Une magnifique fête en dépit de vents capricieux

La fête sur l’eau s’annonce grandiose.Depuis plusieurs jours, les conditions de vent sont parfaites grâce à un courant ouest et le soleil réussit à percer l’épaisse couche de brouillard. La nature promet un spectacle digne de l’événement, à la grande joie du comité de course. On peut célébrer les 25 ans de la Vierwaldstättersee-Cup et les 40 ans de la 50- Meilen Trophy comme il se doit! Pour l’occasion, les membres du Segelclub Stansstad ne lésinent pas avec les moyens et mettent sur pied un programme et des animations aussi diverses qu’attractives. Leurs efforts semblent être récompensés. On espère même pouvoir lancer le parcours entier ce qui n’est plus arrivé depuis longtemps. La même euphorie règne parmi les concurrents des 80 bateaux. C’est dans une ambiance empreinte d’optimisme et de joie qu’ils tirent les bords derrière la ligne de départ. Oubliée la lutte éprouvante contre l’absence de vent de la dernière édition. A 19h30 précises, les participants se lancent dans la course. Groupée, la flotte passe la ligne pour foncer vers le large. Rien ni personne ne semble pouvoir les arrêter. Le signal de départ a-t-il interpellé des forces supérieures? Mystère! Toujours est-il que le vent faiblit subitement avant de s’endormir complètement. Quelques minutes seulement après le départ, les bateaux se rassemblent à nouveau pour former une flotte compacte. Un silence pesant s’installe, transpercé seulement par quelques jurons. Le lac des Quatre-Cantons est redevenu lui-même.

Ambiance de fête grâce à Alinghi

Les rives ne peuvent pas se réchauffer pendant la journée, il y a donc peu d’espoir de voir arriver un vent thermique nocturne. Fort de ce constat, le comité est contraint de faire courir
– une fois de plus – le parcours raccourci, à savoir un seul bras du lac. Au ralenti, les bateaux glissent dans la nuit en direction de Gersau, poussé par une petite risée. Suite au
changement du parcours, les marins caressent l’espoir de retrouver leur lit chaud avant la levée du jour. Pour Andreas Zimmerli sur son BB12, ce voeu est réalisé. Il franchit la ligne avant minuit s’offrant du coup la victoire dans la catégorie «yardstick». Une grande majorité des poursuivants réussit également à terminer le parcours au cours de la nuit.
Une circonstance toute rêvée pour la suite des activités. Au programme: une grande fête! Les marins se retrouvent sous la grande tente de Standsstad pour y suivre le Match de l’America’s Cup. Les efforts et le vent capricieux de la dernière nuit semblent loin derrière. Les discussions et spéculations vont bon train, on encourage le Defender suisse et chacun apporte un commentaire avisé sur la course. Quand Alinghi franchit la ligne en vainqueur, rien ne s’oppose plus à une fête d’anniversaire digne de ce nom. Un bon barbecue, un château gonflable pour les petits et un groupe de musique pour petits et grands. C’est ainsi qu’on célèbre la victoire d’Alinghi et l’anniversaire de la course.

Belle participation à l’Uristier

La régate de l’Uristier a la réputation d’être la seule course comptant pour la Vierwaldstättersee-Cup où le vent est régulièrement au rendez-vous. Une semaine après la pétole nocturne de la 50-Meilen-Trophy, on apprécie d’autant plus cet avantage. Il se traduit par une participation particulièrement élevée: plus de 60 bateaux, dont une flotte particulièrement nombreuse de bateaux de sport du lac de Zurich. Le «taureau d’Uri» tient ses promesses. Grâce au vent thermique régulier trois manches sont courues samedi. Dimanche, l’approche d’un orage provoque des rafales de plus de 6 Beaufort mettant certains bateaux surtoilés dans une situation délicate. Plusieurs d’entre eux se couchent sur l’eau, parmi eux BB12 et UBS Nessy-Racing. Le comité de course décide donc de stopper la régate après seulement une manche. Les courses sont dominées par les concurrents étrangers. Dans la catégorie «yardstick», c’est Peter Müller de Zoug qui remporte la victoire pour la troisième fois consécutive. Un cheveu le sépare du deuxième, en l’occurrence le Lucernois Peter Seinet sur son Modulo 105 qui était à la deuxième place l’année dernière. Avec trois victoires sur quatre, le Zugois Raphael Näf remporte lui la victoire dans la catégorie 5 ORC. Celle des bateaux de sport voit un triplé des Esse 850 en provenance du lac de Zurich, avec aux commandes Oscar Paulich. Une fois n’est pas coutume, la flotte indigène des Bénéteau 25 doit s’avérer vaincue. Elle se retrouve au milieu du classement général. Elle bénéficie toutefois d’un classement séparé, tout comme les Onyx et les Esse 850. Une situation qui ne peut dissimuler le fait que pour une fois, les Bénéteau n’ont rien à envier aux nouvelles séries.

Plus d’informations sur la Vierwaldstättersee-Cup et tous les résultats sur www.vc-cup.ch