Welcome On Board : Sur des rails

Groupama 3 est quasiment revenu dans les temps du Trophée Jules Verne alors qu’il approche de la longitude du cap Leeuwin, après seulement sept jours de mer depuis son passage au large du cap des Aiguilles ! La fin de la traversée de l’océan Indien est bien partie pour remettre le trimaran géant en selle…

124 milles d’écart en ce 21ème jour de mer : depuis les îles Crozet, la situation s’est inversée et Groupama 3 s’est depuis toujours montré plus rapide (parfois de dix nœuds) que Orange 2 en 2005… Avec un vent de secteur Ouest à Nord-Ouest d’une vingtaine de nœuds, Franck Cammas et ses hommes naviguent en sécurité, sans forcer sur la machine et sans solliciter exagérément l’équipage. Même si les dernières 24 heures ont été plus actives en termes de manœuvres.

« Tout se passe à merveille : nous sommes servis par des conditions météorologiques qui ne sont pas très difficiles pour un océan Indien. On est toujours à la poursuite d’Orange 2 mais on a bien réduit l’écart. Samedi, il y avait même du soleil, et nous avons eu une nuit magique avec un ciel étoilé extraordinaire. C’est ma première aventure au grand large, et il n’y a pas de lassitude : le temps passe très vite ! Je suis excité à l’idée de passer le cap Leeuwin  lundi matin, puis ce sera le Pacifique et le Horn : c’est super, en plus je suis en quart avec Thomas Coville et Steve Ravussin et on s’entend très bien. » déclarait Bruno Jeanjean à la vacation radio de 12h30 avec le PC Course parisien de Groupama qui recevait pour l’occasion Alain Gautier.
Leeuwin à portée d’étraves

Sous grand gennaker, trinquette et grand voile haute, Groupama 3 progresse toujours à près de trente nœuds de moyenne et la nuit prochaine s’annonce sur le même tempo. Franck Cammas et ses neuf équipiers devraient donc franchir la longitude du cap Leeuwin en deuxième partie de nuit avec un retard inférieur à cinq heures sur le temps de référence. Ils devraient surtout réaliser le meilleur temps sur cette tranche de parcours entre le cap des Aiguilles et la pointe Sud-Ouest de l’Australie…

« Nous ne sommes vraiment pas fatigués parce que nous n’avons jamais puisé dans nos réserves ! Certes, au-dessus de trente-cinq nœuds de vitesse, ça secoue pas mal et il faut se tenir dans les bannettes. Mais on dort bien. Thomas m’a dit que cette traversée de l’Indien se passe plutôt bien par rapport à ce qu’il a déjà vécu ici… Nous naviguons toujours sur une mer relativement bien organisée et pour l’instant, nous n’avons eu qu’une rafale à 40 nœuds. En plus, il ne fait pas froid et l’eau est encore à 10°C. Aujourd’hui, on a fait une bonne journée de manœuvres entre grand et petit gennaker, avec deux empannages : ça anime le pont ! »

L’équipage a aussi eu le temps de faire plusieurs check-ups et tout se passe bien si ce n’est les usures naturelles sur les cordages. Les consignes restent toujours les mêmes : aller vite sans effort ! Et de ce point de vue, Groupama 3 est bien sur des rails pour achever cette traversée de l’océan Indien.

Tableau de marche de Groupama 3 : départ le 31 janvier à 13h 55′ 53 » TU
(Nombre de milles parcourus par rapport à la route optimale du Trophée Jules Verne)
Jour 1 (1er février 14h TU) : 500 milles (retard = 94 milles)
Jour 2 (2 février 14h TU) : 560 milles (avance = 3,5 milles)
Jour 3 (3 février 14h TU) : 535 milles (avance = 170 milles)
Jour 4 (4 février 14h TU) : 565 milles (avance = 245 milles)
Jour 5 (5 février 14h TU) : 656 milles (avance = 562 milles)
Jour 6 (6 février 14hTU) : 456 milles (avance = 620 milles)
Jour 7 (7 février 14h TU) : 430 milles (avance = 539 milles)
Jour 8 (8 février 14h TU) : 305 milles (avance = 456 milles)
Jour 9 (9 février 14h TU) : 436 milles (avance = 393 milles)
Jour 10 (10 février 14h TU) : 355 milles (avance = 272 milles)
Jour 11 (11 février 14h TU) : 267 milles (retard = 30 milles)
Jour 12 (12 février 14h TU) : 274 milles (retard = 385 milles)
Jour 13 (13 février 14h TU) : 719 milles (retard = 347 milles)
Jour 14 (14 février 14h TU) : 680 milles (retard = 288 milles)
Jour 15 (15 février 14h TU) : 651 milles (retard = 203 milles)
Jour 16 (16 février 14h TU) : 322 milles (retard = 375 milles)
Jour 17 (17 février 14h TU) : 425 milles (retard = 338 milles)
Jour 18 (18 février 14h TU) : 362 milles (retard = 433 milles)
Jour 19 (19 février 14h TU) : 726 milles (retard = 234 milles)
Jour 20 (20 février 14h TU) : 672 milles (retard = 211 milles)
Jour 21 (21 février 14h TU) : 584 milles (retard = 124 milles)

Record WSSRC de la traversée de l’océan Indien (du cap des Aiguilles au Sud de la Tasmanie)
– Orange 2 (2005) : 9j 11h 04′

Temps de référence du cap des Aiguilles au cap Leeuwin
– Orange 2 (2005) : 7j 05h 35′

L’équipage et l’organisation à bord de Groupama 3 :

  • Quart n° 1: Franck Cammas / Loïc Le Mignon / Jacques Caraës
  • Quart n° 2: Stève Ravussin / Thomas Coville / Bruno Jeanjean
  • Quart n° 3: Fred Le Peutrec / Lionel Lemonchois / Ronan Le Goff
  • Navigateur hors quart: Stan Honey monte sur le pont pendant les manoeuvres
  • Chaque quart dure trois heures, sauf ceux entre 12 et 18 h qui durent 2 heures.
  • Un quart sur le pont, un quart en stand by prêt à manœuvrer, un quart de repos total

Le record à battre
Détenu depuis 2005 par Bruno Peyron sur Orange 2 en 50 jours 16 heures 20 minutes à 17,89 nœuds de moyenne. Etaient à bord : Lionel Lemonchois, Ronan Le Goff et Jacques Caraës.

Le PC Course, 21 Bld Malesherbes, 75008 Paris
Ouvert au public de 9h30 à 19h00
Vacation téléphonique quotidienne de 12h30 à 12h45
Visioconférence hebdomadaire le jeudi de 12h30 à 13h30
Directs audio possibles avec Groupama 3
Directs vidéo possibles avec Groupama 3 via le SERTE
Contact son : Windreport – Hélène Belleoud
Contact vidéo : Alain Paulhac : + 33 6 98 01 63 82
Contact presse : Caroline Muller et Vincent Borde : + 33 6 80 40 00 24 et + 33 6 07 68 18 95