10ème anniversaire des Voiles de Saint-Tropez

Mercredi 30 septembre 

Saint-Tropez ! What else ? 

–         More sun, more wind…

–         Le Wally Y3K imprime sa marque

–         Les auriques se prennent au jeu

–         Demain, journée des Défis        

 

C’était aujourd’hui aux Voiles de Saint-Tropez. Et nulle part ailleurs. Un de ces moments rares, uniques même, de la bouche des marins, et ils étaient près de 3 500 sur l’eau, acteurs tout autant que spectateurs d’un fabuleux mélange de 120 ans de yachting, quand, par la magie et le savoir faire d’un remarquable Comité de course, les stars du yachting d’antan viennent à croiser les plus beaux fleurons de l’architecture navale contemporaine. Mélange des styles, sans obstruction aucune, mariage des gréements auriques et des noirs carbone sur fond de plages dorée. Il fallait en tout début d’après-midi flâner du côté de Pampelonne et regarder, ébahi, glisser sur l’onde la grâce d’Elena et Eleonora, les goélettes géantes, dans l’ombre anthracite des immenses Wally, alors que l’horizon disparaissait derrière l’envol des voiliers Modernes. Aujourd’hui, et comme hier, tous les ingrédients étaient à nouveau réunis pour valider dans chacune des classes en compétition, un grand parcours côtier, de 15 à 19 milles selon les catégories.

 Mieux qu’hier, et moins que demain

Avec un joli flux de sud ouest fraîchissant à la sortie du Golfe, les régates d’hier avaient comblé tous les protagonistes de la grande fête Tropézienne. Cette seconde journée de course aura démarré sur des bases en tout point similaire à la veille, avec pour notoire nuance, l’établissement à la côte d’une brise thermique qui a fait le bonheur de tous. Magie des parcours, hasard du timing des départs, c’est au plus fort du vent au cap de Saint-Tropez que se sont croisées peu après 14 heures les trois grandes catégories de voiliers en lice, offrant un spectacle à couper le souffle. Le vent gentiment établi sur la ligne permettait l’envoi à quelques minute d’intervalle des 5 classes de voiliers classiques sous le Portalet. Au même moment, et dans un vent thermique croissant graduellement, 11 grands Wally  reprenaient le très spectaculaire affrontement débuté hier. Curiosité des phénomènes synoptiques de côte, le rond des Modernes, voiliers récents naviguant sous les règles IRC, patientaient jusqu’à 14 heures, jusqu’à l’établissement d’un vent enfin stable au Sud Ouest. C’est donc bien à la côte qu’il fallait être aujourd’hui, que l’on soit spectateur ou coureur. 

Les Wally tout en contraste

Contraints, parcours oblige, de côtoyer au large les zones de vent mal variable, les grands Wally ont alterné ébouriffants bords de largues, et languissants bords de portant en début d’après-midi. Le spectacle était pourtant au rendez-vous, Y3K, dominateur hier renouvelant sa suprématie sur ce rond. Trop pénalisé par son fort rating pour espérer truster les meilleurs places au classement général, le nouveau Wally 130, est bien l’une des principales attractions de cette compétition titans. Il n’a cessé, de bords de portant en longs sprints au reaching, de menacer Y3K. De leur côté, Open Season (Wally 94,2), Genie (Wally 77) et Magic Carpet (Wally 95) rivalisèrent de prise de risques et de coups tactiques pour terminer somme toute très proches les uns des autres. 

