Accueil Reportages Boards, la glisse

Boards, la glisse

Balz Müller

Radical art Interview: Quentin Mayerat Cela se sent, Balz Müller a le...

ARTICLES LES PLUS LUS

Axopar 22 Spyder : l’affaire de l’année?

Texte : Philippe Leblond Longueur : 7,20 mLargeur : 2,20 mPoids : 1’200 kgMotorisation maxi : 200 chNombre de...

Leopard 45 : une nouvelle version avec flybridge

Texte : Emmanuel van Deth Le chantier Robertson & Caine vient de repenser son Leopard 45 et livre pour...

Primo Cup – Trophée Crédit Suisse : Les Suisses ont brillé en J70 à Monaco

À l’occasion de la Primo Cup – Trophée Crédit Suisse disputée du 4 au 6 mars dans la Principauté, deux équipages battant...

IMOCA, SSLA, M2, Foilling : le Récap’ de la semaine

Texte : Quentin Mayerat Bonjour les amis du nautisme, soyez les bienvenus dans ce premier récap’ de la semaine...

Long Island 78 Power : l’univers du sur-mesure

Texte : Philippe Leblond Longueur : 23,72 mLargeur : 11,17 mPoids : 50 tMotorisation maxi : 2 x Cummins...

DERNIERS ARTICLES

Axopar 22 Spyder : l’affaire de l’année?

Texte : Philippe Leblond Longueur : 7,20 mLargeur : 2,20 mPoids : 1’200 kgMotorisation maxi : 200 chNombre de...

Leopard 45 : une nouvelle version avec flybridge

Texte : Emmanuel van Deth Le chantier Robertson & Caine vient de repenser son Leopard 45 et livre pour...

Primo Cup – Trophée Crédit Suisse : Les Suisses ont brillé en J70 à Monaco

À l’occasion de la Primo Cup – Trophée Crédit Suisse disputée du 4 au 6 mars dans la Principauté, deux équipages battant...

IMOCA, SSLA, M2, Foilling : le Récap’ de la semaine

Texte : Quentin Mayerat Bonjour les amis du nautisme, soyez les bienvenus dans ce premier récap’ de la semaine...

Long Island 78 Power : l’univers du sur-mesure

Texte : Philippe Leblond Longueur : 23,72 mLargeur : 11,17 mPoids : 50 tMotorisation maxi : 2 x Cummins...

Boards, c’est toute l’actualité de la glisse en Suisse : tout ce qu’il faut savoir sur le windsurf, le kitesurf, le paddle et leurs déclinaisons à foil – windfoil, kitefoil… – et à foil et à wing – wingfoil… Les plus avertis s’y retrouveront immédiatement, les amateurs de sport de voile devront peut-être s’armer d’un dictionnaire d’anglais, mais très vite les pack, wing, stand up paddle, kite, leash, board, wake, surf et autre freestyle n’auront plus de secret pour eux.
Sortez votre plus belle combinaison en neoprene, prenez vos meilleurs planches, éventuellement vos pagaies, et préparez-vous pour la glisse avec des athlètes de rang mondial, en Suisse, mais aussi en France (on pense à Leucate) et dans le monde entier.
Dans ces pages également, des suggestions d’accessoires et de matériel à tous les prix et toutes les couleurs, des housses, des voiles, des harnais, des combinaisons, des pagaies, des surfs, des paddle, des kite et des wake : bref le pack complet pour partir à la plage et sur l’eau avec sous son aile le parfait équipement, que ce soit en sup, en surf, en windsurf ou en kitesurf.

