier Pictet après un suspens étouffant qui se voit attribuer ce lot d’exception. Propriétaire du SUI179 qu’il avait acquis en 1984, Olivier Pictet venait de réaliser des travaux sur son vieux Surprise pour revenir sérieusement sur le circuit. «C’est bien que ça tombe sur un propriétaire qui a un vieux bateaux!» s’exclame-t-il. Il faudra donc compter avec ce nouveau concurrent lors des prochaines éditions, car la motivation semble aller de paire avec la chance.