Merveilleux petits auriques

Sur un parcours similaire à celui des « grands » auriques, les « petits » voiliers d’époque ont trouvé dans les conditions du jour matière à s’exprimer à plein. Et ils ne s’en sont pas privés. De Lady Trix, barré par Bruno Peyron, à Avel,  (Chris Austin), Oriole à Jean-Luc van de Velde ou Peggy Bawn (Henry Sisk), le tempo du jour était tonique, gîté, salé. En ouvrant le jeu vers l’ouest et cap Camarat, les parcours du jour offraient de multiples possibilités tactiques. Nerveux dans les petits airs du départ, skippers et tacticiens jouaient des coudes, au point de provoquer quelques « touchettes », sans autres conséquences par exemple qu’un « 360° » auto infligé par The Blue Peter qui accrochait Mariella sous les yeux du Comité. Le légendaire Pen Duick d’Eric Tabarly a, toute la journée, subi et résisté aux assauts de Lady Trix, très à l’aise aux allures proches du vent lors du grand bord vers cap Camarat. Partis quelques minutes plus tard, les grands auriques ont poursuivi leurs affrontements confraternels. Mariska s’est montrée toujours aussi à l’aise dans les petits airs. Moonbeam of Fife, avec Seb Audigane à la tactique surprenait tout le monde en partant bâbord amure en bout de ligne. « Nous avons ainsi gagné un virement de bord sur nos adversaires et avons trouvé de la pression tout au fond de la baie des Canoubiers. La plage de Pampelonne nous a été moins favorable mais nous réalisons dans l’ensemble une belle journée… » Nervosité aussi chez ces géants, l’immense Eleonora voyant Moonbeam IV réclamer contre elle pour un refus de priorité. 

Demain jeudi, journée des défis !

Le jeudi, les « Voiles de Saint-Tropez » offrent traditionnellement à tout un chacun, indifféremment de la taille ou de l’âge des bateaux, la possibilité de revivre l’histoire. En 1988, c’est John Parkwright IV, armateur de France II, qui lance un défi à d’autres bateaux alors que les régates officielles sont annulées en raison du fort Mistral qui souffle sur la presqu’île. Il demande juste que l’on donne le départ et que l’on note l’arrivée. La Florida Cup (devenue aujourd’hui Défis Jean Lorrain) est née et sera témoin de fantastiques duels comme celui opposant Astra à Candida ou bien en 1992 le Class J Endeavour et Ville de Paris, alors récent challenger pour la Coupe de l’America.

Au programme 2009, des duels à plusieurs têtes, Pen Duick 1, Oriole et Lady Trix régateront dès 12 heures. A suivre… 

Rowdy, le voyou

L’armateur et skipper Britannique Graham Walker, déjà investi dans la Coupe de l’America en 1987 mais aussi pour les Admiral’s Cup et les Ton Cup avec ses successifs Indulgence, s’est tourné depuis vers les yachts classiques. C’est ainsi qu’il a fait remettre en état dans le Maine, l’un des derniers New York Yacht Club Fourty, le numéro 49 de cette série imaginée par Nathanaël Herreshoff en 1916. Long de 17,97 mètres, Rowdy est un sloop marconi au pont flush qui s’est déjà imposé au Trophée Rolex de Saint-Tropez l’an passé. D’entrée de jeu à Cannes, il remportait la première manche de mardi, en temps réel et en temps compensé parmi les Epoques Marconi. Le voyou par nature (Rowdy=voyou) comme l’équipage aime se définir, fait passer le frisson sur toutes les lignes de départ des Voiles de Saint-Tropez, ligne qu’il a pour habitude de franchir en tête, et dans le coup de canon.

Caractéristiques de Rowdy

Architecte : Nathanaël Herreshoff

Année : 1916

Armateur : Graham Walker

Longueur HT : 19,79 m

Longueur de coque : 18,05 m

Largeur : 4,40 m

Tirant d’eau : 2,70 m 

Lady Trix pour la gagne…

Construit en 1909 en Ecosse sur un plan d’Alfred Mylne, le sloop aurique Lady Trix a navigué la plus grande partie de sa vie sur la Clyde avant de gagner la France au milieu des années 90. En 2006, son nouveau propriétaire l’a confiée au charpentier rochelais de Bruno Barbara pour lui offrir une véritable cure de jouvence. Désormais barré par Bruno Peyron, le petit sloop  truste les victoires et fait chavirer les cœurs.

