Texte : Brice Chevalier

A l’heure de souffler les 20 bougies du magazine Skippers et de célébrer 20 ans de voile suisse, rendre hommage à 20 grandes navigatrices et grands navigateurs suisses, dont les aventures ont rythmé cette période paraissait couler de source. Disons-le tout de suite, ces noms s’imposent, mais cette liste n’est pas exhaustive. Leur point commun ? Présents sur la scène helvétique depuis le tournant du troisième millénaire au moins, ils défendent les couleurs de notre pays à l’intérieur de nos frontières pour les uns et sur toutes les mers du globe pour les autres, le plus souvent avec des résultats méritoires. A eux seuls, ils représentent la plupart des disciplines à voile. Leur talent est reconnu par les grandes nations véliques, faisant sortir la Suisse de l’ombre que ces dernières projetaient autour d’elles. Pour la plupart, les exploits continuent, gageons qu’ils nous feront encore longtemps rêver ! Dans le chapitre suivant, la liste est beaucoup plus exhaustive : elle recense (normalement!) tous les champions suisses dans chaque classe de 2000 à 2020. Vous en connaissez sans doute. Nous leur adressons un immense bravo.

ARNAUD PSAROFAGHIS

Texte : Quentin Mayerat

Un barreur hors pair

En 2000, Arnaud Psarofaghis disputait son premier Bol d’Or. Engagé sur le Modulo 108 de son oncle, Jean Psarofaghis, il était alors équipier polyvalent, en charge du ravitaillement des sandwichs et des bouteilles d’eau. Vingt ans plus tard, le Genevois est reconnu comme l’une des plus fines barres de la planète.

Si l’on connaît le tempérament un tantinet farceur d’Arnaud Psarofaghis, c’est que ce dernier a l’esprit vif. Observateur, avide de connaissances, l’actuel barreur d’Alinghi a passé l’essentiel de sa jeunesse sur l’eau à apprendre tout ce qu’il pouvait sur les bateaux. «Je suis une éponge, raconte ce dernier. Lorsque quelque chose me plaît, je m’implique un maximum pour apprendre tout ce que je peux sur le sujet. Je suis curieux, je pose énormément de questions aux autres navigateurs afin de me nourrir de leurs expériences, apprendre de leurs erreurs et garder le meilleur.» Cette approche l’a conduit dès sa quinzième année à s’essayer à la navigation en équipage, notamment en Toucan avec sa bande de potes de l’époque: Cédric Schmidt, Patrick Girod et Arnaud Didisheim. Écumant les circuits des régates locales, Arnaud a pu emmagasiner de l’expérience auprès de ses aînés, notamment en match race en s’engageant sur l’Alinghi Swiss Tour dès 2005. Lors de sa première participation, il crée la surprise lors de la finale disputée à Valence en ravissant la victoire à Éric Monnin. Arnaud Psarofaghis fait ainsi son entrée dans la cour des grands.

En 2008, après un passage décousu en 49er en raison de difficultés à trouver un binôme régulier, il s’oriente sur un support solitaire encore peu connu en Suisse: le Moth à foil. Il connaît un succès quasiment immédiat, devient champion d’Europe en 2008 et 2009 ainsi que troisième mondial en 2009. Cette précocité sur les foils lui vaudra de devenir par la suite un spécialiste de la voile volante. Parallèlement, il écume le circuit D35 depuis 2006, d’abord avec Axium, ensuite avec le CER/Realstone avec qui il remporte son premier Bol d’Or Mirabaud, puis avec Tilt à partir de 2013, et enfin avec Alinghi en 2016, et totalise déjà trois Bols à son actif.

Très vite, il est reconnu à l’international. Le défi français Aleph le recrute à bord de son AC45, avant de passer par le Team Energie, et pour finir Groupama. Il brille également sur les Extreme Sailing Series dans lesquels il enregistre six saisons, dont deux victoires avec Alinghi, en 2016 et 2018. Au travers de ces succès, le jeune trentenaire a déjà siphonné une quantité incroyable d’expériences qu’il ne manquera pas d’exploiter à l’avenir sur tout ce qui flotte… ou vole


Dates clés 2000-2020
2008 : Premier titre de champion d’Europe de Moth à foils.
2012 : Première victoire au Bol d’Or Mirabaud avec CER/Realstone.
2016 : Remporte pour la première fois les Extreme Sailing Series à la barre du GC32 d’Alinghi.