Parmi les articles de cette page, retrouvez notamment plusieurs portraits :
Maxime Chabloz, le freestyle dans la peau. Si Kai Lenny incarne le ride hawaïen, la Suisse a certainement trouvé son équivalent. À l’aise aussi bien sur l’eau que sur neige, en freestyle qu’en freeride, Maxime Chabloz est un concentré de talent à l’état pur. À 18 ans seulement, il est déjà considéré comme l’un des meilleurs du kitesurf mondial. Champion du monde junior de ski freeride et de kite, troisième du classement 2018 des GKA Air Games (le circuit professionnel de kite), il y a de quoi dégoûter les spécialistes. « À dix ans, mon père m’a mis à l’eau avec mon premier kite, les gens le traitaient de fou car ce n’était pas encore très commun de naviguer aussi jeun. Je n’ai pas trop à me plaindre, j’ai une chance énorme de pouvoir voyager dans le monde entier pour le kitesurf, de créer mon style, de pouvoir en faire mon métier », nous confie-t-il plein de réalisme. C’est à la faveur de son père, ancien du windsurf ayant découvert comme tant d’autres les joies du kitesurf au début des années 2000, que Maxime à l’âge de 7 ans – plein d’énergie et d’envie en stock – a manipulé ses premières ailes, mis ses premiers harnais, leash et hissé ses premières voiles, sur une plage du sud de la France. « J’ai tout de suite aimé faire voler de petites ailes sur la plage. À dix ans, mon père m’a mis à l’eau avec mon premier kitesurf, les gens le traitaient de fou car ce n’était pas encore très commun de naviguer aussi jeune ».

Balz Müller, Radical Art. Cela se sent, Balz Müller a le windsurf au cœur et le cœur sur la main. Ce rider suisse au style atypique fait le tour de la toile en envoyant valser son foil comme personne. Mais au-delà de son approche révolutionnaire, il partage avec nous sa quête sans fin de l’esprit du windsurf. Dans cette interview, il raconte son style, la manière dont il est venu au windfoil, son amour pour les planches, les voiles, et son sport en général. Ce fou de freestyle raconte comment il crée de nouvelles figures, commet se définit son style et avance ses idées pour améliorer encore le windsurf. Parmi elles, il souligne les bénéfices du foil, qui permet de naviguer 50% plus qu’avant en Suisse. Enfin, il narre l’importance du choix du matériel, des accessoires et des planches. « Mon rêve ce n’est pas d’être champion du monde, mais plutôt de naviguer sur de nouvelles planches, de nouveaux spots, de tenter de nouvelles figures… C’est ça mon rêve ! Je suis plus un waterman qu’un compétiteur, j’aime le surf, le foil surf, les grosses vagues, ce que je cherche c’est l’adrénaline pure. Je suis à la poursuite du spirit des débuts du windsurf ; le funboard et l’aventure ! »

Top Spots à moins de six heures de la Suisse. Avec plus de 1500 lacs et plans d’eau, la Suisse est une pépite pleine de possibilités pour la compagnie des windsurf, kitesurf, wingfoil, paddle, windfoil et autre kitefoil. Mais quand il s’agit de garantir la régularité des conditions, c’est une autre histoire. Pour apprendre, progresser puis performer, voyager est souvent une nécessité. Sans aller au bout du monde, voici un petit tour d’horizon des spots de voile et de glisse – plein de boutiques, de matériel et d’accessoires – où déplier les voiles à moins de 6 heures de la Suisse pour aller chercher du soleil et des zones de navigation adaptées à votre niveau. A tous les prix.
Tarifa : naviguer à l‘espagnole. Les deux vents dominants au sud de la péninsule espagnole ont transformé Tarifa en une véritable Mecque européenne du windsurf et du kitesurf. De février à octobre, le spot est venté en moyenne un jour sur deux. Deux spots principaux sont à retenir : la plage de Valdevaqueros et Hurricane (du nom de l’hôtel qui s’y trouve). Très proches l’un de l’autre, ils sont toutefois situés à 9 et 7 kilomètres du centre-ville respectivement. Pour ceux qui ne comptent pas s’encombrer avec leur matos, toute la panoplie Fanatic et Duotone – pour kite, windsurf, wingfoil et SUP – de l’année est à retrouver sur les Ion Club de Valdevaqueros et Hurricane. Valdevaqueros est le spot de kitesurf par excellence, avec une section réservée au windsurf, tandis que Hurricane, plus technique au départ, est réservé au windsurf.
Essaouira, Maroc: le spot tout en un. Avec une baie exposée à une belle houle de nord-ouest descendant de l’Atlantique Nord et à un alizé side shore venant de la droite, légèrement off quand le vent monte, le spot permet une grande variété de pratiques, de l’initiation aux planches et aux voiles les plus diverses en eaux peu profondes, jusqu’à de belles sessions de vagues. L’endroit reste néanmoins tonique, avec une température de l’eau qui ne dépasse pas 17-20° à la belle saison. Ici, tout se fait à pied, le Ion Club est situé à une vingtaine de minutes de marche du centre de la médina, à côté de l’Ocean Vagabon Restaurant où le rider assoiffé et affamé pourra se poser sa board et se relaxer dans une ambiance cosy. À seulement 20 minutes de voiture, on trouve d’autres spots réputés tels que Moulay ou Sidi Kaouki, et si le vent tombe, il est toujours possible d’engager une petite session foil (disponible chez Ion, plein d’accessoires), du surf ou de SUP !