Dessiné pour Mrs C.S. Howden, la fille de l’un de ses fidèles clients, le yacht s’appelle à l’origine Trix et restera dans cette famille de régatiers aguerris jusqu’en 1935. Pierre-Marie Bernard l’acquiert en 1999. Lady Trix va continuer à régater et sillonner les eaux du Morbihan aux mains de Pierre-Marie qui le mène en solitaire, accueillant parfois à bord des équipiers émérites comme Lionel Lemonchois. Trois années de navigation plus tard, Pierre-Marie remet Lady Trix en chantier mais ne peut mener, faute de temps libre, la restauration à son idée. C’est Bruno Barbara qui s’en chargera quand Gérard le lui confie en 2006, après l’avoir fait franciser. Pour sa première sortie à Saint-Tropez, Lady Trix n’a pas fait de quartier. Il s’impose lors de la première manche disputée mardi dans le groupe des époques Aurique 2, devant Avel et Oriole

14 Tofinou et un grand frère…

14 Tofinou régatent aux Voiles de Saint-Tropez ; Ils régatent en flotte au sein des voiliers Classiques, sur les mêmes parcours que les prestigieux yachts d’époque et de tradition.

Longs de 7m, 8m ou 9,50m, ces célèbres « dayboats » connus pour leur élégance et leur rapidité, sont accompagnés cette année de leur dernier né, un grand frère, le Tofinou 12m qui, tout en restant fidèle à sa lignée, permet une utilisation « week end » dans des conditions chics et confortables.

Ce « Maxi » Tofinou offre une cabine spacieuse avec 4 larges couchettes, une cuisine et des toilettes séparés. Ce nouveau Tofinou est idéal pour passer une nuit dans les îles. Belle-Ile, Porquerolles, ou toutes autres destinations de rêve.

Comme ses sisterships, le plan du Tofinou 12m a été dessiné par le célèbre architecte naval Michel Joubert. Ce bateau aux lignes pures et élégantes offre à son propriétaire le plaisir de barrer un bateau rapide et sûr.

Le Tofinou 12m garde l’esprit Tofinou.

Sur un air de Ukulele

Le jeudi culmine souvent lors des Voiles de Saint-Tropez, fêtes et convivialité. Au défilé des équipages succède un traditionnel cocktail à la Ponche ouvert à tous les équipages sur fond de musique et de bonne humeur. Les accents de la fête prendront cette année la couleur de Tahiti, puisque les organisateurs des Voiles, Fluvio Corrente en tête, ont eu la bonne inspiration de profiter du jumelage nautique entre les îles Polynésiennes et la Société nautique de Saint-Tropez pour donner à l’édition anniversaire du grand rendez vous de la voile méditerranéenne, une tonalité, une tonicité Tahitienne. Un groupe de percussion ainsi que des danseuses tahitiennes se chargeront dès 17 heures de faire monter la température déjà torride des soirées Tropézienne. L’UDACS (Union des Artisans et Commerçants et Services de Saint-Tropez)  offrira le cocktail aux saveurs des îles du Pacifique. Des produits à découvrir toute la semaine sur le stand installé au cœur du village des Voiles.

 Notez aussi…  

L’affiche des Voiles

Il est l’auteur de la photo de l’affiche des Voiles. Basé à Grimaud, Romain Gualdoni est un photographe qui déborde d’idées et d’esprit créatif. Amoureux de la mer et des bateaux, il se défini comme un photographe d’art qui cherche dans la magnificence des Voiles de Saint-Tropez, le mouvement, le travail des hommes mêlés à l’architecture unique des voiliers. Plus photographe des hommes que de mer, avoir remporté le concours pour la création de l’affiche 2009 des Voiles de Saint-Tropez lui a donné de nouvelles envies. Ses photos réalisées l’an passé sur le Wally K2 Wind font désormais partie d’un ouvrage unique de 60 pages serties dans un coffret au design futuriste rappelant l’univers Hi-tech si spécifique aux voiliers de Luca Bassani. Romain présente ce concept à Saint-Tropez et souhaite le développer auprès de propriétaires toujours amateurs des belles images qui valorisent leur yacht. 

