Texte: Quentin Mayerat

Qu’il s’agisse d’American Magic ou du reste de la flotte du VendĂ©e Globe, cette semaine est placĂ©e sous le signe des retours. 4 Ă  0, c’est le score final de la cuisante dĂ©faite des amĂ©ricains face Ă  Luna Rossa, tandis que du cĂ´tĂ© du large, Alan Roura est Ă  la lutte avec trois bateaux pour finir son tour du monde avec panache !

Les images de la cabriole du géant à foils américain ont fait le tour du monde. Moins de deux semaines auront suffi aux hommes de Terry Hutchinson pour remettre à flot leur AC75 après son naufrage en baie d’Auckland. Pendant ce temps, les Italiens de Luna Rossa ont eu tout le loisir de poursuivre leur développement et d’affûter leurs réflexes lors du match contre INEOS.

Si les AmĂ©ricains ont impressionnĂ© par leur vitesse – ces derniers ont atteint 53.31 nĹ“uds ! –, ils n’ont pas su inquiĂ©ter Luna Rossa. Après avoir revu l’intĂ©gralitĂ© de son système hydraulique et Ă©lectrique, American Magic n’a pas retrouvĂ© l’éclat de ses premiers matchs, notamment observĂ© lors des World Series du mois de dĂ©cembre. Deux choses essentielles semblent lui avoir manquĂ© : la propretĂ© et l’agressivitĂ© dans les manĹ“uvres. L’incident qu’a connu l’équipage mi-janvier explique sans doute le fait que nous n’avons pu assister Ă  un match Ă  armes Ă©gales.

Les italiens n’ont pourtant pas démérité et semblent progresser après chaque course. La finale de la Prada Cup contre INEOS qui débutera le 13 février prochain devrait être des plus passionnantes. Un total de sept points sera mis en jeu et le vainqueur aura l’honneur d’être le challenger du plus vieux trophée sportif de l’histoire.

Côté Vendée

Ils peuvent ĂŞtre fiers, les marins du VendĂ©e Globe qui se succèdent dans le chenal des Sables d’Olonne. Un en particulier a retenu notre attention ces derniers jours. Maxime Sorel, le skipper de V and B Mayenne, a finalement optĂ© pour un final aussi brave que risquĂ©. Auteur d’un splendide tour du monde couru avec pugnacitĂ© au contact de bateaux bien plus performants que le sien, il a systĂ©matiquement optĂ© pour les routes les plus radicales, et ce jusqu’au bout. Une stratĂ©gie qui lui a valu de rĂ©sister au retour d’Armel Tripon qui a pris la sage dĂ©cision de laisser passer l’énorme dĂ©pression qui accompagnait le duo de marins dans le golf de Gascogne. C’est Ă  la barre de son bateau fissurĂ© et en connaissance de cause que Maxime Sorel a pris son pari, et la chance Ă  cette fois sourie Ă  cet audacieux marin !

Toujours combatif, Alan Roura fait maintenant route vers les Açores après ĂŞtre sorti de la zone des alizĂ©s. Au contact de la Mie Caline, de DMG Mori et de Time for Ocean, le skipper suisse va devoir restĂ© concentrĂ© et motivĂ© pour finir son VendĂ©e de belle manière. Lui qui aurait aimĂ© rĂ©gater plus en avant de la flotte – mais amoindri par une quille qui ne pendule plus – va devoir trouver d’ultimes ressources pour finir avec combativitĂ© sa course et conclure son tour du monde sur une belle note.