Voler avec les Glénans : foiler n’a jamais été aussi simple

Texte :

Alors que la voile évolue à grande vitesse sous l’impulsion du foiling, l’offre de formation a mis du temps à s’adapter aux nouvelles tendances. L’arrivée des Glénans sur ce créneau devrait contribuer à changer la donne.

_GID5298Nous avons rendez-vous sur l’île de Bananec, rebaptisée opportunément « l’île de la Sensation ». Car sur ce petit confetti planté au coeur de l’archipel des Glénan, désormais, on y vole ! L’école de voile éponyme, qui fête ses 70 ans, s’est offert pour l’occasion un sacré lifting et a pris le tournant du foil : « Les Glénans doivent leur réputation quasi mondiale à leur école de croisière qui a largement fait ses preuves avec une approche de la voile plus traditionnelle que technologique. Alors que très peu de structures de formation existent dans le domaine du foil, nous voulions anticiper l’évolution des pratiques et proposer une plateforme qui ouvre cette discipline à plus de navigateurs », explique Olivier Sanz, le directeur adjoint du site de Concarneau.

L’association qui accueille aujourd’hui plus de 16 000 stagiaires par an prépare dans l’ombre depuis deux saisons ses moniteurs, teste du matériel et élabore sa méthode d’apprentissage du vol à voile. La formule retenue est la suivante : les stagiaires devront tout d’abord justifier d’un niveau « intermédiaire » au minimum sur le support archimédien de leur choix et pourront opter entre la pratique du windfoil, du kitefoil, du dériveur à foils, comprenant une première étape en RS Aero à foils avant de s’initier au Waszp. Des stages en Nacra 15 sont également proposés, mais en mode archimédien. Des taux d’encadrement restreints sont mis en place avec un moniteur pour six ou huit élèves maximum en fonction des supports. Des règles de sécurité spécifiques ont notamment été édictées : par exemple, port du casque obligatoire et matériel de premiers secours à portée dans les tenders. Un rappel à la prudence indispensable, car il serait dommage de gâcher sur une blessure une belle semaine d’apprentissage du vol !

Quelques bords et puis s’envole

P1130308Alors qu’apprendre à foiler peut tourner au casse-tête (choix du site, des conditions adaptées et du bon support), passer par une structure formatrice offre de nombreux avantages et les Glénans ne sont pas à court d’arguments. À commencer par la zone de navigation. Pour ceux qui ne connaissent pas l’archipel, vous aurez l’occasion de tirer des bords sur de l’eau turquoise, entre les îles, les cailloux et les bancs de sable blanc. Un paysage de carte postale qui démontre, une fois de plus, que le Bretagne recèle autant de trésors (si ce n’est plus) que les Bahamas ! Au départ de Bananec (« l’île de la Sensation »), la mise à l’eau reste simple, à l’abri d’une langue de sable et d’une baie protégée. L’archipel offre en outre un plan d’eau régulièrement plat, assez pour offrir un terrain de jeu adapté à l’apprentissage… nous en avons fait l’expérience.

C’était la raison de notre visite, s’essayer au vol. À notre grande surprise, la rapidité de l’apprentissage tranche avec l’image quelque peu élitiste de la pratique. Ainsi, pas besoin d’être champion d’Europe de Laser pour passer sur un Waszp, ni d’être un parfait wave rider en windsurf pour se laisser porter par la sustentation des foils. Les premiers bords sont, certes, engageants physiquement car il faut bien s’adapter à ces nouvelles notions d’équilibre, mais une fois les fondamentaux intégrés, on entre enfin dans la troisième dimension : réduction des efforts, de la friction et du bruit ! De plus, l’apprentissage par palier reste une solution. Par exemple, il est possible de naviguer d’abord sur la version archimédienne du RS Aero, puis de lui monter son kit foils, et enfin de dompter un Waszp, à l’évidence plus technique.

L’expérience Glénans

Avec cette mini révolution paradigmatique, les Glénans n’en restent pas moins fidèles à leurs valeurs et c’est ce qui fait le charme de leurs séjours. Promoteurs de la voile pour tous, on y rencontre toutes les générations et des personnes provenant d’horizons très variés. Le temps de votre stage, dans des conditions d’hébergement légèrement « rustiques », vous recréez une petite communauté insulaire et prenez plaisir à vous ouvrir à la richesse de la vie en collectivité. Sur votre confetti, vous vous levez et vous couchez avec le soleil, votre portable reste la plupart du temps sur off et vous profitez de ces instants pour déconnecter avec le superflu de la vie en métropole. Toilettes sèches, bâtiments alimentés 100 % à l’énergie solaire, citernes de récupération de l’eau de pluie, compost et recyclage font aussi partie de l’expérience Glénans. Soirées guitares, moments de partage intense sont aussi en option, mais souvent offerts par la maison !