Swiss Youth Sailing Championships : tout pour la jeunesse

Texte :

Photos : ©Jürg Von Allmen

Le premier championnat de Suisse Juniors centralisé s’est déroulé du 7 au 10 octobre dernier à Ascona, au bout du lac Majeur. Planifié depuis plusieurs années, il faisait office de test à ne pas manquer pour la Fédération.

©Sailing-Today77_oC’est un pari vieux de quatre ans pris conjointement par Swiss Sailing et le Yacht Club Ascona : organiser un rendez-vous vélique Juniors d’envergure. Accueillir 202 jeunes et leur bateau, leurs coachs, leurs parents, et 18 officiels n’est pas une mince affaire. C’est même un véritable défi, surtout lorsque les modestes infrastructures du club hôte ne sont pas celles du Cercle de la Voile de Lugano ou de la Société Nautique de Genève. Cela n’a pas empêché les bénévoles de travailler d’arrachepied pour donner naissance à une manifestation conviviale à terre et compétitive sur l’eau. S’il ne devait y avoir qu’un seul regret à formuler, c’est sûrement à la météo qu’il serait adressé. Que ce soit par un soleil de plomb, ou sous des cordes de pluies, les conditions de vents étaient loin d’être idéales. Mais heureusement, grâce au courage des régatiers et à la détermination du comité, les 420, Laser 4.7 et Optimist ont pu couronner leurs champions de Suisse.

Bienvenue au Tessin

D45P4681-Jürg-Von-AllmenLe Tessin était fier d’accueillir cet événement, en particulier le Yacht Club Ascona. Pour Fabrizio Saudino, en charge de la jeunesse dans ce petit club au bout du lac majeur, l’organisation d’une grande régate sur leur plan d’eau revêt une importance particulière : « La culture de la régate est moins développée sur notre lac par rapport à d’autres régions de Suisse. Nous sommes très actifs l’été avec les vacanciers, mais moins avec les jeunes tout au long de l’année. Cela nous permet véritablement de pousser la voile Juniors localement », nous confie-t-il. Et pour être certain que l’événement soit une réussite, les grands moyens ont été déployés : une tente imposante avec repas et spectacles au centre du village, la grande plage des bains publics louée pour l’occasion et absolument tous les ingrédients d’une hospitalité chaleureuse, à la hauteur de la réputation du Tessin ! Côté paysage, le décor de cinéma que propose le lac Majeur n’a fait que renforcer le caractère exceptionnel du rendez-vous. Les montagnes dévalant dans le lac – par ailleurs le plus profond de Suisse – offrent un panorama de carte postale dont les concurrents ont pu largement profiter le premier jour, par beau temps et vent aux abonnés absents. La météo n’annonçait rien de bon pour les jours suivants, mais le comité a sauté sur le premier filet d’air de 7 à 10 noeuds du deuxième jour pour faire courir quatre manches aux 4.7 et 420 et ainsi « sauver » le championnat en prévision du pire. Dès le lendemain, la pluie battante est arrivée et avec elle des températures qui ont mis à rude épreuve les organismes, notamment des plus jeunes en Optimist. Ces derniers ont dû se battre pour aller au bout de leur championnat, alors que les cimes tessinoises étaient déjà couvertes de neige.

Une hiérarchie respectée

D45P4742Jürg-Von-Allmen149 Optimist, 26 420 et 27 Laser 4.7, issus au total de sept nations : jamais un rendez-vous Juniors en Suisse n’avait connu un tel succès. Sur le plan sportif, pas de grandes surprises, les deux premières places de chaque podium sont toutes occupées par des membres du Talent Pool, à l’exception du Laser 4.7 où un local, Philip Tibaldo du Cercle de la Voile de Lugano, a chipé la première place – à égalité de points – au Genevois Félix Baudet lors du dernier jour, au terme d’un duel extrêmement serré. Pour le reste, on retrouve le duo Zeltner/Seger de Oberhofen sur la première marche en 420, suivi de près par Solène Mariani et Maude Schmid du Club Nautique Morgien. Ces deux équipages s’alignent d’ailleurs en ce début décembre au championnat du monde Juniors de Sanya en Chine.

Il restait aux Optimist à trouver un successeur à Max Wallenberg, dernier champion de Suisse en date. C’est seulement lors de la dernière journée que les 149 jeunes pousses ont pu courir la manche fatidique permettant de valider le championnat. C’est dans la brise et les vagues qu’ont eu lieu les dernières explications entre Maxime Thommen du Yacht Club Zug, et Maxim Dneprov du Segel Club Cham. À l’issue de ce final plutôt chaud qui a obligé de nombreux Opti à jeter l’éponge, c’est Maxime Thommen qui s’impose, un cran au-dessus des autres sur les trois jours. Chez les filles, c’est Anja von Allmen qui arrive en tête grâce à deux belles places le dernier jour (3e et 4e) bien que n’étant pas avantagée par son poids léger dans ces conditions.

La famille Swiss Sailing

©Sailing-TodayLes derniers jours de régate n’ont rien eu d’une sinécure, que ce soit pour les sportifs ou les bénévoles affairés à mouiller des bouées. Ce fut un mal pour un bien, car tout ce travail collectif avait comme principe directeur une idée : celle de promouvoir une voile Juniors dynamique et ouverte, permettant de préparer la relève vélique. Marco Versari, le nouveau responsable du département jeunesse, développe la stratégie de la fédération : « Nous souhaitons contribuer à créer une base large de navigateurs et à rendre la régate plus accessible. Ce type de rendez-vous centralisé amène environ 20 % de bateaux en plus par série, et donc permet d’organiser des régates qui ont une valeur en termes de performance tout en faisant la promotion d’un mouvement Juniors suisse le plus vaste possible. », décrit celui qui est également coach de Swiss Sailing Team. La recette semble séduire du côté des jeunes, les générations se mélangent, les plus âgés encadrent les plus jeunes, les barrières linguistiques tombent et l’on communique en anglais. Les périodes d’attente sont l’occasion d’organiser une partie de foot, de volley ou de cartes, de rêvasser tranquillement ou de fignoler son bateau. Pour Léonardo Finazzi de la SNG, qui disputait sa dernière régate en 4.7 tout en terminant par une belle médaille de bronze, le format de ce rendezvous lui laisse une très bonne impression : « Nous n’avons pas eu de chance avec la météo, mais je trouve qu’organiser des championnats centralisés est une bonne chose. On prend beaucoup de plaisir à retrouver des amis qui naviguent dans d’autres séries, et notamment des Opti que l’on croisait sur des régates par le passé ». Nous l’avons compris : la voile suisse est une grande famille.