Ile de Sal, Cap-Vert: rider comme une légende. Pour poser votre sillage dans celui de Josh Angulo, Renaud Simhon, ou encore Mitu Monteiro, l’île de Sal fait office de spot ultime. Elle a l’avantage d’être une île relativement petite et désertique, laissant donc à l’alizé le loisir de la balayer de part en part et permettant aux riders de se déplacer sur le spot idéal en fonction de l’orientation de la houle. Attention, peu de marge d’erreur possible, le matériel peut vite se retrouver anéanti. Le spot de Ponta Leme où l’on trouve le Ion Club, Angulo Beach et Kite Verde est plus orienté freeride, sauf lorsque la houle vient du sud et lève ainsi de très belles vagues. Il est possible louer du matériel pour écumer les spots, mais qui casse paye ! Pour le kitesurf, une grande majorité préfèrera kite beach (anciennement appelée shark beach) en raison des conditions side onshore plus sécurisantes.

Fuerteventura : Le sport mondial de la voile. Pour tous les goûts, toutes les pratiques (foil, voiles, planches et surfs de toutes tailles), tous les niveaux, Fuerteventura et ses alizés d’été recèlent une incroyable variété de spot, de l’écrin idyllique pour débutant, aux vagues les plus radicales. La mythique plage de Sotavento, située au sud de l’île, près du village de Costa Calma, offre des conditions de rêve pour le slalom, le freestyle et l’apprentissage. Sur cette plage – certainement l’une des plus belles de l’archipel – on trouve le centre fondé par le Suisse René Egli dans les années 80. Ce hot spot est dé-sormais considéré comme l’une des plus importantes bases de windsurf et de kitesurf au monde ! Le matériel – y compris pour foil – y est donc disponible à profusion !

Safaga, Égypte: sérénité aquatique. Située à 1h au Sud d’Hurghada, l’immense baie de Safaga séduira ceux qui attachent de l’importance au sable doré et à l’eau turquoise. Ce spot offre des conditions très agréables avec des zones peu profondes et de l’eau chaude. Le plan d’eau plat permet de travailler ses manœuvres, de profiter de belles sessions de freeride en naviguant jusqu’à la petite île Toubia située à 3,8 km du bord, ou encore de parfaire son freestyle. Les spots de windsurf et de kite sont séparés de quelques centaines de mètres, au nord pour le kite et plus au sud de la baie pour les planches. Le vent du nord y est régulier, de 12 à 25 nœuds, légèrement off le matin, tournant side l’après-midi, idéal pour sortir le foil. Question loisirs, le lieu est calme, propice à un tourisme familial plutôt balnéaire, et se distingue notamment par une faune sous-marine incroyable. Endosser les bouteilles de plongée ou plus simplement s’équiper d’un tuba en vaut la peine.