Une nouvelle chance de qualification olympique

Qui pour accompagner Mateo Sanz Lanz aux JO ? En 49er, Sébastien Schneiter et Lucien Cujean ont bon espoir de décrocher leur qualification personnelle lors des mondiaux d’Auckland qui se déroulent cette semaine. En même temps, le festival de la course océanique se poursuit, entre le dénouement de Brest Atlantiques et la nouvelle tentative de Jules Verne lancée hier par Spindrift.

La route qui mène aux JO est longue et semée d’embuche. Après avoir acquis la qualification de la nation en 49er, Schneiter/Cujean doivent encore satisfaire les exigences de Swiss Olympic lors des mondiaux de la classe. Pour espérer empocher leur ticket dès maintenant, les marins de Team Tilt doivent faire un Top 5. Une performance à leur portée, mais qui nécessitera une bonne dose de réussite. Cela aurait l’avantage de libérer leurs esprits pour la suite, afin que ces derniers puissent se concentrer uniquement sur leur préparation. En cas d’échec, deux chances subsisteront, en février lors des mondiaux 2020 ou en avril lors de la World Cup de Gênes.

Du côté de Brest Atlantiques, alors que le Maxi Edmond de Rothschild a fondu sur la ligne d’arrivée avec une avance considérable, Macif et Actual subissent la punition de devoir contourner un vaste anticyclone à l’ouest des Açores. Une déception certaine pour Gabart qui n’a jamais pu recoller avec le premier après son arrêt forcé à Rio pour réparer son safran. Après plus de 28 jours de mer éprouvants pour le Maxi Edmond de Rothschild, on peut saluer une course unique et fondatrice pour la classe Ultim qui a su proposer un format sportif des plus intéressants.

Pour finir, Spindrift a coupé la ligne de départ du Jules Verne située au large d’Ouessant hier soir. Ils partiront d’abord à l’assaut de leur temps de référence établi jusqu’à l’équateur qui était de seulement 4 jours de 20 heures, mais c’est surtout l’enchainement dans l’Atlantique Sud jusqu’à Bonne Espérance qui permettra de faire la différence. Ici même, Francis Joyon avait bénéficié de conditions très favorables lors de son record en 2017. Parfaitement connu par l’équipage et optimisé jusqu’au bout de ses plans porteurs, le trimaran noir et or de Spindrift reste l’un des meilleurs bateaux pour tenter cette aventure qui ambitionne de passer sous la barre fatidique des 40 jours. La réponse dans 40 jours…