Gildas Morvan termine 9ème, en bon marin!

Gildas Morvan est arrivé tôt ce matin à Fort de France, après avoir réussi à grappiller une place. Neuvième de cette course remportée par l’étonnant Nicolas Lunven, il peut embrasser l’unique drisse qui lui a servi d’étai : Cercle Vert a traversé l’Atlantique sans cette pièce pourtant indispensable sur un bateau si l’on veut conserver le mât en position verticale ! Chapeau bas.

Cercle Vert est passé. Depuis 6h ce matin, il est à bon port à Fort-de-France et son skipper Gildas Morvan peut enfin goûter à un repos bien mérité. Il a réussi le pari un peu fou de traverser tout l’Atlantique malgré un étai brisé dès le cap Finisterre ! « Le risque était grand de voir le mât tomber au beau milieu de l’Atlantique » a confié le géant du pays des Abers, tout en revenant sur ce fait de course qui l’a empêché de réellement défendre ses chances : « j’ai bricolé ce que j’ai pu en tordant l’étai et en faisant une espèce d’œil pour remonter le remettre en place. Je me suis arrêté à Santa Maria pour ça, tout était fixé et je suis reparti confiant. Malheure! usement, dans le passage de la dépression, avec le vent fort qu’il y a eu, l’ensemble n’a pas tenu et c’est retombé au bout de deux jours. Cela a été une grosse déception de repartir à nouveau dans cette galère. Il fallait alors faire attention au matériel en permanence, éviter les départs au lof et les mauvaises manœuvres… Ce n’est pas très agréable car quand on part sur une course comme celle-ci, forcément, on veut jouer la gagne. Surtout quand on a remporté la derrière édition. »

La déception sportive d’un côté, la satisfaction d’avoir agi en (très) bon marin de l’autre pour ramener le bateau et le bonhomme à bon port… et au final une très honorable 9ème place dans ces conditions. Gildas s’est en effet offert le luxe de doubler Anthony Marchand dans les derniers milles de cette course épique, bouclée en un peu plus de 16 jours pour le trio de tête – Lunven, Rouxel, Tabarly – qui est arrivé hier soir en moins de 6 minutes.

A 8,68 noeuds de moyenne…

Gildas Morvan ne leur a finalement concédé qu’une grosse dizaine d’heures. Dans le détail, Cercle Vert a franchi la ligne d’arrivée à Fort-de-France ce mercredi matin (heure française) à 6h 13 minutes et 47 secondes, en neuvième position donc. Parti le 10 avril dernier de Bénodet, il parvient à rejoindre la Martinique au terme de 16 jours, 16 heures, 13 minutes et 47 secondes de course, soit une vitesse moyenne de 8,68 noeuds sur les 3 474 milles du parcours théorique. Une transat express, pour ces Figaro Bénéteau qui ne font que 10 mètres de long, il ne faut pas l’oublier.

« Je suis content d’arriver! » a commenté sobrement Gildas Morvan, « après la casse de mon étai, l’objectif était de ramener le bonhomme et le bateau à bon port, avec le mât si possible. Cette partie est accomplie ». Mission accomplie, oui, et de fort belle manière, même s’il est évident que le tenant du titre – il avait gagné cette même transat voilà deux ans – jouait pour la gagne jusqu’au grand large du Portugal. En grand sportif toutefois, Gildas a admis que la casse faisait partie intégrante de ce sport mécanique qu’est la course au large à la voile. En outre, il n’a pas manqué de rendre hommage au vainqueur et à ses dauphins, tous pensionnaires comme lui du centre d’entraînement de Port-la-Forêt, le Pôle France Course Au Large :  » j’ai regardé régulièrement ce qu’il se passait devant. Je ne sais pas ce qu’ont fait Erwan Tabarly, Thomas Rouxel et Fabien Delahaye. Ils ont laissé partir Nicolas Lunven qui s’est décalé à un moment et qui a réussi à ressortir par devant en bâbord. C’était un joli coup ! » Un autre « joli coup » est d’avoir réussi à faire passer ce bateau blessé de l’autre côté de l’Atlantique en laissant sept bateaux derrière lui tout de même. Et il y aura d’autres courses…

Les 9 premiers à Fort de France

(les sept autres bateaux sont encore en mer ce mercredi matin)

1 – Nicolas Lunven – GENERALI Arrivé le 26/04/2011 à 19:13:05,

en 16 jours, 5 heures, 13 minutes et 5 secondes

à la vitesse moyenne de 8.93 noeuds.

2 – Thomas Rouxel – BRETAGNE – CREDIT MUTUEL PERFORMANCE Arrivé le 26/04 à 19:15:50 en 16 jours, 5 heures, 15 minutes et 50 secondes

à la vitesse moyenne de 8.92 noeuds.

3 – Erwan Tabarly – NACARAT Arrivé le 26/04/2011 à 19:18:47,

en 16 jours, 5 heures, 18 minutes et 47 secondes

à la vitesse moyenne de 8.92 noeuds.

4 – Fabien Delahaye – PORT DE CAEN OUISTREHAM Arrivé le 26/04/2011 à 19:28:13,

en 16 jours, 5 heures, 28 minutes et 13 secondes

à la vitesse moyenne de 8.92 noeuds.

5 – Jeanne Grégoire – BANQUE POPULAIRE Arrivé le 26/04/2011 à 19:36:54,

en 16 jours, 5 heures, 36 minutes et 54 secondes

à la vitesse moyenne de 8.92 noeuds.

6 – Romain Attanasio – SAVEOL arrivé le 26/04 à 22 h 21 min 43 sec

en 16 jours 08 heures 21 minutes 43 secondes. Vitesse moyenne de 8,85 nœuds.

7 – Eric Peron – MACIF 2009 Arrivé le 27/04/2011 à 04:10:00,

en 16 jours, 14 heures, 10 minutes et 0 secondes

à la vitesse moyenne de 8.72 noeuds.

8 – Francisco Lobato – ROFF Arrivé le 27/04/2011 à 04:45:00,

en 16 jours, 14 heures, 45 minutes et 0 secondes

à la vitesse moyenne de 8.71 noeuds.

9 – Gildas Morvan – CERCLE VERT Arrivé le 27/04/2011 à 06:15:00,

en 16 jours, 16 heures, 15 minutes et 0 secondes

à la vitesse moyenne de 8.68 noeuds.

Prochain skipper attendu sur la ligne : Anthony Marchand, pour la 10e place.