Avarie de barre pour Bernard Stamm

Hier, vers 14 heures, alors que Cheminées Poujoulat était dans le trio de tête après avoir mené la flotte, Bernard appelait son équipe à terre pour prévenir qu’il connaissait un problème de barre. Dès lors, le skipper de Cheminées Poujoulat ne pouvait plus continuer sur sa trajectoire, ni maintenir son Class40 dans un rythme de course.

 Gagner un port par ses propres moyens
À terre, Jean Le Huérou-Kérisel, Gautier Levisse et Jean François Quéméneur essayent de trouver une solution technique à apporter au problème que rencontre Bernard.
C’est l’axe en dessous de la barre qui s’est cassé. Il transmet l’effort aux deux safrans et reçoit les points d’attaches des vérins du pilote. Par conséquent, Bernard ne peut plus barrer son bateau et n’a plus de pilote automatique. Si le skipper peut envisager une réparation en mer, elle ne sera que de fortune, suffisante pour rallier le port le plus proche, mais inadéquate pour poursuivre la course. «La seule manière d’avancer, c’est de coincer la barre et de trouver l’équilibre avec les voiles. Je n’ai pas d’autres solutions que de faire du près et de tirer des bords, en bordure de l’anticyclone, c’est ce qui explique ma trajectoire» racontait Bernard, joint en début d’après-midi par son équipe de communication.

C’est vers les Açores que Bernard dirige son Cheminées Poujoulat en espérant les atteindre d’ici trois ou quatre jours : «J’ai commencé ma réparation de fortune, mais elle ne me permettra pas d’aller à toutes les allures puisque je ne peux faire que du près, ni surtout de continuer en course. J’espère garder du vent jusqu’aux Açores et ne pas avoir besoin de mettre le moteur. C’est dommage, c’était vraiment bien parti et très intéressant. C’est un croche-patte idiot et qui fait mal ».