Une double médaillée Olympique à Saint-Tropez.

La chaine CNN tourne un magazine aux Voiles de saint Tropez, avec un large « balayage » sur les bateaux  d’hier et d’aujourd’hui. La présentatrice, fort discrète au demeurant, présente pourtant un palmarès nautique long comme un été sans les Volies… Jugez plutôt : Depuis ses débuts dans son Ecosse natale, Shirley Robertson a remporté 4 médailles d’argent aux championnats du monde d’Europe. En 2000, elle remportait l’or aux Jeux Olympiques de Sydney. Quatre ans plus tard, après avoir entre temps effectué le délicat changement de support en passant au Yngling, Shirley s’adjugeait sa deuxième médaille d’or olympique, devenant ainsi une des sportives les plus titrées du Royaume Uni. Shirley enchaine donc toute la semaine des plateaux de présentation dans le golfe de Saint -Tropez. De Pen Duick en Wally, elle regarde avec envie les numéros Un perchés  en bout de tangon des grands classiques, avouant dans un soupir : « C’est là que je voudrais être… » 

Partenaire : Hôtel le Byblos de Saint-Tropez

L’Hôtel le Byblos de Saint-Tropez participe activement au succès des Voiles. Cet hôtel de standing se situe au coeur du village, proche du port et des plages de Pampelonne. Avec ses 51 chambres et ses 45 suites, toutes uniques, il offre une qualité de vie inégalable, rassemblant tous les charmes et les saveurs de la Provence. 

Météo :

Un petit centre dépressionnaire s’installe entre la Corse et le Continent, générant en sa bordure nord un petit flux d’est pour 6 à 8 nœuds fraîchissant l’après midi…

 Ils ont dit :  

Philippe Monnet, navigateur sur Moonbeam IV : 

« Une superbe journée pour Moonbeam. Le temps sur la ligne de déparrt a favorisé les légers Tuiga ou Mariska. On a bien joué en allant louvoyer à la côte et dans 12 à 15 nœuds de vent, on a commencé à lâcher les chevaux. Moonbeam, et ces grands auriques en génarl, ont besoin de grands espaces pour se libérer pleinement, et le parcours du jour, très tactique au demeurant, était peit-être un poil court pour nous permettre de tirer la quintessence de Moonbeam. »

  

Bruno Peyron : « Lady Trix »

« On a bien joué toute la journée avec Pen Duick. On a réussi de jolies choses en allant jouer le long des cailloux. C’est très agréable de naviguer sur ces petits bateaux très techniques et très volages.. »

 Les partenaires des Voiles de Saint-Tropez

ROLEX

GAASTRA

RODRIGUEZ GROUP

SILLINGER

WALLY

UDACS avec la CCIV

SERIE LIMITEE / LES ECHOS

PARIS PREMIERE

HERACLEA

La REGION PACA

HÔTEL BYBLOS

MARINES DE COGOLIN

VOILES ET VOILIERS  

PROGRAMME 

VOILIERS DE TRADITION

Mardi 29 septembre, Mercredi 30, Jeudi 1er octobre (journée J. Laurain, Journée des défis, Club 55 Cup), Vendredi 2 et Samedi 3 : Parcours côtier, 1er départ 12h00 

VOILIERS MODERNES

Samedi 26 septembre – Dimanche 27 : Accueil et contrôle

Lundi 28, Mardi 29, Mercredi 30, Jeudi 1er octobre (journée J. Laurain, Journée des défis), Vendredi 2 et Samedi 3 octobre : Parcours côtier, 1er départ 11h30 

Pour tout le monde remise des prix

Dimanche 4 Octobre, à partir de 11 heures 

DRAGON SAINT TROPEZ 

Lundi 5, Mardi 6 : Accueil, mises à l’eau et contrôle

Mercredi 7 Jeudi 8, Vendredi 9, Samedi 10 Dimanche 11: Régates dans le golfe

Dimanche 11 en début de soirée: remise des prix