Roesti Sailing Team : le compte à rebours

Texte :

On ne s’en rend pas forcément compte, mais en course au large, une transatlantique peut s’apparenter à de la balade en comparaison au rythme infernal qu’impose la gestion d’un projet. Jeudi dernier, Valentin Gautier et Simon Koster ont finalement mis à l’eau leur Class40 Banque du Léman au prix d’un effort titanesque. À trois petites semaines du départ de la Jacques Vabre, le temps semble fuir devant eux, mais le duo 100 % suisse 100 % roesti sera bien au départ de la course avec la ferme intention de démontrer le potentiel de son incroyable bateau. Pour les aider dans leur dernière ligne droite, un crowd funding a été lancé !

Les connaisseurs on forcément été bluffés par les lignes de ce Class40 de quatrième génération dont les formes sont poussées à la limite de ce qu’autorise la jauge : «  On navigue quasiment sur un scow de 40 pieds », nous explique Valentin Gautier. « Nous avons d’abord pris le bateau en main en mode découverte et dans 18 nœuds de vent nous atteignions facilement 16, voire 17 nœuds au reaching. En plus, il reste doux une fois à la gîte, il n’enfourne pas, on est comme assis dans un fauteuil ! » poursuit-il.

Si le bateau de Simon et Valentin semble bien né, ce dernier a accouché aux forceps pour être prêt dans le temps. « L’objectif était de le mettre à l’eau en juillet. Quand nous avons réalisé que les délais ne seraient pas tenus, nous avons cravaché durant un mois et demi, 7 jours sur 7, 24 heures sur 24, pour être prêts pour la Jacques Vabre », relate le Genevois.

Alors, si le bateau est enfin dans son élément, la liste des choses à faire est encore longue avant le départ qui sera donné le 27 octobre prochain. Outre les longues heures de fiabilisation du bateau, il leur faudra également se qualifier en réalisant un parcours de 1000 milles et surtout engranger un maximum d’informations en vue de l’analyse de la performance : cross-overs des voiles, polaires de vitesse, etc.

Et parce que les sous s’égrènent quasiment aussi rapidement que les secondes, les deux compères ont lancé une campagne de crowd funding. En cliquant ici vous pouvez les aider à parvenir à leur objectif : représenter la Suisse à son meilleur niveau en course au large !