Justine Mettraux rejoint l’équipe internationale 11th Hour Racing en qualité de co-skipper. Un programme sur deux ans qui mettra Justine dans les meilleures conditions en vue d’une participation au Vendée Globe 2024.

Texte et photo : Jean-Guy Python

Bonne nouvelle du côté du Finistère, l’année 2021 s’annonce chargée pour la navigatrice versoisienne: elle a trouvé une opportunité de naviguer en IMOCA et vient d’être engagée par l’écurie américaine 11th Hour Racing. Elle disputera cette année le Tour de l’Europe – en équipage de quatre –, la Fast net Race, le Défi Azimut et la Transat Jacques Vabre en double en compagnie du Britannique Simon Fisher. Cette saison se courra à bord de l’ancien 60 pieds Hugo Boss.

Justine devrait ensuite poursuivre avec le team américain pour The Ocean Race en 2022-2023, à bord d’un IMOCA. Actuellement en construction aux chantiers CDK de Port-la- Forêt et Lorient, il sera mis à l’eau fin juillet prochain.

«C’est une grande chance pour moi de rejoindre 11th Hour Racing Team et de pouvoir préparer et courir cette saison 2021 dans d’excellentes conditions. De plus avec un co-skipper qui compte parmi les meilleurs spécialistes de la course au large. Cela représente un très beau programme de navigation en IMOCA cette année, qui va me permettre d’aborder le support avec des gars qui ont de l’expérience.

Poursuivre avec cette équipe sur les saisons 2022-2023 à bord d’un bateau dernier cri, avec tout ce que cela implique, est aussi vraiment enthousiasmant. Au niveau de l’apprentissage, cela va être énorme et je me réjouis déjà!», explique-t-elle.

Rappelons que le règlement de cette course oblige les teams à avoir au moins une femme par équipage. Et Justine a déjà une grande expérience en équipage sur la Volvo: «C’est sûr que ce point de règlement m’ouvre des portes. Je pense que d’une certaine manière, c’est très bien d’imposer la mixité. Au fond, plus il y a d’expériences en équipage mixte, plus les hommes et les femmes à bord se rendent compte que ça se passe bien et que c’est chouette de naviguer ensemble. »

Pour Justine Mettraux, c’est une superbe occasion de mettre le pied dans la porte de la série des 60 pieds open. Et pourquoi pas, dans quatre ans, pour se lancer dans son Vendée Globe. Comme elle l’affirme lors de notre rencontre à Concarneau où l’équipe est accueillie par Mer Concept, la société de François Gabart: «Cela me permettra d’accumuler beaucoup d’heures en IMOCA et d’aborder ensuite le Vendée Globe riche d’une expérience sportive et technique très complète sur les bateaux de ce circuit», raconte Justine.

Et pour les sponsors, a-t-elle déjà une idée ?

«Pour l’instant Teamwork, mon partenaire historique, est motivé à me suivre, mais plutôt comme co-sponsor et ce serait chouette de pouvoir faire un bout du projet avec eux. Sinon, il me faut quelques autres parrains pour ce Vendée 2024 », conclut Justine Mettraux.