Tasmanie, ou la magie des forêts submergées

Histoire d’un peuple

Tout en étant extrêmement fiers de leur indépendance par rapport au continent, les Mélanésiens sont simples, généreux, ouverts d’esprit et disponibles. Parmi eux, il y a les lointains descendants bagnards déportés du continent. Quant aux Aborigènes, exterminés par les Blancs en un peu plus de cinquante ans, ils n’existent plus. Ils sont arrivés sur cette terre des milliers d’années avant les Hollandais qui les ont concentrés et isolés dans le sud de l’île. La capitale de Hobart fut créée en 1803; elle marqua la naissance d’une grande colognie hollandaise aujourd’hui célèbre pour sa régate de haut niveau, la Rolex Sydney-Hobart qui se déroule annuellement après Noël.

La splendeur d’une baie de rêve

Waterfall Bay est sans doute un lieu de référence en termes de plongée sur la côte nord-est de la Tasmanie. Elle offre des immersions aux décors diversifiés entre 10 et 25 mètres de profondeur. Une des plongées des plus fabuleuses à découvrir est la «Cathedral caves». En traversant plusieurs tunnels submergés, vous pouvez rencontrer entre autres des raies. Le parcours sous l’eau est éclairé par des faisceaux de lumière qui délimitent les différentes entrées de la grotte dont la configuration favorise le développement des langoustes des roches du sud (Jasus edwardsii). Une autre immersion intéressante est la «Dragon City» où l’on peut rencontrer l’endémique drague de mer (Phyllopteryx taeniolatus), habilement camouflée au milieu des algues.

L’extraordinaire puissance de la nature

Malgré les changements apportés par l’homme au cours des décennies passées, aujourd’hui encore, la nature règne sur l’île. Les villes principales ont des tailles comparables aux capitales européennes, la campagne est du même vert intense que celui que l’on voit en Irlande et les montagnes sont impénétrables. Certaines zones, du sud-ouest de l’île notamment, sont encore sauvages et totalement inexplorées. A eux seuls, les parcs nationaux et les réserves constituent plus du 70% de l’île! Le parc des Cradle Mountains, un des plus riches pour sa faune et sa flore, est célèbre pour ses habitants: kangourous et wallabies évoluent en toute liberté dans les forêts d’eucalyptus. La Tasmanie est une terre imprévisible. Le temps peut changer d’humeur plusieurs fois par jour! De la pluie la nuit, du soleil au petit matin, en passant par la neige à l’heure du déjeuner puis le soleil écrasant d’une après-midi caniculaire, tout est possible! Les paysages de la Tasmanie ont ainsi de multiples visages, aussi insolites que merveilleux… Avec un peu de chance, en huit jours on peut faire le tour du globe!

Bicheno est un village de la côte est implanté en bord de mer. Situé à 200km de route à équidistance de Hobart et de Launceston – seconde ville de la Tasmanie – cet endroit est une des parties les plus intéressantes du voyage. En continuant vers l’ouest, on y découvre une campagne riche en champs, en collines et en montagnes qui s’étendent à perte de vue et qui font penser aux paysages du nord de l’Europe. Aujourd’hui encore, dans cette zone reculée de l’île, la nature est massivement présente; 50% de la superficie de l’Etat représentent les parcs nationaux et les réserves. Le silence est roi. Seuls le bruissement des pages d’un livre ou le gazouillement d’un oiseau peut perturber ce calme.

Jardin d’éponges et de roches fleuries

Plonger dans ces eaux ne finit jamais de nous surprendre, tellement la diversité de la faune et la flore est incroyablement riche et superbe: anémones bijoux, zoantos jaunes, ascidie, bryozoi, etc. Les photographes de fonds marins se régalent! A 20 mètres de profondeur, sur un fond de roche claire, les rayons du soleil réfléchissent et mettent en valeur les coraux multi couleurs et les éponges gigantesques.

Les douces créatures de l’île des Phoques au sud de l’île de Schouten

Il y a vraiment peu d’immersions qui peuvent offrir au plongeur des émotions comme celle que nous avons ressentie en rencontrant les phoques de la Nouvelle-Zélande (Arctocephalus forsteri). Ses créatures sont extrêmement rapides, elles aiment nager en groupe et montrent un certain intérêt aux hommes-grenouilles. A la recherche de contact, les jeunes femelles, très curieuses, s’approchent à quelques centimètres à peine du plongeur. Dans ce genre d’expéditions, il ne faut pas perdre de vue que les fonds peuplés de phoques représentent un territoire de chasse pour d’autres créatures de la mer. Il est donc vital de rester le plus près des côtes possible et d’éviter les immersions trop longues.

Fantômes des abysses

L’épave du S.S. Nord a coulé en 1915 dans les environs de l’Hippolyte Rock. Il naviguait en direction de Port Arthur quand les conditions météo ont surpris le bateau. Le capitaine a désespérément cherché à s’ancrer près de Munroes Bight, sans y réussir; la force de la mer ne lui permettait pas de manoeuvrer. Le bateau sombra inexorablement. Aujourd’hui, il gît à une profondeur de 40 mètres et a pour seuls équipiers les éponges et les poissons…

Les forêts de kelp géantde Fortescue Bay

Les forêts de kelp géant (Macrocystis pyrifera) – étranges créatures marines – sont exclusivement présentes dans les eaux de la Tasmanie. Elles offrent aux plongeurs un spectacle sans précédent. Mais le devenir de cette algue est menacé par les changements climatiques qui affectent la planète.